Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Breath : immersion dans un absurde poétique

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Breath : immersion dans un absurde poétique
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    © Danse Danse

     

    Breath, c’est la rencontre de deux univers.

     

    Celui du danseur-interprète finlandais Tero Saarinen, chorégraphe de talent issu du Ballet national de Finlande et ayant monté sa propre compagnie, la Tero Saarinen Company, en 1996. Artiste reconnu pour sa gestuelle unique issue d’influences multiples, allant des techniques de danse classique aux mouvements d’arts martiaux, il s’associe aujourd’hui à l’accordéoniste finlandais Kimmo Pohjonen, pour créer un univers singulier dans lequel leurs deux créativités se rencontrent et s’embrasent. Kimmo Pohjonen est lui reconnu pour avoir révolutionné l’art de l’accordéon. Ne faisant qu’un avec son instrument électrique, il l’accompagne de sa voix aux consonnances nasillarde et gutturale, pour produire des spectacles tout en jeux de lumières et sonorités. Excellant dans l’art de l’expérience performative multidisciplinaire, il a su se faire un nom à travers plusieurs tournées internationales, ses partenariats avec d’autres artistes de renom, mais également la production de plus d’une dizaine d’albums, qui atteignirent pour certains les premières places des palmarès.

     

    © Danse Danse

    Bien que se connaissant de renommée, ces deux artistes ont pour la première fois collaboré lors d’une improvisation effectuée en Chine, dans le cadre d’un grand festival visant l’internationalisation de l’image de la ville d’Helsinki. Cette expérience fut pour eux une révélation et ils cherchèrent, dès cet instant, comment approfondir cette relation artistique. Leurs expérimentations les menèrent à la création de Breath, grand défi pour chacun. En effet, bien qu’ayant déjà chacun collaboré avec d’autres artistes, ils n’étaient jamais sortis de leur zone de confort de cette manière. Cette création, qui mêle humour absurde, ambiance surréaliste aux accents inquiétants et fresques poétiques, les engage chacun à s’aventurer sur le terrain de l’autre. Ainsi Tero Saarinen va pour la première fois jouer avec les sons et faire entendre sa propre voix, comble pour un « performeur non-verbal ».

     

    © Danse Danse

     

    De son côté, Kimmo Pohjonen va explorer les possibilités de la danse et de son langage non-verbal, rien de facile lorsqu’on se déplace constamment avec un instrument de 20kg sur le ventre. Mais ce sont les risques qu’ils ont pris le parti d’assumer qui rendent cette œuvre si symbiotique dans l’énergie qu’elle dégage. Les performances artistiques de ces deux interprètes s’affrontent et se confondent pour offrir au spectateur un tableau aux reliefs qui l’agrippent et le piquent, pour mieux l’absorber hors du temps, dans une atmosphère poétique qui ne ressemble à aucune autre.

     

    Il faut souligner que pour la conception de ce spectacle, ils ont eu accès à l’aide pointue de Mikki Kunttu, concepteur de lumières et scénographe, Tuomas Norvio, concepteur sonore, ainsi que Teemu Muurimaki, leur costumier.

     

    Plus qu’une création unique en son genre que la saison façonnée par Danse Danse nous donne la chance d’apprécier, Breath est une rencontre de forces créatrices qui se subliment en tirant partie de leurs différences. Tero Saarinen dira : « nous sommes des âmes sœurs de par nos manières de travailler et de voir notre art et le monde » et je veux bien le croire. Nous avons effectivement l’illusion de faire face à des frères qui peuvent vivre pleinement leurs différences grâce à leur ressemblance essentielle.

     

     

    Publicité-- --Publicité



    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire