Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Love is Love : l’amour signé Jean Paul Gaultier

Aperçu article Love is Love : l’amour signé Jean Paul Gaultier
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
MBAM Instagram

Réunies autour d’un montage en gâteau de mariage, qui pourrait rappeler le couple en sucre iconique qui surplombe la plupart des pièces montées, les tenues nuptiales du créateur nous ont faites voyager au rythme de leurs volutes de tulle.

Cette exposition tient en fait de bouquet final à une exposition lancée en 2011 par le Musée des Beaux-Arts de Montréal, en partenariat avec la maison du couturier. Première tournée internationale pour ses créations, Jean Paul Gauthier voulait remercier le chaleureux accueil québécois dont il avait bénéficié en concluant cette aventure par un clin d’œil à son commencement. Sorte d’analogie à la mariée qui clôt toujours les défilés haute couture, cette pièce représente le clou du spectacle.

Empruntant le nom « Love is Love » plutôt que celui de l’exposition originale « La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles », il s’agit en fait ici d’une référence à la phrase prononcée par Barack Obama le 26 juin 2015, lorsque la Cour suprême des États-Unis légalisa le mariage homosexuel.

MBAM Instagram

 

 

Le thème de Love is Love, reprend la vision humaniste et inclusive de l’artiste qui défend donc le mariage pour tous et inclut dans sa collection des modèles mariant aussi bien les hétérosexuels que les homosexuels, les bisexuels ou encore les transgenres. Il marie également les cultures, ethnies, origines et époque pour célébrer l’amour dans la diversité et l’osmose. On retrouve donc des robes de mariées transformées en tailleurs, des tenues osées, des coiffes de cérémonie indiennes et des traines aussi longues que le hall d’exposition. Il nous gâte également avec des mariages de matières insolites, allant de la fine dentelle à la laine épaisse en passant par la peau de bête et les plumes. Gardant principalement comme couleur le blanc traditionnel, il nous fait tout de même entrevoir de petites variations, comme ses quelques modèles en rose cendré, absolument ravissants.

collection Élégance parisienne, modèle Les Mariés, haute couture automne-hiver 1998-1999, Photo © Patrice Stable/Jean Paul Gaultier

 

 

 

 

 

 

Cette collection, tout en élégance et audace est charmante, bien que présentant un léger bémol. En sa qualité de point final, l’exposition ne reprend effectivement pas l’intégralité du « défilé de mode » qui a fait le tour du monde, mais se restreint à une seule pièce, exhibant les plus beaux modèles du couturier, 36 robes et tenues de noces ayant été confectionnées entre 1990 et 2017. Heureusement que les billets pour Love is Love donnaient également accès à l’exposition Révolution, sinon ça aurait certainement fait un peu court !

 

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Le formulaire long chez Statistique Canada

28 janvier 2011

Bientôt un vestige? Tous les cinq ans, au Canada, une opération massive de collecte de données est déployée: le recensement national effectué par Statistique Canada. Le recrutement de 37 000 employés pour le recensement de 2011 est actuellement en cours. Vous l’avez peut-être remarqué grâce au prospectus qui a accompagné votre dernier retour d’impôts TPS. Lors d’un recensement, des formulaires demandant des informations personnelles sont envoyés à chacun des 12,4 millions de domiciles du pays...

70 pays en un écran : Festival des Films du Monde

4 septembre 2009

Montréal, la nuit, Montréal, dans une salle sombre de cinéma. Le Festival des Films du Monde est en pleine effervescence depuis maintenant une semaine, et se clôturera dans quelques jours, lundi prochain (7 septembre). C’est l’occasion parfaite pour les cinéphiles de découvrir un autre type d’images, d’histoires et de se laisser entraîner dans la magie cinématographique mondiale. Avec une programmation provenant de tous les coins du monde, le festival propose aux spectateurs une panoplie...

Sculture de chair et de lumière

22 septembre 2006

Des images s’impriment sur nos rétines lors d’un flash de lumière suivi d’un noir complet, nous laissant imaginer plutôt que voir ce qui se passe devant nous. Des corps jouent dans des faisceaux de lumière qui traversent la salle, tirant profit des différences de réflexion de la lumière sur des vêtements blancs ou noirs ou sur la peau nue. Les éclairages nous mettent mal à l’aise à cause de leur froideur. La lumière comme...