Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La Jungle au Corona

Aucun champ n'est obligatoire



  • Mercredi dernier, c’était au Corona que se produisait le groupe londonien Jungle pour le plus grand bonheur du public montréalais. Présentant les succès de leur premier album éponyme, la formation de funk-soul a enflammé la salle de ses rythmes chaleureux.

    C’était sans réellement connaître le groupe que je me suis présenté au théâtre Corona ce mercredi de fin novembre, ayant en tête quelques-unes de ses chansons mais n’en sachant pas beaucoup plus. Jungle avait donc tout à gagner pour moi, mais j’avais un doute que je serais séduit… et séduit je fus.

    L’énergie du groupe anglais est impressionnante sur scène; sept membres dont plus de la moitié chantent, des percussions efficaces, une satisfaction palpable à voir la foule réagir. C’est d’autant plus plaisant pour un spectateur quand tu sens que le groupe devant toi apprécie autant que toi le moment. Jungle remerciaient le public après chaque chanson, et étiraient leurs chansons pour bien imbiber la foule de leur énergie.

    Après avoir ouvert le spectacle avec plusieurs de leurs chansons populaires, dont Time ou Lemonade Lake, le groupe faisait monter la tension dans la foule qui attendait avec impatience le hit Busy Earnin’. Et c’est après quelques notes de teasing que le Corona a littéralement explosé sous les voix des deux leaders.

    Côté musical, les voix claires des deux leaders Josh Lloyd-Watson et Tom McFarland se mêlent superbement à celles de leurs choristes et donnent une touche très aérienne à la performance du groupe. À première écoute, on a un peu de mal à caser le style du groupe avec des mots; un peu de funk par-ci, des échantillonnages par-là, des influences soul, des percussions orchestrales et des effets de guitare plus modernes… appelons ça du modern-funk-soul! Mais peu importe, l’important c’est que la foule danse!

    Jungle reste assez fidèle à ses enregistrements en live, mais leur style se prête particulièrement bien à la scène et l’exécution est impeccable, vraiment rien à redire là-dessus. En fait, ça donne déjà hâte à du nouveau contenu de leur part!




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    FNC:35e

    20 octobre 2006

    La Programmation Non, non, ici pas de langage informatique, mais bien le langage cinématographique. Deux langages bien différents, mais qui ont en commun l’universalité. Dans le cadre du Festival du Nouveau Cinéma, des centaines d’œuvres internationales sont à votre portée. Pour s’y retrouver, on peut consulter l’horaire disponible sur le site internet. Pour choisir, ça se complique. On fait confiance au hasard, et on ouvre grand ses yeux et son esprit ! Ce sacré...

    Programmation 2010 de l’Igloofest

    2 décembre 2009

    C'est aujourd'hui qu'était dévoilée la programmation officielle de l'édition 2010 de l'Igloofest, édition hivernale du Piknic Électronik qui se déroule sur les Quais du Vieux-Port de Montréal. Première référence temporelle de la nouvelle année après Noël, pour nous mettre l'eau à la bouche et nous faire rêver de Mutek qui se tiendra à la fin du printemps, cette édition promet à nouveau des fins de semaine de janvier électronisantes*. Nouveauté cette année, l'endroit sera...

    Declaración en idioma flamenco

    17 février 2006

    Si le flamenco est un art dont la maîtrise est propre aux gitans, alors Myriam Allard devait être des leurs dans une vie antérieure. Cette Québécoise qui a débuté par la danse jazz à Québec et qui a décidé à l’âge de 19 ans de partir en Espagne, plus exactement à Séville, berceau du fl amenco traditionnel, est réellement étonnante. Lors de la représentation du samedi 11 février au Lion d’Or, David el Gamba,...

    Aucun champ n'est obligatoire