Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

VoxPop: Asexualité 101

Aucun champ n'est obligatoire



  • La semaine du 23 au 29 octobre est la semaine de l’asexualité. Pour en apprendre davantage sur le sujet, Le Polyscope a décidé d’aller interroger quelques étudiants asexuels qui ont eu la bonté de répondre à nos questions.

    Peux-tu définir pour nos lecteurs ce qu’est l’asexualité?

    Charlotte : L’asexualité est un spectre qui comporte plusieurs branches ; on y retrouve beaucoup d’identités distinctes, mais peu connues, toutes en lien avec un certain manque d’attirance sexuelle.

    Shu : Selon moi, c’est lorsque quelqu’un ne ressent pas nécessairement l’envie d’avoir des activités sexuelles avec autrui ou tout seul.

    Tina : L’asexualité est un mot qui décrit les gens qui ne ressentent pas d’attirance sexuelle envers les autres, ou qui ne désirent pas agir sur une attirance.

    Ziad : Être asexuel, c’est ne pas ressentir d’attirance sexuelle envers qui que ce soit. Cette personne pourrait très bien avoir une libido élevée ou formuler consciemment l’envie d’avoir une relation sexuelle, mais ne sentira pas d’intérêt sexuel spontané envers une autre personne, peu importe son genre.

     

    Quand as-tu mis un mot sur ce que tu ressentais?

    Charlotte : Quand j’avais 16 ans.

    Shu : Je pense m’être associée à ce mot à environ 17-18 ans.

    Tina : Depuis le primaire j’ai remarqué que j’avais une attitude différente vis-à-vis la notion d’être en couple que les gens autour de moi; j’ai commencé à me questionner vers secondaire 2-3; puis à plus m’affirmer (envers moi-même) vers l’âge de 16-17 ans.

    Ziad: À 15 ans.

     

    Est-ce qu’être asexuel signifie faire partie de la communauté LGBT*?

    Charlotte : Oui !

    Tina : Y E P ! ! !

     

    Que penses-tu des étiquettes?

    Charlotte : Selon moi, les étiquettes sont bénéfiques. Elles permettent de mettre un mot sur ce que l’on ressent et ainsi comprendre que l’on n’est pas anormal ou brisé.

    Shu : Je n’aime pas vraiment les étiquettes, car je trouve que cela restreint notre identité. J’aime mieux faire ce que je veux faire sans avoir à me conformer à certaines étiquettes.

    Tina : Elles sont là pour les gens qui se sentent confortables de les porter, mais ni obligatoires ni nécessaires.

    Ziad: Personnellement, je considère la sexualité comme quelque chose de changeant, mais j’arbore mon étiquette fièrement, tout en me disant que c’est correct si plus tard je me rends compte que ça a changé.

     

    Si tu désires être en couple, préférerais-tu être avec une autre personne asexuelle ?

    Shu : Cela ne me dérangerait pas d’être avec quelqu’un non-Ace, en autant que la personne soit compréhensive concernant ma faible libido et ma réserve à propos des activités sexuelles.

    Tina : Cela ne me dérange pas, dans la mesure où certaines limites ne sont pas franchies.

     

    Comment vois-tu la vie de couple?

    Shu : Essentiellement, c’est deux personnes qui s’aiment bien et qui veulent être ensemble et le demeurer dans un futur proche. Je m’intéresse en premier lieu à la cohabitation de deux individus ensemble; à l’amour d’esprit plutôt qu’une connexion corporelle.

    Ziad: Un mode de vie potentiellement merveilleux (imaginez vivre avec votre meilleur ami.e!), mais jusqu’à présent hypothétique.

     

    Quelles sont les conceptions sur l’asexualité que tu trouves les plus ridicules?

    Shu : L’idée que quelqu’un peut être “brisé” parce qu’il a un faible désir sexuel. La nature nous a fait tous différents et il n’y a rien de mal à ce que quelqu’un ressente plus ou moins l’envie de s’engager dans des actes sexuels de n’importe quelle nature.

