Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Boucar Diouf, humoriste en 2018

« Magtogoek ou le chemin qui marche, c’est le nom que les Algonquins avaient donné au fleuve Saint-Laurent avant l’arrivée de Jacques Cartier. » - Boucar Diouf

Dans ce show, Boucar Diouf nous raconte sa découverte du Nouveau Monde. Bien que son expérience est certes différente de Jacques Cartier, un principe demeure : le point de vue d’une personne provenant d’une culture différente.

À travers son histoire ayant la présence de son grand-père, de sa mère et des personnes qu’il a rencontré depuis son arrivée au Québec, de Gaspé à Montréal, d’autres faits historiques peuvent s’y lier. Le tout, avec des anecdotes personnelles parfois croustillantes, montrant que le ridicule ne tue pas.

Parler en québécois

Boucar nous montre la manière dont le québécois parlé peut être incroyablement drôle. Certaines expressions que nous utilisons souvent ont bien plus de points en commun avec l’eau qu’on ne l’aurait cru. Aussi, du point de vue d’une personne d’origine africaine, ce que nous appelons les « initiations » universitaires peuvent théoriquement porter une signification bien différente pour les non-initiés…

Un peu de culture, SVP

Boucar titille nos neurones sur les sujets tels que le climatoscepticisme, l’environnement et l’évidence que nous sommes tous des immigrants de quelque part à un moment donné et que nous seront de souche à un autre moment. Nous revisitons quelques aspects peu connus de l’histoire liés à la découverte de l’Amérique et du Québec, en plus de la colonisation qui s’en est suivi, au détriment des peuples autochtones.

Chanter

Nous avons l’opportunité de découvrir Boucar, le chanteur. Il nous interprète quelques chansons de son répertoire, notamment ce que sa mère lui chantait. Déjà que l’entendre parler dans ce show, ses paroles sonnent comme de la musique à nos oreilles! Et il se permet de trouver des prétextes pour exhiber ses talents vocaux encore peu connus.

Qualité versus quantité

Boucar n’est pas un humoriste prolifique. L’humour qu’il fait dans Magtogoek ou le chemin qui marche prend parfois un sens philosophique, contribuant à rendre son show plus marquant que d’autres chez les gens qui cherchent un sens à cette chose. Le show est hilarant tout le long, puis crampant vers la fin! Votre rate tiendra-t-elle un tel niveau de dilatation? C’est à vous de voir!

Visitez le site web de Boucar Diouf pour les dates de spectacle à travers le Québec, qui s’étendent jusqu’en août 2019.

Articles similaires

Dave Matthews Band en concert

13 juillet 2009

Cette année c’est Dave Matthews Band qui a donné le coup d’envoi de la saison estivale montréalaise et de ses innombrables spectacles extérieurs. Une entrée en matière très réussie de la part des jazzmen de CharlotteVille. C’est un Dave Matthews Band particulièrement survolté qu’on a retrouvé sous les cieux cléments du parc Jean Drapeau le 10 juin dernier. Profitant d’une bonne acoustique le groupe a absolument tenu a nous présenter la majorité des titres...

Lancement du second numéro hors-série culturel

25 juillet 2009

Nous sommes heureux de vous présenter la deuxième édition du projet estival du Polyscope, spécialement consacrée aux évènements culturels de Montréal pendant l’été (concerts, entrevues, festivals...). Dans ce numéro, vous pourrez lire des compte-rendus du Festival de Jazz et du Virgin Festival, en plus d'un retour sur les célébrations de la fête de la St-Jean. En musique, un tour d'horizon de Clues à Behemoth en passant par Subhumans et en entrevue, Cœur de Pirate....

Michel Fugain à Montréal

7 novembre 2008

«Fais comme l’oiseau, ça vit d’air pur et d’eau fraîche un oiseau, d’un peu de chasse et de pêche un oiseau, mais jamais rien ne l’empêche l’oiseau, d’aller plus haut !» Pour certains, Michel Fugain et le Big Bazar ont formé leur jeunesse ; pour d’autres, des chansons comme Fais comme l’oiseau ou Une belle histoire font partie de leur répertoire musical sans qu’ils sachent où ils les ont entendues; pour quelques uns cependant...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.