Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Sale Attente : un Huit clos à Neuf

Aucun champ n'est obligatoire



  • La prochaine pièce de Polythéâtre intitulée Sale Attente en est à ses derniers préparatifs pour être jouée les 5, 6 et 7 Octobre. Le Polyscope a cherché à en savoir plus sur ce huit clos, et vous présente tout ce qu’il y a à savoir à travers le regard de ses 9 personnages, façon exercices de style.

    Isabelle
    La belle assistante du docteur Faustin vous souhaite la bienvenue dans cet article sur la nouvelle pièce de Polythéâtre. Vous êtes un peu en avance, le show n’est que dans deux semaines, alors elle vous invite à prendre un siège, et à patienter tranquillement le temps que le docteur puisse vous prendre en charge. C’est ainsi que la scène d’exposition de cette comédie débute dans la salle d’attente d’un dentiste. Ne vous pressez pas trop, le docteur a un agenda chargé aujourd’hui, et il ne pourra pas vous prendre très tôt à moins d’un désistement de dernière minute ; alors vous avez amplement le temps de feuilleter ce journal pour faire passer le temps, d’attente.

    Elsa Galois
    S’il est vrai qu’au premier abord on voit mal comment le sujet peut faire rire – les dentistes nous ayant plus souvent torturé à coups de roulettes que fait des guili guili – il aura fallu tout le talent de l’auteur Franck Didier et de la metteuse en scène Sananta Soglo pour rendre le sujet drôle et sexy à la fois. On apprend très vite que ce docteur peu conventionnel ne se cache pas de préférer ses patientes à ses patients, surtout si elles ont un joli décolleté et des talons hauts! Vous ne ressortirez plus de là avec la même vision sur les dentistes et leurs seringues longues et dures s’enfonçant profondément dans… la bouche de leurs patient.e.s… Bref, si vous ressortez de là avec une bonne douleur aux côtes et une envie de faire guili guili à la maison, c’est un pari réussi!

    Mme. Ramo
    Voilà l’élément perturbateur de l’intrigue, qui fait son entrée sur les planches dès la première scène : une vieille peau prête à tout pour passer avant tout le monde sur le fauteuil du docteur Faustin, elle et sa prétendue rage de dents. Pour parvenir à ses fins, elle use et abuse sans aucun remord de mensonges, usurpation d’identité et chantage. Elle n’y peut rien et n’a aucune gêne, pour elle faire chier son monde est une seconde nature. Pas de consultation sans rendez-vous disait l’assistante? Qu’à cela ne tienne, elle va les désister les patients elle, et à sa manière!

    Thomas
    C’est ainsi que s’enchaînent magouilles et quiproquos, où notre chieuse de première perd peu à peu le contrôle de l’imbroglio qu’elle a créé et finit par se faire prendre à son propre piège… Une petite comédie de 1h30 qui ne paie pas de mine, très légère et rafraîchissante, sans prise de tête, à l’image d’un cocktail que l’on siroterait à la fin de l’été avec des glaçons et une paille. Vous allez rire aux punchlines bien calibrées de nos personnages un peu trop déraisonnables pour être vrais, et à cette mise en scène simple et réaliste pour une pièce au premier degré. Une stratégie de Polythéâtre pour séduire son public étudiant? Les spectateurs se laisseront prendre au jeu comme un Thomas qui, venant juste récupérer son ex, se retrouve emporté malgré lui dans ce tourbillon rocambolesque…

    M. Saint-Hilaire
    Il est nécessaire de rappeler très formellement que Polythéâtre est un comité interne de l’Association des Étudiants de l’École Polytechnique de Montréal qui officie depuis plus de vingt ans selon la loi des comités étudiants en vigueur au sein de cet établissement à but de type éducatif. Il est composé d’une composition premièrement et exclusivement étudiante de type bénévole ; et constate l’aboutissement d’un projet par session en moyenne moyennante. Ses dernières pièces en date ont été titrées Le Jeu du Pendu qui a rencontré un franc succès, et Notre-Dame de Paris qui s’est joué à trois reprises à salle comble. Venir voir cette nouvelle pièce de type drolatique, c’est pri-mor-dial.

