Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’ONJ sous la baguette de Christine Jensen

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article L’ONJ sous la baguette de Christine Jensen
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    worldjazznews.blogspot

    Apparition de l’Orchestre National de Jazz jeudi dernier, pour présenter la nouvelle œuvre de la compositrice Christine Jensen « Under The Influence ». Le concert s’est donné à la Maison de la Culture Ahuntsic-Cartierville à travers le programme du Conseil des arts de Montréal : « CAM en tournée ».

    Pour l’ouverture, nous avons eu droit aux compositions de la chanteuse et parolière Sienna Dahlen, dont les trois morceaux se dévoilèrent crescendo, trouvant leur apothéose dans la chanson Venitzia, interprétée par Sienna pour clore le concert. Très jolie découverte que cette voix montant comme une plume dans les aigus et maitrisant impeccablement les modulations. Cependant, replacée dans le contexte d’une atmosphère jazz, on remarque qu’à partir du moment ou Christine Jensen prend la direction des choses, la chanteuse ne trouve plus tout à fait sa place. Timbre de voix et mouvance peu adaptés, les mouvements que la compositrice lui fait entonner n’apporteront pas la touche escomptée. Le décalage vient peut-être du répétiteur qui donne un décalage entre un mouvement de voix lancinant qu’il accentue et une ambiance jazzy d’un autre registre.

    En ce qui concerne le plat de résistance, de très beaux solos, mais une harmonie d’ensemble qui laisse à désirer. Christine nous propose dans une première partie dédiée au trompettiste Kenny Wheeler, un solo de trompette exquis, mais entouré par l’enveloppe d’un mélange instrumental légèrement surchargé. Le second mouvement, cette fois dédié au pianiste Jan Jarczyk, nous propose un solo de saxophone soprano remarquablement exécuté. Puis c’est au tour de la batterie de briller un peu, exécutant une transition légèrement timide mais très technique avec le troisième mouvement. C’est cette fois au compositeur John Coltrane que la chef d’orchestre rend hommage, nous proposant un ensemble plus harmonieux, épuré et rythmique qui lance une sorte d’appel à la liberté. On notera d’ailleurs un solo de clarinette basse tout en maitrise et volutes.

    La quatrième partie, inspirée du « Out of Nowhere » de Lee Konitz restera gravée dans ma mémoire pour la surprise insolite qu’elle propose : un solo de trombone sur mesure. Cas de figure plus rare, le trombone emporte ce qu’il restait d’hésitation en moi et élève ce quatrième mouvement. Le final commence alors, nettement moins engageant, et je reviens à la réalité. Le solo de contrebasse ne m’enlève pas vraiment. Malgré quelques bons effets de son, l’instrument reste largement sous-exploité et je reste sur ma faim. Heureusement, arrivés à la moitié de la partie, les saxophones reprennent la main pour redonner une cohérence et une énergie dévastatrice comme ils savent en communiquer si facilement. Nous voilà repartis, tout l’orchestre s’y met et ensemble, ils unissent leur sonorité sur un bouquet final assourdissant de réussite!

    On regrettera finalement le piano, qui semble absent, la guitare et la contrebasse qui laissent entrevoir un beau potentiel qui ne sera malheureusement jamais engagé complétement, et la qualité du son qui n’était pas vraiment au rendez-vous, la salle et l’acoustique n’étant effectivement pas idéals.

    Articles similaires

    Heathenfest : Une soirée avec les barbares du heavy metal

    16 novembre 2009

    Jeudi, 5 novembre 2009, 18h. Une longue file longe le National, à deux pas du métro Beaudry. L’excitation est palpable parmi les fans de heavy metal attroupés ce soir là, et pour cause, le Heathenfest débarque en ville. Même si l’ouverture des portes se fait attendre, on entend quelques groupuscules d’individus à l’aspect barbare entonner des classiques comme « Wenches and Mead ». À l’intérieur, première surprise pour ceux qui n’ont jamais été au National : le...

    Un dimanche vibrant à Osheaga!

    7 août 2014

    Osheaga, encore une réussite ! Dimanche le 3 août était la dernière journée du festival Osheaga. Déjà, c'était une neuvième expérience musicale pour ce festival qui gagne en popularité avec les années. La journée chaude et ensoleillée n'a pas retenue les nombreux spectateurs de danser. En effet, les organisateurs s'étaient préparés à une chaleur accablante avec des boyaux d'arrosage qui rafraîchissaient et animaient la foule. Il y avait même des plateformes de gazon pour s'installer...

    Sortir pendant l’automne à Montréal

    4 septembre 2009

    Généralement, la fin de l’été déprime la plupart des étudiants. Certains abandonnent en pleine session par manque de passion, d’autres triment dur et s’éreintent après quatre mois passés à la chandelle à lire les notes de cours. Je dis généralement, car Montréal regorge de surprises au cours de la session d’automne, moments parfaits pour couper dans une session trop intense et occasions idéales pour faire des découvertes culturelles tant au niveau musical que cinématographique....




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Les albums évènement de 2013

    17 janvier 2014

    On peut facilement admettre que Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo sont les rois du buzz. Il aura fallu une simple photo publiée sur Facebook fin février après 5 ans de silence radio pour que tout Internet s’enflamme. Après 3 mois d’une attente insoutenable et d’une promo bien huilée, le Saint Graal est dévoilé et les Robots tentent une nouvelle fois de révolutionner la musique électro. Ayant posé les bases de l’EDM (Electronic Dance...

    Circus minimus

    22 septembre 2006

    Mardi soir dernier avait lieu le retour sur les planches de Christian Bégin et Martin Drainville, campant de nouveau la peau de malheureux clowns. C’est ainsi que le gratin artistique de Montréal s’était réuni à l’intime Théâtre d’Aujourd’hui pour voir et même revoir la formidable pièce qu’est Circus minimus. C’est un décor de toute beauté que nous avons pu apercevoir lorsque les lumières se sont allumées. Il est minutieux, précis et muni de détails...

    Prions en église…

    9 février 2007

    C’est concept : Arcade Fire présente ses premiers spectacles de sa tournée Neon Bible dans des églises : cinq spectacles à St-John’s Church à Londres, cinq spectacles dans une église ukrainienne à Montréal cette semaine, et cinq spectacles à la Judson Memorial Church de New-York la semaine prochaine. C’est en quelque sorte un spectacle de rodage que le groupe culte présente. Le but étant de pratiquer les nouvelles chansons, de se remettre en forme...

    Aucun champ n'est obligatoire