Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rhye en spectacle – Faites comme chez vous

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Rhye en spectacle – Faites comme chez vous
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Visuel du prochain CD de Rhye

    Dimanche soir dernier, au théâtre Le National, Le Polyscope s’est senti comme chez lui entre une suave première partie offerte par Charlotte Day Wilson et la prestation parfois éthérée, parfois psychédélique, parfois dansante de Rhye. Récit d’une soirée musicale qui a fait du bien.

    Lorsque Le Polyscope arrive vis-à-vis l’entrée du théâtre, il n’est nullement surpris par les affichettes qui signalent que tous les billets ont été vendus. Voilà bien longtemps que Rhye, un groupe de musique formé d’un duo canadien-danois, est passé à Montréal et d’ailleurs, plusieurs des gens venus voir le spectacle ce soir étaient tombés sous le charme lors de son dernier passage dans la métropole. La salle se remplit rapidement dès l’ouverture des portes; le public cherche à s’installer aux premières loges afin d’avoir une vue imprenable, mais Le National étant ce qu’il est, soit une petite salle intime, même les derniers arrivés seront bien placés pour tout voir du spectacle. Les deux artistes ont du nouveau matériel à tester ce soir; Rhye indique même avoir pratiqué une de ses nouvelles chansons pour la première fois le matin même, réussissant en peu de temps à maîtriser la version en direct pour la jouer le soir venu. En une heure et demi de spectacle, Rhye aura le temps de jouer la totalité des chansons de son album Woman (ou presque! Le Polyscope n’a pas compté, il passait un trop bon moment), mais n’aura eu besoin que d’une vingtaine de minutes pour instaurer une ambiance tamisée et confortable. Le public ondule au rythme des chansons et se resserre pour se rapprocher de la scène malgré la chaleur intense qui règne dans la salle. Le chanteur prend quelques fois un malin plaisir à baisser le ton jusqu’à murmurer, ce qui force l’audience garder le plus complet des silences. Il tient le public dans le creux de sa main, et celui-ci l’applaudit chaudement après chaque morceau. Évidemment, les applaudissements sont plus nourris lorsqu’un extrait de son seul album Woman est joué, mais lorsqu’entre deux chansons bien connues Rhye s’essaie avec nouveau morceau, ce dernier est en général bien accueilli. À la fin de quelques morceaux plus applaudis, le chanteur semble parfois ému de recevoir autant de réactions enthousiastes du public. Au final, Le Polyscope recommande chaudement l’expérience à tout camarade qui rechercherait à passer une soirée musicale qui détend et qui fait qu’on retourne chez soi le pas léger et la tête pleine de jolis rythmes jazz et R&B.

    Première partie réjouissante

    Charlotte Day Wilson, une jeune torontoise dans la vingtaine, impressionne le public dès sa première chanson avec sa voix bien maîtrisée et les accords naturels, doux et dansants de sa musique. Les ouvertures de plusieurs de ses morceaux sont originales et ravissantes à écouter en direct car on saisit bien les nuances de tous les instruments. Une seule chanson semble moins bien travaillée, mais Charlotte annonce justement qu’il s’agit de l’un de ses nouveaux morceaux. On lui souhaite plus de rodage. Plusieurs fois dans le spectacle, Charlotte fait plus que chanter et attrape un instrument à cordes, voire même un saxophone au grand plaisir des spectateurs qui apprécient le groove de cet instrument. Le Polyscope se renseigne auprès de ses voisins suite à la première partie. Non, personne n’a jamais entendu Charlotte Day Wilson chanter auparavant. Oui, elle est plus qu’agréable à écouter. Oui, beaucoup seraient prêts à retourner la voir en spectacle. Constante du début à la fin de sa prestation, elle semble touchée d’être si bien accueillie par un public qui, dans la majorité, n’a probablement jamais écouté de ses chansons. Elle repart avec au moins un nouveau fan de plus!

    Qu’est-ce que Rhye?

    Pour ceux qui ne connaissent pas, ce groupe moitié canadien, moitié danois verse dans un R&B aux accents parfois jazz. Leur premier album est sorti en 2013 et s’intitule Woman. La singularité du groupe repose en partie sur la voix du chanteur Michael Milosh, qui est parfaitement à l’aise dans les hautes et qui donne souvent l’impression, avec le feutre de son timbre, qu’on a affaire à une femme. Rhye a récemment sorti quelques chansons de son prochain album qui est imminent.




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire