Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Just’une chronique: Comment bien réussir son premier rapport?

Aucun champ n'est obligatoire



  • Guide pratique pour bien utiliser le Latex : Je sais d'avance que ce sujet est vraiment sensible à évoquer. Pourtant, presque tout le monde à Poly va y être confronté un jour.

    Ce beau jour de juin, j’étais avec ma partenaire habituelle, et nous nous devions de passer à l’action rapidement. Sitôt isolés, nous nous mîmes bien vite au travail… en plein pavillons Lassonde. Elle me dit alors, surprise : «Attends, je n’ai jamais oser utiliser du LaTeX à l’école, je ne suis vraiment pas à l’aise… c’est mon premier rapport.» J’ai bien eu peur de m’être retrouvé un peu trop entreprenant face à cette demoiselle. Je me suis dit qu’être études supérieures et n’être jamais passé à l’action de cette manière était fort surprenant. Toutefois, pédagogue, je lui dis que j’allais lui apprendre à s’en servir, afin que nous soyons performants pour nos rapports.

    N’ayez pas peur de vous lancer…

    Ma binôme alors me déclara : «Oui, seulement si tu t’occupes des figures, car notre deadline est proche et je sais d’avance que c’est galère!» Je poussai alors un soupir de soulagement. Car oui, toute chose mise à part, on parlait évidemment du logiciel LaTeX. Ce dernier, créé en 1985 par l’Étasunien Leslie Lamport, dérive du langage typographique TeX, inventé dans les années 1970. Il est distribué sous forme de logiciel libre qui est présent sous les trois principaux systèmes d’exploitation.

    Son paradigme d’utilisation est simple; un langage balisé (le langage LaTeX ou plutôt les macros LaTeX du langage TeX) est saisi par la personne désirant écrire dans un fichier texte identifié par l’extension .tex. Par la suite, un interpréteur «compile» les balises entrées par l’utilisateur dans le .tex et il produit un fichier lisible (et tout beau) dans un format de sortie (PDF,Postcript…).

    Il est aussi intéressant de noter que ce logiciel permet l’écriture de formules mathématiques lisibles moyennant quelques heures d’exercice auparavant. Par exemple prenons l’équation d’une cardioïde de Laporte comme suit :

    En réalité, cette équation s’écrit de la façon qui suit en LaTeX, mais cela s’apprend facilement. De plus, des logiciels spécialisés d’éditions tels que TeX Maker ou encore TeXnic Center peuvent vous être fort utile.

    Dessinez ? Avec Tikz!

    Mais vous pouvez même dessiner avec LaTeX. Oui, en utilisant la bibliothèque de macros Tikz. Cette bibliothèque a été inventée par Till Tantau, doctorant allemand au début de la décennie précédente. En effet, il voulait rendre ses macros personnelles publiques car il les trouvait plus pratiques que le langage de base des modules graphiques du logiciel LaTeX.

    Car oui, il est possible de créer son propre environnement en LaTeX, ce qui peut être utile. Par exemple, si je suis un juriste, et que j’utilise quasi-systématiquement le terme « anticonstitutionnel », alors je peux décréter dans le préambule de mon fichier « .tex » la commande « \a » comme étant strictement équivalente. Une fois cette commande lue par l’interpréteur, il se reportera au préambule et l’exécutera : c’est-à-dire qu’il écrira le mot dans le document de sortie à votre place. Cela marche également pour des bouts de phrase très souvent usités (ex : «selon nos observations, nous pouvons conclure que…») voire même des biographies. Les auteurs d’articles scientifiques me comprendront…

    Bref, pourquoi ne pas utiliser les macros de monsieur Tantau pour déclarer votre flamme lors de la Saint-Valentin? On peut tracer la cardioïde de Laporte et admirer le résultat (ci-après).

     

    Soignez votre présentation avec Beamer.

    Imaginez que vous êtes un ingénieur et que vous devez faire une présentation technique devant un auditoire. Vous êtes tanné d’utiliser les pack Office ou pire leurs équivalents gratuits car le nombre de formules et de figures que vous avez à montrer fait planter votre laptop. Que faire? LaTeX peut-il endurer pareille mission? Oui, bien évidemment!

