Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Boucar Diouf, humoriste en 2018

« Magtogoek ou le chemin qui marche, c’est le nom que les Algonquins avaient donné au fleuve Saint-Laurent avant l’arrivée de Jacques Cartier. » - Boucar Diouf

Dans ce show, Boucar Diouf nous raconte sa découverte du Nouveau Monde. Bien que son expérience est certes différente de Jacques Cartier, un principe demeure : le point de vue d’une personne provenant d’une culture différente.

À travers son histoire ayant la présence de son grand-père, de sa mère et des personnes qu’il a rencontré depuis son arrivée au Québec, de Gaspé à Montréal, d’autres faits historiques peuvent s’y lier. Le tout, avec des anecdotes personnelles parfois croustillantes, montrant que le ridicule ne tue pas.

Parler en québécois

Boucar nous montre la manière dont le québécois parlé peut être incroyablement drôle. Certaines expressions que nous utilisons souvent ont bien plus de points en commun avec l’eau qu’on ne l’aurait cru. Aussi, du point de vue d’une personne d’origine africaine, ce que nous appelons les « initiations » universitaires peuvent théoriquement porter une signification bien différente pour les non-initiés…

Un peu de culture, SVP

Boucar titille nos neurones sur les sujets tels que le climatoscepticisme, l’environnement et l’évidence que nous sommes tous des immigrants de quelque part à un moment donné et que nous seront de souche à un autre moment. Nous revisitons quelques aspects peu connus de l’histoire liés à la découverte de l’Amérique et du Québec, en plus de la colonisation qui s’en est suivi, au détriment des peuples autochtones.

Chanter

Nous avons l’opportunité de découvrir Boucar, le chanteur. Il nous interprète quelques chansons de son répertoire, notamment ce que sa mère lui chantait. Déjà que l’entendre parler dans ce show, ses paroles sonnent comme de la musique à nos oreilles! Et il se permet de trouver des prétextes pour exhiber ses talents vocaux encore peu connus.

Qualité versus quantité

Boucar n’est pas un humoriste prolifique. L’humour qu’il fait dans Magtogoek ou le chemin qui marche prend parfois un sens philosophique, contribuant à rendre son show plus marquant que d’autres chez les gens qui cherchent un sens à cette chose. Le show est hilarant tout le long, puis crampant vers la fin! Votre rate tiendra-t-elle un tel niveau de dilatation? C’est à vous de voir!

Visitez le site web de Boucar Diouf pour les dates de spectacle à travers le Québec, qui s’étendent jusqu’en août 2019.

Articles similaires

Nostradanus : Ce qui vous attend

14 septembre 2007

Jeudi: Fortement touchée par le décès du ténor italien Luciano Pavarotti, l’AEP a décrétée le jeudi 13 septembre, journée de deuil à Polytechnique. Les étudiants étaient invités à se vêtir de noir lors de cette journée, certains s’étaient même procurés au local de l’AEP des autocollants portant ce vibrant message : « En deuil de… » Papineau fut appelé pour incarner le défunt, puisque lui aussi nous a quitté, que lui aussi est aujourd’hui...

Oxmo Puccino au Métropolis

8 août 2009

Reconnu depuis longtemps dans le milieu du hip-hop francophone, le rappeur franco-malien Oxmo Puccino est venu à la rencontre du public montréalais le 06 août passé dans le cadre des Francofolies 2009. Aux portes du Métropolis, première surprise : le public n’est pas uniquement composé de « Yo! » français à l’accent prononcé des banlieues parisiennes. En fait, il y en a un peu pour tous les goûts, soirée agréable en perspective....

Ricky Martin, haut en couleurs

15 avril 2011

Par Judith Lafrange Le Centre Bell était enflammé mercredi le 12 avril dernier. En effet, le chanteur portoricain Ricky Martin n’a pas laissé passer une occasion de donner un show incroyable dont les Montréalais se souviendront pendant un bon moment. En effet, danses, costumes, danseurs (et danseuses) et transitions en tous genres ont fait place à un spectacle haut en couleurs et en surprises. Dès le départ, la foule conquise d’avance chante les paroles...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.