    Mme. Garcia
    Les étudiants travaillent en effet d’arrache-pied pour boucler le show dans les délais impartis. Leur famille commence à s’inquiéter de leur santé mentale et physique, les voyant rentrer à la maison trois fois par semaine après minuit, épuisés mais arborant toujours un sourire hagard. Ils errent dans les couloirs de Poly habillés de façon étrange, en transportant sur un chariot grinçant des seringues, des canards en plastique et une plante verte. Enfermés pendant des heures dans une salle confinée où personne hors du projet théâtral ne peut mettre les pieds, seuls quelques cris aigus parviennent à filtrer hors des murs, vers les salles adjacentes où se déroulent parfois des cours de thermodynamique. On raconte que seul le personnel de nettoyage parvient à les déloger de là…

    M. Garcia
    C’est tout à fait vrai, mais il ne faut pas dramatiser pour autant! Les étudiants sont volontaires et effectivement ravis de donner ainsi de leur temps libre pour leur passion. Pour certains, c’est leur première expérience théâtrale, et d’autres y ont tellement pris goût lors de projets précédents qu’ils remettent ça! Après plus de cinq mois de répétitions, c’est maintenant le rush final avant le show, et c’est épuisant mais satisfaisant à la fois de voir ainsi l’aboutissement du travail de toute l’équipe. Au fil des pratiques, un véritable esprit de cohésion a réussi à se former au sein de la troupe, et ça, c’est le plus important pour faire un bon show sur scène!

    Mme. Blondin
    Il est aussi important de rappeler dans ce numéro spécial comités techniques l’importance de s’impliquer dans d’autres domaines que celui des sciences – si vous en avez envie évidemment – pour ne pas vous enfermer dans des raisonnements de cortex gauche et étouffer votre fibre artistique. Décrochez un peu de votre logique analytique et faites la part belle à vos émotions! Essayez de vous exprimer autrement, par le corps, par la voix, par les arts ou les jeux, cultivez-vous, amusez-vous, sortez, voyagez, et reposez-vous. Voyez la vie de façon holistique et construisez-vous comme un être complet. Vous ne le méritez peut-être pas autant que moi, mais vous le méritez quand même.

    Dr. Faustin
    Pardonnez la petite attente, je suis à vous. Si vous avez toujours envie de venir consulter pour un petit détartrage et plus si affinités, je vous invite à procéder dans la cafétéria principale à l’heure du midi durant ces deux prochaines semaines. Vous pourrez vous y procurer les précieux sésames qui vous permettront de vous rendre au Centre d’Art et d’Essai de l’UdEM les jeudi 5, vendredi 6, et samedi 7 octobre pour votre séance de rire trimestrielle. Pour l’occasion, le cabinet vous offre une promotion sur le prix des détartrages : seulement 10$ par adulte! Et désirant se montrer généreux envers les étudiants sans le sous et espérant ainsi inciter de belles jeunes filles à se déplacer, le cabinet propose un rabais additionnel de 5$, sur présentation d’une carte étudiante valide. Faites vite! Cette offre n’est valide que pour une durée limitée.

     

     

    INFOS PRATIQUES

    • Sale Attente
      Une pièce de Franck Didier

      Mise en scène Sananta Soglo
      Production Astrid De Jaham et Louis Lacombe
    • Le jeudi 5 octobre à 20h
      Le vendredi 6 octobre à 20h
      Le samedi 7 octobre à 19h
    • Prévente : 5$ étudiants – 10$ non-étudiants
      A la porte : 8$ étudiants – 15$ non-étudiants
    • Au Centre d’Art et d’Essai de l’UdeM
       2332 bd Edouard Montpetit
      6e étage du pavillon J.A. De Sève



    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Entrevue avec Simon Laflamme

    9 janvier 2009

    Ancien étudiant de l’université McGill en commerce (2003) puis de génie civil (2006), Simon Laflamme parvient même à faire un échange en Australie à l’université de Melbourne (2005) avant de graduer ingénieur junior. Il s’est aussi impliqué durant son Bachelor à plusieurs associations étudiante (ISF en tant que VP-Finance) et à nombreuses compétitions d’ingénierie. Ses performances académiques, son implication extra-scolaire et son ouverture d’esprit lui ont valu une bourse pour un Master au MIT....

    Métissage Culturel

    16 février 2007

    «Le show était vraiment bon », « J’ai beaucoup apprécié », etc. Tels étaient les commentaires qui fusaient de partout à la sortie du spectacle de l’OSM (Orchestre Symphonique de Montréal). En effet, le 7 février dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à l’une des deux représentations d’un spectacle de l’OSM ayant pour thème « les week-ends pop de l’OSM », avec comme maître d’œuvre le très coloré et « infatigable » Luck Mervil. Alors...

    À la découverte de Çaturn

    7 novembre 2008

    Un spectacle de danse qui repousse les limites entre les genres. Une création inédite qui utilise à la fois la danse et le cinéma pour peindre la toile narratrice d’une histoire intergénérationnelle. Une production qui met entre les mains de l’interprète l’entière responsabilité du projet artistique. Des collaborations avec Robert Lepage, conseiller artistique, ainsi que Richard Reed Parry et Matthew Banks, deux membres d’un certain groupe de musique rock montréalais (Arcade Fire quelqu’un?). Tous...

    Aucun champ n'est obligatoire