    Tina : Qu’aucune personne asexuelle n’a de relation, qu’elles ne ressentent pas d’amour sous aucune forme, que c’est un choix comme le célibat, que ça n’existe pas, que quelque chose de grave soit arrivé pour créer un traumatisme, que c’est une maladie,etc.

    Ziad: Que c’est un problème d’hormones.

     

    Pourquoi penses-tu que l’asexualité est si mal comprise?

    Tina : Une raison peut être que les relations sexuelles/la sexualisation sont très mises de l’avant dans notre société à un tel point que beaucoup de personnes s’imaginent qu’une vie sans ces émotions est impossible, puisqu’elles font partie intégrante de notre quotidien.

     

    Quel nourriture est meilleure que le sexe?

    Charlotte : Tous les desserts!

    Shu : La crème glacée!

    Tina : Les crêpes!

    Ziad: Tout ce qui contient du chocolat!

    Articles similaires

    Entrevue avec Christophe Guy

    14 septembre 2007

    Le Polyscope a rencontré le nouveau DG pour qu’il nous fasse part de sa vision de l’École. Quelles seront vos grands chantiers pour la durée de ce mandat? Mon mandat est un mandat de continuité avec ce qui a été mis en place par Mr Papineau avec 3 grands axes: Le premier serait le maintien de la qualité du climat d’études et de travail à l’école. Nous voulons poursuivre et améliorer les aspects qui ont...

    Valorisation de l’enseignement

    12 mars 2004

    Jeudi prochain, le 18 mars, Monsieur Pierre Lafleur, Directeur des Études à l'École Polytechnique, animera un débat-midi sur la valorisation de l'enseignement à l'École. On comptera parmi l'assistance de nombreux représentants de la communauté polytechnicienne, notamment les étudiants, les professeurs et les chargés de cours. C'est là une dépêche qu'envoie au journal l'association des étudiants (l'AEP). Il est intéressant d'en discuter en éditorial, car le sujet mérite l'attention de tous et il demeure brûlant...

    Polytechnique en grève !

    11 mars 2005

    Poly est en grève ! C'est une première historique. Les hausseurs d'épaules ont remué l'échine et ont organisé une assemblée générale de 890 personnes, soit près du tiers de l'ensemble des étudiants. La majorité s'est exprimée avec force. Le propos était sans équivoque. Le OUI l'a remporté par 595 voix contre 274 pour le NON, et 21 abstensions. Ainsi, le mercredi 16 mars 2005, Polytechnique fermera ses portes, baissera ses fanions, érigera des...




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Ô vieillesse, amie

    18 septembre 2009

    Vous savez que vous êtes vieux quand vous n’avez plus besoin de faire cuire votre gâteau d’anniversaire dans un four, puisque les bougies suffiront. À part ce côté écolo, la majorité des gens ne trouvent pas le côté positif de vieillir et trouvent même une raison de déprimer à l’idée de l’approche de l’automne de leur vie. Cet état psychologique qui touche une grande partie des femmes et de plus en plus d’hommes, fait...

    Black Rain – Ozzy Osbourne

    28 septembre 2007

    Par Slave Je fais partie de ceux qui croyaient que les ravages causés par la drogue, l’alcool, l’âge et MTV avaient faits d’Ozzy Osbourne une betterave sur pattes. Surtout si on regarde (parce qu’on n’ose pas les écouter) ses deux derniers navets, Ozzmosis et Down to Earth. Mais voilà que le « Prince of Darkness » nous surprend avec Black Rain et nous fait sentir plutôt concombre (prononcer cocombe). Les deux premières pièces, Not...

    Lettre d’amour à mes snoozes

    28 septembre 2007

    J’étais à vélo et je roulais vite. Vraiment vite... Profitant du soleil et du service d’emprunt de vélo de l’audio-visuel de Poly, je me suis retrouvé à grande vitesse dans les rues de Montréal. J’essayais depuis déjà deux jours, sans succès, d’écrire un article. J’avais commandé à mon hémisphère gauche un article sur un sujet vaste — la surutilisation des Snoozes chez les étudiants — et c’est à cet instant que la moitié gauche...

    Aucun champ n'est obligatoire