Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

BigFlo & Oli, ici c’est la vraie vie

Aucun champ n'est obligatoire



  • Attendus depuis leur dernier passage en juillet dernier, Bigflo & Oli sont de retour à Montréal pour y interpréter leur dernier album à succès.

     

    crédits: CarpeDiem

    Samedi 16 décembre 2017, la rue Sainte-Catherine est témoin d’un attroupement de Français autour du Club Soda, qui attend depuis plus d’une heure dans le froid pour pouvoir s’attribuer une place confortable à la représentation au concert de deux pointures du rap français. Après une courageuse attente, le spectateur patient s’est vu récompensé par un spectacle mémorable, Bigflo et Oli interprétant leur second album : la Vraie Vie.

    Originaires de Toulouse, Florian et Olivio Ordonez se sont illustré tôt dans le rap où ils se montrent novateurs en proposant des chansons basées sur leurs liens fraternels, cassant dans la foulée le mythe des rappeurs couverts de bijoux roulant en Ferrari. Leur dernier album, La Vraie Vie, est sorti en juin 2017 et a été certifié double disque de platine au début du mois de décembre. Du haut de leur 21, le duo confirme une nouvelle fois sa maitrise de la critique intelligente que l’on a le plaisir de découvrir dans des textes où la fraternité complice, les ambitions, la simplicité et l’épreuve savent émouvoir, font parfois sourire et plaisent à coup sûr.

    Après la première partie assurée par le rappeur québécois Zach Zoya, les spectateurs n’en peuvent plus, déjà le public brûle d’impatience et l’on crie de nom des deux frères. Bigflo ouvre le spectacle avec son solo de la Vraie Vie, suivi par Oli qui enchaine ensuite avec lui les titres de l’album, entrecoupés par plusieurs improvisations. Pour les amateurs de beatbox, un spécialiste en la matière était présent : le chanteur Wawad accompagnait le duo dans leurs improvisations et chanson, faisant découvrir par le fait même la richesse des sons que peut produire la bouche humaine. Soucieux de créer un lien avec le spectateur Le duo se permet même d’inviter le public sur scène à plusieurs reprises, d’exécuter avec lui des chorégraphies simples pour le mettre dans l’ambiance. Au plus fort du concert, ils iront même jusqu’à se mêler à la foule pour danser avec leurs admirateurs, le tout avec des jouets gonflables et une ambiance de boîte de nuit. Un vrai rêve pour ceux qui ont toujours rêvé de danser avec leur idole au son de leur chanson préférée.

    En somme Bigflo & Oli ne sont pas que des musiciens accomplis, ce sont aussi des bêtes de scène capables d’interagir avec le public et qui partagent volontiers la scène avec le public et d’autres artistes, créant ainsi un réel lien avec leur auditoire. C’est peut-être aussi ce qui explique le succès des deux frères : au-delà des belles chansons, on est en face d’artistes humains, qui n’ont pas pris la grosse tête et chez qui on se reconnaît sans mal. Au final, c’est sans hésiter qu’il faut aller les voir. Bigflo et Oli, la Vraie vie : c’est un grand oui!




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Igloofest 2010 : À venir en cette 2e fin de semaine

    22 janvier 2010

    Le public présent à la première des trois fins de semaine de l’Igloofest ne s’est laissé impressionner ni par la température inhabituellement douce pour un mois de janvier, ni par les quelques fl aques d’eau éparpillées sur le Quai Jacques-Cartier. Cette année encore, le concours de « one piece » semble être populaire auprès des festivaliers, nombreux à faire la file pour être pris en photo revêtus de leurs plus beaux habits de ski...

    Bach – Musique de la vie, musique de l’éternité

    23 janvier 2009

    La présentation par l’OSM de la messe en si mineur de Bach a été l’occasion de révéler aux spectateurs l’activité raffinée de l’orchestre invité Tafelmusik Baroque Orchestra and Chamber Choir. Bach était protestant et une partie de son oeuvre est dédiée à l’instant cérémoniel. Il composait chaque semaine une cantate pour le dimanche suivant. Pourtant, l’appellation de «messe» ne doit absolument pas réduire l’oeuvre à ses limites temporelles, géographiques et dévotionnelles. Certes, elle exprime...

    Soupers : un repas qui se digère lentement

    18 février 2011

    On vous introduit dans une salle où plein de tables sont déposées façon petit restaurant. L’établissement déborde. Pas de scène traditionnelle, pas de rideau, bref, que du doute et de la curiosité. Même l’expérience de l’entrée dans la salle est imprégnée de cette atmosphère unique, avec des serveuses qui viennent vous asseoir. Les différents groupes attablés discutent entre eux, ce qui donne pour ainsi dire l’impression d’être dans un véritable restaurant. Une fois les...

    Aucun champ n'est obligatoire