Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Tu es un chef d’orchestre, Harry!

Le 1er décembre dernier avait lieu à la salle Wilfrid-Pelletier un concert bien spécial mettant en vedette… Harry Potter et la Coupe de Feu! Vous comprendrez que c’est pris par les sentiments que je me suis rendu à la Place des Arts pour assister au mariage du héros de mon enfance à l’ambiance somptueuse de la musique orchestrale.

Dans la salle, on voit des têtes blanches et on entend les rires d’enfants qui n’étaient même pas nés quand Harry entrait en 1ère année; c’est magnifique de voir tous les gens que cet évènement peut rassembler. Malgré tout, ce sont les milléniaux dans la vingtaine qui peuplent le plus la salle, ayant littéralement grandi avec le protagoniste à la cicatrice.

Soudain, on entend le fameux La 440 et ça commence. Les partitions de Patrick Doyle prennent vie devant nos yeux (et nos oreilles!) Quelques notes seulement et l’ambiance est déjà mise; cette formule ajoute un côté encore plus magique aux histoires de J.K. Rowling, les rendant plus grandes que nature. Au parterre de la salle, le son est enveloppant et on se sent vite absorbé par le film. Tellement absorbé qu’on passe plusieurs minutes à oublier qu’il y a un orchestre qui joue devant nos yeux, preuve de la justesse et la maîtrise dont ils font preuve. Et tout d’un coup on est tiré de notre immersion par une bonne partie de la salle qui applaudit, crie et acclame les héros pour leurs exploits, comme quoi Harry et ses comparses savent déchainer les passions! 

J’avais déjà en tête certaines scènes marquantes du film avant de me présenter au concert; la Coupe du monde de Quidditch, le Bal de Noël, le labyrinthe… et vraiment j’ai été épaté. De la plus subtile ambiance sonore à la fameuse chanson thème en passant par toutes les pièces rendant si riche l’univers d’Harry Potter, tout était parfaitement exécuté. C’est tout un exploit d’enchainement quand on y pense, les gens sont même restés collés à leur siège au travers des crédits du film.

Bémol toutefois, des amis assis au balcon me disaient avoir vécu une expérience un peu moins immersive dû à un son se rendant difficilement en hauteur. Décevant tout de même pendant qu’il restait plusieurs bonnes places au parterre, mais compréhensible considérant le prix des places à cet étage. Malgré tout, une expérience très positive et nous ramenant en enfance le temps d’un film mythique!

Il est déjà annoncé que la formule revienne pour les prochains films d’Harry Potter à Montréal, donc n’hésitez pas à laisser le sorcier en vous ressortir, l’expérience en vaut la peine!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Julien Doré à L’Astral

19 août 2009

Vendredi 7 août 2009, L’Astral (la nouvelle salle concert située dans la Maison des Festivals) a accueilli Julien Doré dans le cadre des Francofolies. En première partie, une artiste québécoise Amylie a ouvert le bal. Bonne surprise. Jolie voix qui rappelle la chanteuse Camille, mélodies pop qui sur les morceaux entraînants m’a fait penser à KT Thunstall, des textes sympathiques, une douceur qui se dégage de son visage et de sa voix qui contraste...

Avril est le mois le plus cruel

23 septembre 2011

Avril est le mois le plus cruel, il engendre Des lilas qui jaillissent de la terre morte, il mêle Souvenance et désir, il réveille Par ses pluies de printemps les racines inertes. The Waste Land, T.S Elliot La danse contemporaine recèle de ces joyaux si parfaitement aboutis, si parfaitement entiers, qu’il nous viendrait l’envie de ne plus vouloir parler que ce langage-ci. Certains des spectateurs ne la découvrent qu’à peine, d’autres suivent religieusement son...

The Dears ne sont pas morts !

3 octobre 2008

Voilà, enfin, c’est très bientôt qu’on pourra renouer avec The Dears, ce groupe rock-indie montréalais qui était là bien avant Arcade Fire, avant Malajube, avant Patrick Watson... Fondé en 1995, maintenant connus à-travers le monde, il faut avouer qu’ils ont ouvert la porte pour bien d’autres bands de chez nous. En cours de route, bien entendue, plusieurs membres ont quitté le groupe, d’autres se sont joins, si bien qu’on les croyait mort depuis quelques...