Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

24 heures pour sauver le Colonel Padafi

Publicité:

Une famille en or

Lorsqu’un père de famille décide de dévoiler son passé d’espion à ses six enfants, il s’attend à tout sauf… à ce que quatre d’entre eux, interloqués, confessent à leur tour qu’ils font partie de la « grande maison ». Les deux autres, plus réfractaires, se demandent ce qu’ils ont fait pour mériter d’être mêlés à de telles affaires! D’autant plus que le fils aîné se voit confier une mission de la plus haute importance : il faut assurer la sécurité du sulfureux Colonel Padafi lors de sa visite à l’Elysée. Toute la famille doit alors servir la cause nationale, même si cela implique d’accepter dans son foyer une gogo-danseuse du Pas-de-Calais. Mais dans une telle famille, un espion peut en cacher un autre. Et dans ce petit jeu, c’est probablement la candide mère de famille qui a le plus de secrets dissimulés…

Mission réussie

24 heures pour maîtriser une pièce de théâtre. Mission impossible me direz-vous. N’en soyez pas si sûrs! Certes, quelques hésitations peuvent être décelées par le spectateur pointilleux, mais la troupe arrive à nous tenir en haleine à travers la succession de petits tableaux qui composent la pièce et à nous transmettre les émotions des différents protagonistes. Il faut dire que le choix d’un texte court, assorti d’une mise en scène astucieuse, est particulièrement indiqué sur ce type d’exercice, et permet aux acteurs d’avoir plus de temps pour l’interprétation de leur personnage. Ainsi, parallèlement à l’intrigue, la reconstitution du très célèbre débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle française entre Nicolas Sarkophile et Ségolène Royal-Canin a su transformer les sourires des spectateurs en authentiques éclats de rire. Un autre moyen de prouver que 24 heures suffisent à rentrer dans la peau d’un personnage.

En somme, nous avons passé un bon moment devant une pièce courte et haute en couleur, jouée par des acteurs visiblement peu ébranlés par leur courte nuit. Félicitations aux acteurs, metteurs en scène, régisseurs qui ont participé, avec succès, à cette aventure d’un jour.

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

À l’ombre du DJ

3 novembre 2006

Le californien DJ Shadow, alias John Davis, était de passage au Métropolis le 17 octobre dernier. Précisons-le tout de suite : ma connaissance du monde « hip-hop » est presque inexistante... Mais que faisait-elle à ce spectacle, vous dites-vous… C’est qu’un initié m’a fait récemment découvrir le merveilleux monde de « l’abstract hip-hop », dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Comment définir « l’abstract hip-hop »… Merci Wikipédia ! : « Les tempos...

Théâtre : La Peste d’Albert Camus

31 octobre 2008

Nous savons tous qu’au Moyen Âge une terrible épidémie, la peste noire, a ravagé les pays européens. C’est ce mystérieux mal, que les hommes croyaient à jamais disparu, qui ressurgit vers 1940 dans la ville d’Oran. D’abord par les rats morts s’accumulant chaque jour sur les paliers, puis par des fièvres subites emportant inexplicablement voisins et amis, la peste pétrifie d’effroi la ville. Les médecins, comme le personnage principal, le docteur Rieux, se voient...

Fabrice Luchini à Montréal

18 septembre 2009

Du 13 au 27 septembre, Fabrice Luchini revient à Montréal au Monument-National pour son nouveau spectacle Le Point sur Robert. Présenté par Juste pour Rire, ce one man show littéraire a rencontré un succes en France, avec plus de 650 représentations. Le Point sur Robert est conçu comme une odyssée littéraire empruntant le chemin de Molière, Flaubert, Rimbaud, Barthes et Valéry. Mais Fabrice Luchini, comédien et homme de lettre, sait jouer avec le public...