Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

My Dearest

La romance non pas dans la composition de poèmes à l'eau de rose, mais surtout dans la tendresse du silence maintenu jusqu'au crépuscule, en bilingue.

My Dearest

For you, my dear, I will not say a word.
I won’t utter the slightest tenderness
Welling in my heart, craving your embrace,
Seeking to tell all of my love in the world.

For you, my dear, I will not write a word.
I won’t stay pondering, till 5 AM
On which rhythm fits best your love sonnet,
Or project my desire in poems unheard.

For you, my dear, I will not sing a word.
I won’t gleam the night, nor paint its comets
With the vermilion flowing in my veins,
Nor with those three words creating colors.

I will lay there, in affection silent,
Wordless, thoughtless, yet for you passionate.
And our hearts, beat atop beat, a poem–
And your hand in mine a lethargic hum.

 


Pour toi, mon aimée, je n’écrirai rien–
Pas un seul mot de mon tendre chagrin,
Ne désirant que de tenir ta main–
Non, mon aimée, je n’en écrirai rien.

Pour toi, aimée, je ne chanterai rien–
Ne resterai jusqu’au petit matin
À me soucier du rythme de ton sein
Dansant au clair de lune… non, non! rien.

Pour toi, mon aimée, je ne peindrai rien —
Du vermeil dans mes veines, ni l’hautin
Gris qui brille dans l’espace lointain,
Ni la folie des trois mots–I love rien!

Pour toi, mon aimée, je m’allongerai.
En unisson, nos blessures seraient
La conclusion aux livres de poèmes —
La seule vérité au monde austère.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.