Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Ciel de l’Inde, second volet de la saison que nous offre Constantinople

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Ciel de l’Inde, second volet de la saison que nous offre Constantinople
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Constantinople - Ciel de l'Inde

     

    Pour ce second concert de leur saison 2017-2018 à Montréal, les musiciens de Constantinople nous ont offert le Ciel de l’Inde. Pour l’occasion, ils ont invité sur scène l’artiste Shashank Subramanyam, virtuose de la flûte indienne depuis son plus jeune âge. Utilisant différentes tailles de flûtes au gré des morceaux qu’il nous a joué, ce maître nous a fait voyager au travers de son univers. Nous ouvrant les portes des sonorités de son pays, il en a fait éclater les couleurs, tant en douceur qu’en contrastes.

    Il était également accompagné de son ami Parupalli Phalgun qui nous a présenté pour l’occasion des instruments plutôt rares. Nous avons ainsi pu faire connaissance avec les sonorités du mridangam. Instrument de percussion indien, il fait partie de la famille des tambours en tonneau à percussions digitales. De forme oblongue, ses deux faces permettent d’en sortir des sons tant aigus que graves et l’apprentissage fondamental de l’improvisation que requiert cet instrument en fait un outil d’accompagnement idéal pour la danse indienne, notamment la bharata natyam. Monsieur Phalgun nous a également proposé des rythmiques à l’aide d’une khanjira. Ce petit tambour sur cadre, nous venant du Sud de l’Inde, est moins facilement manipulable. Proposant des tonalités aigües, il est nécessaire de jouer subtilement avec l’humidité de l’instrument pour en obtenir des sons graves. Finalement, nous avons eu droit à une pratique du kannakol. Ce chant traditionnel vise à interpréter vocalement les syllabes de percussions dans la musique carnatique, issue de l’Inde du Sud. Parupalli Phalgun nous en a fait une très belle démonstration en accompagnant les autres instruments de sa voix, emplissant l’espace de telle sorte qu’en fermant les yeux, on pouvait toucher de notre imagination les danseuses indiennes qui auraient pu évoluer au son de son chant.

    Comme toujours, l’ensemble musical s’est regroupé autour de Kiya Tabassian et de son sétar (luth pré-islamique à quatre cordes). Directeur artistique de Constantinople, qu’il co-fonda en 1998, Kiya nous a interprété pour l’occasion un très beau morceau en hommage à son ami et proche collaborateur Dhruba Ghosh. C’est d’ailleurs un morceau qu’ils ont souvent joué ensemble, Dhurba Ghosh étant notamment un maître dans l’art du sarangi. Cette vièle à archet indienne est constituée d’un caisson de bois rectangulaire et biaisé, qui accueille plus d’une vingtaine de cordes sympathiques, plusieurs cordes rythmiques ainsi que quatre à cinq cordes principales. On retrouve donc autour de l’instrument près de trente-cinq chevilles de bois, ce qui contribue à sa forme originale.

    Aux percussions, nous avons eu une prestation extraordinaire de Keyvan Chemirani qui nous a fait une démonstration de tombak, type particulier de tambour iranien. Son accompagnement ainsi que son solo nous ont révélé un doigté rapide et précis qui a su mettre la partition de percussion au premier plan. Enfin, ce fut Pierre-Yves Martel qui compléta le tableau avec sa viole de gambe. Membre régulier du groupe Constantinople, sa viole, instrument à archet de six cordes, accompagne tous leurs concerts, pour le plus grand bonheur de nos sens.

    Les prochains concerts du groupe à Montréal se donneront également à la salle Bourgie et auront pour intitulé :

    • « Ciel de l’Estonie » le 7 avril
    • « Ciel de l’Iran » le 9 juin

     

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    La St-Jean en musique

    9 juillet 2010

    Cette année, c’est sans le doux vrombissement des haut-parleurs soumis aux basses fréquences du Bridge Burner que l’on a fêté la St-Jean dans les rues de la ville. Avec le refus de la ville de Montréal d’autoriser la tenue de l’évènement sous le viaduc Rosemont/Van Horne cette année, il a fallu renoncer à l’occasion désormais par excellence de célébrer la St-Jean-Baptiste entre le Mile End, Rosemont et l’extrémité Nord du Plateau. La raison évoquée...

    Caminos de la memoria, vers la dignité de la mémoire collective

    24 septembre 2010

    Cette semaine, je serais tentée de vous parler des gaz de schiste et autres dégâts écologiques et sociétaux, ou comment une société arrive elle-même à saboter la beauté de son patrimoine naturel, son estime de soi ainsi que son image à l’étranger. Mais je m’en tiendrai à la diffusion d’aspects d’ordre culturel, bien que comme vous le verrez, une manifestation artistique peut porter en elle toute la force d’une grève générale ou d’une mobilisation...

    Lieu commun

    9 octobre 2007

    Pour l’ouverture de la saison automnale, l’Usine C accueillait tout récemment la compagnie par B.L.eux et son inclassable chorégraphe, Benoît Lachambre. Après avoir dansé pour de nombreux chorégraphes de renom, notamment Marie Chouinard et Meg Stuart, il décide de fonder en 1996 par B.l.eux. Ses œuvres s’enchaînent ensuite, d’abord au Québec, puis prennent d’assaut les planchers européens pour y trouver inspiration et public. Loin des énergies rudes de ses premières amours, la chorégraphie Lugares...

    Aucun champ n'est obligatoire