Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

3ème édition de la Journée de la Cuisine Haïtienne

Aucun champ n'est obligatoire



  • Après une heure de trajet pour se rendre à la magnifique salle Renaissance, nous arrivons enfin à la 3ème édition de la Journée de la cuisine haïtienne. Appétit creusé par le trajet, narine à l’affût des bonnes odeurs et yeux bien évidemment plus gros que le ventre, mon cousin et moi étions prêts à déguster.

    L’union fait la force

    Nous sommes tout d’abord accueillis et invités à nous assoir par Nadine Pierre, ambassadrice de la journée et présidente de l’association libérale de Viau. Elle commence par un message de bienvenue, des remerciements aux personnalités présentes, les présentations des participants et des chefs. S’ensuit un discours de la vice première ministre du Québec, Dominique Anglade, qui partage un message sur l’importance de la nourriture dans la culture haïtienne et de l’engagement communautaire.

    Il est rappelé, dans leur discours de bienvenue, que la Journée de la cuisine haïtienne est l’occasion de promouvoir, de partager et d’encourager la culture haïtienne à travers la nourriture. La majorité des entreprises présentes offrent des services de traiteur pour des occasions telles que mariages, funérailles, anniversaire, etc. sans toutefois avoir de restaurants ou de comptoirs. C’est d’ailleurs ce que l’on remarque en prenant la carte de chacun; numéro de téléphone, oui, mais adresse où se rendre, pas encore. C’est donc pour attirer une clientèle et ‘’booster’’ leur chiffre d’affaire que ces entrepreneurs présentent au public leurs projets culinaires. Des entrepreneurs en mode masculine et en vente immobilière sont aussi présents. 

    L’échange entre le goûteur et celui tenant la louche est inévitable pour une étrangère de la cuisine haïtienne comme moi, puisque je devais demander le nom du plat ainsi que sa composition. J’ai ainsi discuté avec des gens avides de partage : un peu moqueur de mon ignorance en la matière, mais heureux de répondre et d’expliquer. Enfin, à travers le brouhaha des gens debout dont le social accompagne la digestion, les chefs nous ont présenté une recette de boulettes de viande avec bananes mûres, gingembre et piments. Les chefs vedettes de cette édition étaient Ron Duprat, Alain Lemaire, Magda Sylvestre, Jouvens Jean, Paul Harry Toussaint et Derna Lynce.

    Coup de cœur

    Partager mes coups de cœur pour cette édition est l’occasion de mettre quelques noms à l’avant.

    Pour commencer, le pain patate de Andréamise. Le nom est trompeur; je pensais salé alors que c’est un dessert de patate douce. C’est sucré, aromatisé et agréable en bouche puisque c’est entre le cake et le poudding. Ensuite, le gratin de bananes plantains de Cuisine Makaya. À la base j’aime beaucoup les gratins et j’adore les bananes plantains, donc pas étonnant que le mélange soit dans mes préférés. La croûte supérieure était croustillante et sucrée. Puis finalement, le simple Cake de Saveur Passion, léger et délicieux.

    Par Anja Patureau

    Mon cousin et moi nous sommes régalés de toutes ces découvertes. Nous étions impressionnés des nombreuses manières de cuisiner un même plat et c’était une goûteuse initiation à la cuisine haïtienne. Alors qu’en discutant autour de moi, certains se sont plaints de retrouver les mêmes plats sur les différents kiosques et de ne pas avoir vu d’innovations. D’autres se sont plaints d’un manque d’effort dans la présentation des plats en cette occasion de dégustation. Pourtant, bien que les grands plats d’aluminium étaient majoritaires, une entreprise a su distribuer leurs produits avec classe. Il s’agit de La Cuillère Gourmande dont la méthode de service était impeccable. Les crevettes étaient présentées dans une sorte de tāngchí (cuillère à soupe asiatique) en plastique avec une petite sauce et des fines herbes pour décorer.

    Ventre rempli, on retient de cette dégustation que la journée de la cuisine haïtienne est avant tout une occasion de démontrer son soutien à cette communauté en participant à la publicité de ses entreprises en devenir et tout cela dans une ambiance chaleureuse, avec de la musique, de la nourriture et un bon petit Kompa. 

     

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire