Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le théâtre Duceppe accouche d’Enfant Insignifiant!

Aperçu article Le théâtre Duceppe accouche d’Enfant Insignifiant!
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Affiche officielle - Duceppe - Enfant Insignifiant!

Dernière création en date de Michel Tremblay, cette pièce représente une adaptation de son plus récent roman : Conversations avec un enfant curieux. Tout comme son metteur en scène, Michel Poirier, il n’en est pas à son premier succès sur la scène du théâtre Duceppe. Alors que l’écrivain signe là sa douzième pièce présentée sur les planches du fameux théâtre de la Place-des-arts, son metteur en scène a déjà brillé la saison dernière, avec la présentation de Faits pour s’aimer de l’auteur Joseph Bologna (1934-2017).

 

 

 

La pièce

© Caroline Laberge

Michel Tremblay nous fait voyager dans le Montréal des années 1950. Utilisant comme trame principale, sa propre enfance, il nous fait déambuler dans les rues de la ville, au rythme des rencontres ayant marqué son jeune âge et des conversations avec ses proches, qui l’ont vu grandir. Durant près de deux heures, Michel nous emmène, au gré des questionnements qui fourmillent dans sa tête juvénile et des discussions qu’il entreprend avec des adultes incapables de lui fournir des réponses à la hauteur de ses attentes. Avec ses interrogations aussi simples qu’existentielles, comme le sont souvent celles des enfants, il mêle une grande candeur à une détermination farouche de comprendre la vie ui s’anime autour de lui. À travers sa curiosité pour la littérature, le cinéma, la vie… et les poupées à découper, ce petit bout d’homme, interprété par le comédien Henri Chassé, nous refait découvre notre ville. L’ambiance et la chaleur de ses rues qui n’ont pas encore connues la révolution tranquille et ses habitants qui forment autour du petit Michel un village-cocon, digne pouponnière d’une future plume qui marquera les esprits par ses impressionnantes contributions littéraires et théâtrales.

 

© Caroline Laberge

 

À l’affiche depuis le 13 décembre, cette production réunit sur scène Henri Chassé, Gwendoline Côté, Isabelle Drainville, Michelle Labonté, Sylvain Marcel, Danielle Proulx et Guylaine Tremblay. La pièce reste en représentation jusqu’au 3 février ce qui ne laisse malheureusement déjà plus beaucoup de temps pour en profiter, mais rien est perdu, les artistes ne chôment pas, et un nombre conséquent de représentations est prévu dans ce lapse de temps!

La critique semble saluer la mise en scène minutieuse de Michel Poirier, autant que la plume de Michel Tremblay et l’interprétation des comédiens qui a su bouleverser ses spectateurs. Si vous cherchez une idée de sortie, c’est un pari qui sera certainement réussi et ce, sans prendre trop de risques.

 

Billets/Infos : https://duceppe.com/a-l-affiche/enfant-insignifiant/

© Caroline Laberge

 

 

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Killer Joe de William Friedkin

21 septembre 2012

Ah lala William Friedkin, petit chenapan, toujours une belle comédie romantique dégoulinante de pâquerettes sous le chapeau hein ? Apres L’exorciste, French Connection, ou encore Douze hommes en colère, quelle jolie petite merveille nous as tu pondu la ?   Killer Joe c’est simple. C’est l’histoire de Chris, petit dealer de son état, aussi pitoyable que disgracieux, qui, pour éviter de se faire flinguer comme un phoque en période de chasse ferait mieux de trouver...

Bach – Musique de la vie, musique de l’éternité

23 janvier 2009

La présentation par l’OSM de la messe en si mineur de Bach a été l’occasion de révéler aux spectateurs l’activité raffinée de l’orchestre invité Tafelmusik Baroque Orchestra and Chamber Choir. Bach était protestant et une partie de son oeuvre est dédiée à l’instant cérémoniel. Il composait chaque semaine une cantate pour le dimanche suivant. Pourtant, l’appellation de «messe» ne doit absolument pas réduire l’oeuvre à ses limites temporelles, géographiques et dévotionnelles. Certes, elle exprime...

La Chair des Arbres : une pièce «branchée» !

3 novembre 2006

Par Wilfred Avez-vous déjà jouer un arbre au théâtre? J’ai toujours cru que ça serait facile et simple. Tellement que je ne l’ai jamais fait. On me l’a proposé, mais j’ai toujours refusé. Et là, on m’a offert de voir La chair des arbres au théâtre prospero. Un gars, Stéphane Séguin, joue, seul, devant nous, les 25 spectateurs, l’arbre, la fleur et raconte des histoires à travers ces végétaux si utile à l’humanité. Toute...