Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Love is Love : l’amour signé Jean Paul Gaultier

Aperçu article Love is Love : l’amour signé Jean Paul Gaultier
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
MBAM Instagram

Réunies autour d’un montage en gâteau de mariage, qui pourrait rappeler le couple en sucre iconique qui surplombe la plupart des pièces montées, les tenues nuptiales du créateur nous ont faites voyager au rythme de leurs volutes de tulle.

Cette exposition tient en fait de bouquet final à une exposition lancée en 2011 par le Musée des Beaux-Arts de Montréal, en partenariat avec la maison du couturier. Première tournée internationale pour ses créations, Jean Paul Gauthier voulait remercier le chaleureux accueil québécois dont il avait bénéficié en concluant cette aventure par un clin d’œil à son commencement. Sorte d’analogie à la mariée qui clôt toujours les défilés haute couture, cette pièce représente le clou du spectacle.

Empruntant le nom « Love is Love » plutôt que celui de l’exposition originale « La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles », il s’agit en fait ici d’une référence à la phrase prononcée par Barack Obama le 26 juin 2015, lorsque la Cour suprême des États-Unis légalisa le mariage homosexuel.

MBAM Instagram

 

 

Le thème de Love is Love, reprend la vision humaniste et inclusive de l’artiste qui défend donc le mariage pour tous et inclut dans sa collection des modèles mariant aussi bien les hétérosexuels que les homosexuels, les bisexuels ou encore les transgenres. Il marie également les cultures, ethnies, origines et époque pour célébrer l’amour dans la diversité et l’osmose. On retrouve donc des robes de mariées transformées en tailleurs, des tenues osées, des coiffes de cérémonie indiennes et des traines aussi longues que le hall d’exposition. Il nous gâte également avec des mariages de matières insolites, allant de la fine dentelle à la laine épaisse en passant par la peau de bête et les plumes. Gardant principalement comme couleur le blanc traditionnel, il nous fait tout de même entrevoir de petites variations, comme ses quelques modèles en rose cendré, absolument ravissants.

collection Élégance parisienne, modèle Les Mariés, haute couture automne-hiver 1998-1999, Photo © Patrice Stable/Jean Paul Gaultier

 

 

 

 

 

 

Cette collection, tout en élégance et audace est charmante, bien que présentant un léger bémol. En sa qualité de point final, l’exposition ne reprend effectivement pas l’intégralité du « défilé de mode » qui a fait le tour du monde, mais se restreint à une seule pièce, exhibant les plus beaux modèles du couturier, 36 robes et tenues de noces ayant été confectionnées entre 1990 et 2017. Heureusement que les billets pour Love is Love donnaient également accès à l’exposition Révolution, sinon ça aurait certainement fait un peu court !

 

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Se plaindre

26 janvier 2007

C’est bien connu, se plaindre est le sport national au Québec. Même le hockey ne compte pas autant d’adeptes. Bien sûr, certains argumenterons que ce n’est pas un vrai sport dans la mesure où aucun effort physique n’est concrètement requis, mais les sceptiques seront rapidement confondus par certains experts qui se font une joie d’élever leur art au niveau des plus grands athlètes olympiques en utilisant tout leur corps pour se plaindre. Évidemment, nombreux...

Marilyn Manson au Centre Bell

2 octobre 2009

Le Centre Bell à peine vidé du chaos épique laissé par la double performance de Metallica, c’est Marilyn Manson qui prenait la relève deux jours plus tard pour poursuivre l’enchainement quasi-interrompu des shows hard-rock qui pleuvent sur Montréal ces derniers temps. Annoncé comme une grande orgie musicale, célébration du renouveau d’un artiste insolite, le satanique révérant était ce jour-là le sujet de toutes les préoccupations des fondamentalistes du coin...comme à son habitude. Il était...

L’art du jonglage

17 décembre 2008

Stephen Harper est fort, très fort. Sans doute un peu trop fort pour ses adversaires directs. Il a compris la chose la plus importante en politique et surtout, quand vous devenez Premier Ministre et que vous vous voulez y rester, c’est l’art du compris et du calcul. Forcément, avec cette technique, vous terminerez comme un Jacques Chirac en France, sans trop de panache, mais sans avoir froissé trop de monde. Harper jongle ces derniers...