    Une autre bibliothèque de monsieur Tantau (oui, encore lui) vous sauvera sans doute de vos déboires. Le package Beamer est à Latex ce que Powerpoint est à Microsoft. Des tutoriels sont facilement trouvables sur le net et le maîtriser ne prend pas plus de deux heures pour celui qui connaît déjà un peu LaTeX. Il vous permettra de faire des présentations très claires.

    En effet, chaque caractère de cette dernière sera lu par l’interpréteur et optimisé selon les règles de typographie. Il existe des espacements conseillés entre les caractères et, à la manière des mécaniciens, LaTeX modélise ces espacements comme étant des ressorts. La longueur au repos desdits ressorts est en fait l’espace typographique indiqué; ainsi, si on dévie on fait emmagasiner de l’énergie dans ce ressort. Le but du typographe est donc de faire une énergie minimum par ligne en jouant avec les espacements. Mais si par malheur cette dernière devenait trop importante… on saute simplement une ligne!

    Séduisez-donc avec votre connaissance de la littérature

    Un autre aspect intéressant de LaTeX est la gestion automatisée des index, des numérotations, des illustrations et des tableaux. La mise en page est donc complètement automatisée, ce qui peut déconcerter des aficionados de Word. Chose intéressante, les bibliographies peuvent y être stockées sous la forme de base de données et insérées dans un document au besoin. C’est-à-dire qu’une base de donnée contenant moult ouvrages ne peut apparaître que partiellement sous forme de liste dans un document si une partie desdits ouvrages ne sont jamais cités dans le document. Ainsi, si on rédige souvent dans le même champ applicatif, on peut se constituer une base de données d’ouvrages et s’en resservir plusieurs fois.

    Pour conclure, apprendre LaTeX demande un petit investissement temporel de quelques heures. Une fois ce stade passé, produire des documents de qualité «professionnelle» et constants dans la mise en forme devient chose aisée. De plus, il s’agit d’une réelle compétence souvent appréciée en génie en particulier lorsque les travaux ont trait à la recherche et/ou au développement. Si vous êtes désireux d’en savoir plus, créez-vous donc un compte sur Sharelatex ou Overleaf, éditeurs en ligne avec aucun logiciel à installer, excepté le fureteur. Et ainsi, vous pourrez suivre des tutoriels afin de vous familiariser avec ce langage. Un jour peut-être, vous rédigerez un poème avec le package \verse à votre blonde ou chum… et je ne pourrai plus rien pour vous!




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Maintenant à saveur de fusil

    25 mars 2011

    C’est fabuleux à quel point les armes à feu peuvent transformer le simplet moyen en véritable tata, calibre danger publique de luxe. Vous ne serez donc pas surpris par le fait divers que je vais vous relater : Eh ouais, on va faire une courte escale au Texas. Je trouve le stéréotype du texan armé plus facile qu’une fille saoule dont les 5 derniers verres étaient chargés de GHB, mais parfois, vous en conviendrez,...

    Habitude, quand tu nous tiens

    25 septembre 2009

    Dans la vie de tous les jours, chacun a ses petites habitudes, certains aiment leur café froid le matin, d’autres aiment s’asseoir au même endroit dans le métro ou encore conjurer le mauvais sort à Poly. Mais ça ce sont des habitudes flagrantes qu’on peut nommer. Pareillement, beaucoup d’éléments dans la société qui sont louches en temps normal, n’attirent même plus l’attention par habitude. Ainsi, ce sont les magasins les plus proches de chez...

    En vedette cette semaine, Laurent Paquin

    31 mars 2006

    Et pourquoi pas un spectacle d’humour pour terminer cette saison en beauté? C’est ainsi que monsieur le directeur de la culture par intérim a eu la chance d’assister à la première montréalaise du nouveau spectacle solo de Laurent Paquin, « Tout est relatif ». Le dodu humoriste était d’office mercredi soir dernier devant tout le gratin artistique de Montréal. C’est rien de moins qu’au somptueux Théâtre Saint-Denis que nous avions rendez-vous pour cette soirée...

    Aucun champ n'est obligatoire