Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

C’est pas vrai je l’jure!

Aucun champ n'est obligatoire



  • Quand j’avais 8 ans, je disais ça. Je disais ça quand mon petit frère pleurait, au moment où ma mère accourait voir ce qui se passait pour que son plus jeune soit dans tous ses états. « C’est pas moi, je l’jure! », ça empêchait pas que mon frère avait un bleu sur un genou et j’étais le seul être vivant à part mon chat dans un diamètre de cinquante mètres à pouvoir lui avoir fait.

    Ça se pardonne, j’avais huit ans, mon argumentaire n’était pas encore tout à fait au point. Et mon frère était tombé tout seul en plus, vous demanderez à mon chat. Par contre, ça se pardonne moins bien à un politicien, quand les faits sont là, dans nos faces, et le mensonge gros comme le bras d’Hugo Girard.

    Facile de nier

    Je vais commencer par un petit cours sur la méthodologie à suivre : la règle, c’est de toujours nier. Nier les changements climatiques, nier la culture du viol, nier qu’on se fait f*urrer solide par des multinationales qui ne payent pas leurs taxes. Nier. C’est la première étape, la plus facile, et en plus ça a le bénéfice d’en berner quelques-uns, moins rusés que ma mère.

    « IL N’’Y a pas de culture du viol, il y a une gang de femmes qui ne connaissent pas leurs (sic) sexualité pour en tirer du VRAI PLAISIR!!!! » lâchait sur Facebook, il y a un peu moins d’un an, Caroline Orchard, actuelle candidate de Coalition Montréal dans Notre-Dame-de-Grâce.

    « J’ai eu des discussions avec des Catalans là-bas, et ce n’est pas une majorité de Catalans qui est pour l’indépendance de la Catalogne » disait Caroline St-Pierre, Ministre des Relations internationales, le 4 octobre dernier, juste un peu après que le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, eu proclamé qu’« aujourd’hui, il n’y a pas eu de référendum d’autodétermination en Catalogne ». Non mais en toute honnêteté chers lecteurs, qui serions-nous pour remettre en question de si crédibles propos? Rien de mieux que des sceptiques et des emmerdeurs, voyons!

    Pas réellement d’argument pour prouver votre point? Pas de problème, nos politiciens sont là pour vous rappeler qu’une simple supposition d’expérience personnelle est suffisante pour convaincre l’électorat de la véracité de leur propos. La preuve, même d’autres personnalités publiques s’y mettent!

    « Ça n’arrive pas dans la mode. Aucun photographe ne m’a jamais fait ça, jamais. », déclarait très exactement lundi Carla Bruni-Sarkozy au sujet de la culture du viol et du harcèlement sexuel dans le milieu de la mode. C’est vrai! Ça ne lui est jamais arrivé, pourquoi est-ce que ça arriverait à une autre? Voyons, quelle idée farfelue…

    Ah, et au cas où vous voudriez un exemple plus environnemental pour bien comprendre la technique, appréciez la technique fine de Jean-François Gosselin, candidat à la mairie de Québec et chef du parti Québec 21, qui répondait il y a quelques jours : « Je pense qu’il y a des changements climatiques, mais je ne pense pas que l’homme est responsable ». Au cas où elle vous aurait échappé, voyez la finesse avec laquelle il débute sur une belle note pour amadouer l’oreille non-avertie, lui permettant de déraper par la suite sur une opinion complètement vide de faits. Du génie. Notez aussi que les mots « des changements climatiques » peuvent facilement être substitués par « une culture du viol » tout en conservant la crédibilité de la phrase intacte.

    Trêve de sarcasme, ce ne sont que quelques exemples récents, je vous ai même épargné notre ami orange à perruque jaune et ses sbires, là on aurait été partis pour la gloire.

    Me prends-tu pour un cave?

    Non mais sérieusement, à quel point se fait-on prendre pour des imbéciles? J’ai eu ce flash (c’était pas la première fois, mais bon…) en écoutant parler Mélanie Joly à Tout le monde en parle il y a quelques dimanches. Je me suis dit, les yeux plissés en l’observant slalomer entre les questions, les évitant avec la subtilité d’un feu sauvage sur une photo de finissant, « mais qui est-ce qu’elle pense berner en ce moment? ». Sérieusement?

    L’être humain est niaiseux des fois; peut-être qu’elle (ou le marionnettiste derrière) misait sur ça, espérant que le public remarquerait plus les cheveux soyeux de Pierre-Yves McSween à sa droite. Mais non. Semblerait-il que le monde est encore doté d’intelligence et d’un certain sens du flair, quand il vient le temps de se rendre compte qu’il est en train de se faire passer un sapin.

    Mon point est simple : si par malheur, si pour une raison obscure tu es dans l’obligation de me mentir, d’omettre des faits, ou tout simplement de t’en foutre royalement, s’il-te-plait, puis-je te demander de te forcer pour que je n’aie pas l’impression de me faire prendre pour un cave?

    Je sais, je sais… c’est trop demander. Trop demander de prouver son point à l’aide de faits, trop demandé de se soucier un tant soit peu de la crédibilité de nos propos. Trop de nos politiciens nous le prouvent à chaque jour : la science, les statistiques, les chiffres, ça sert juste à ramasser la poussière.

    Mais malgré tout…

    À une époque où les faits sont alternatifs, et où une opinion fait la job s’ils ne font pas notre affaire, je me morfond un peu moins quand on me demande de citer mes sources dans un travail de session. Je m’encourage même, quand je vois les réseaux sociaux réagir et tourner au ridicule ces discours sans queue ni tête. Semblerait-il que le meilleur ne soit pas mort, qu’il reste d’irréductibles esprits critiques qui ne tolèrent pas ce genre de foutaise insipide et continuent de l’exposer au grand jour.

    Peut-être que certains de nos amis politiciens auraient besoin que leur mère leur remette en pleine face qu’ils ne sont pas crédibles. C’est peut-être ça la solution!

    À titre d’encouragement, maintenant mon frère mesure six pieds deux et a le pouvoir de me ramasser quand il le désire. Le karma comme on dit…




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Le Polyscope en PDF+

    Dans la même catégorie

    Chronique de la vérité

    29 novembre 2007

    Cette semaine encore, dans le cadre de la chronique de la vérité, la seule chronique vraiment objective et honnête de ce journal, je vais vous présenter le cas de deux personnalités politiques bien connues qui ont porté un changement radical à leur vie au cours de la dernière semaine. Le premier d’entre eux est notre premier ministre Stephen Harper, qui rencontra il y a quelques jours le Dalaï Lama, ce qui sembla transformer sa...

    Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

    24 mars 2016

    Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

    Pendant qu’on bouffe les restants de Noël

    5 janvier 2007

    Parlons météo, voulez-vous ? C’est que de mon côté, je n’ai pas reçu de visite durant le temps des fêtes. Pas de soirée débile où plus personne ne sait quoi dire et où tout un chacun s’en remet à la météo pour meubler le silence inconfortable qui règne tel un roi. Moi, j’ai plutôt opté pour un voyage à New York, fritures et policiers inclus. Ceci dit, ni ici ni aux States je n’ai...

    Aucun champ n'est obligatoire