Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Espace et gravité au dôme du planétarium

Aperçu article Espace et gravité au dôme du planétarium
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
©Espace pour la vie 2018

Le planétarium Rio Tinto Alcan nous a ouvert ses portes la semaine dernière pour nous présenter deux nouveaux spectacles multimédias : Planète 9 et Les secrets de la gravitation 

 

Les familles auront matière à se réjouir de la tendance que prend l’Espace pour la vie en invitant ses visiteurs à porter leur regard sur les multiples façons d’habiter notre planète. C’est une initiative du temps que d’insister sur la conscientisation des jeunes quant à leur environnement proche ou lointain. Le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium Rio Tinto Alcan sont les espaces qui véhiculeront ce «mouvement audacieux, créatif et urbain, où se repense le lien entre l’humain et la nature, et où se cultive une nouvelle façon de vivre.»

Ces deux nouveaux spectacles rendent palpables des notions qui sont très abstraites pour des jeunes (et pour les adultes aussi). Confortablement installés dans une chaise longue en tissu ou encore sur des poufs, l’espace de visionnement multimédia à écran 360o nous englobe et nous emporte vers les secrets de l’espace et de la gravité.

Planète 9

Audience : 7 ans et plus

Durée : 27 minutes

©Espace pour la vie 2018

Mon Vieux Tu M’as Jeté Sur Une Nouvelle … qu’est devenu Pluton ? Voilà le point de départ de ce court film qui tend à partager la curiosité entrainée par le déclassement de cette planète et surtout la fascination pour les autres objets découverts. Accompagnés de la narration de l’animatrice, puis de l’astronome et professeur d’astrophysique Mike Brown, nous traversons le processus de réflexion, d’observation et d’hypothèse qui les ont mené, lui et son équipe, à envisager la présence d’une nouvelle planète qui pourrait se cacher au-delà de la ceinture de Kuiper. Encore une fois, l’ambiance bien choisie nous donne l’impression de flotter dans l’obscurité et dans l’espace. En observateur tout puissant, nous passons à travers le temps, nous observons des planètes sous tous les angles et nous naviguons à travers une modélisation graphique très réussie. Il était vraiment intéressant de voir le nombre d’hypothèses possibles à travers des simulations en vitesse accélérée d’orbites.  

Les secrets de la gravitation

Audience : 7 ans et plus

Durée : 27 minutes

©Espace pour la vie 2018

Le deuxième film, sous forme de dessin animé, relate l’amitié naissante entre un robot et un jeune garçon. Il tend à initier les petits et les grands aux recherches et conclusions du célèbre Albert Einstein. La théorie de la relativité générale est abordée et illustrée par la déformation de l’espace-temps. Ils ont vraiment réussi à imager une réalité difficile à imaginer, soit la manière dont les corps massifs étirent ou compriment les ‘’lignes’’ de l’espace-temps. Par contre, c’est dans le deuxième film que l’on se rend compte que c’est le caractère abstrait de l’Univers et du temps qui rend justice à la forme sphérique de l’écran. Outre cela, il est difficile d’y apprécier une séquence, trop rapide à mon goût, de dessin animé.

 

Finalement, je ne serai jamais trop vieille pour aller au planétarium et m’instruire sur ce qui m’entoure…Ni pour m’affaler sur des poufs ou pour m’évader un instant dans la grandeur de l’inconnu.

Articles similaires

Robert Charlebois à La Tulipe : sortez les trompettes !

30 octobre 2009

Par Julien Carrier Le 27 octobre dernier avait lieu, au cabaret La Tulipe, le spectacle de Robert Charlebois : Avec tambour ni trompette. Je dois me confesser : c’était mon premier concert de Robert Charlebois à vie. Je connaissais le monsieur (à son âge vénérable, on se doit de l’appeler monsieur) et entendu ses classiques, mais jamais je n’avais eu la chance de voir ce monument de la chanson québécoise en concert. Chose que...

Portishead

1 novembre 2011

Si tu ne connais pas (encore) Portishead, il faut que tu saches que... ...ce n’est pas le genre de groupe de pitounes sur lequel tu chantes honteusement en soutien-gorge sur ton lit, porte fermée à double tours, en te mettant du vernis à ongles en dessous du poster de Justin Bieber. Non, Portishead c’est un groupe de Papas, de grands, moyenne d’âge 30 ans, qui retrouve le sens de son adolescence dans les vibrations...

Le Sacre du Printemps & Re-II par les Grands Ballets canadiens de Montréal

16 juin 2009

Lorsque le 29 mai 1913 les parisiens découvrirent pour la première fois Le Sacre du Printemps de Stravinsky, chorégraphié par Nijinski, ce fut un scandale tel que les danseurs n’entendaient même pas la musique, assaillis par les sifflements, les cris, les demandes de duel… Aujourd’hui cette musique est bien-sûr considérée comme pionnière de la modernité et vous ne douterez pas en l’écoutant de sa force révolutionnaire qui vous cherche jusque dans le tréfonds de...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.