Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Mile Ex End Musique Montréal – Dimanche

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Mile Ex End Musique Montréal – Dimanche
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Lydia Kepinksy à la basse © Francis Lepage

    L’ambiance était particulière ce dimanche au festival Mile Ex End. Les festivaliers ont en effet dû affronter la pluie, qui ne s’est interrompue que vers 20h. Ajoutez à cela le froid et le vent et vous obtenez une journée parfaite pour vous emmitoufler au chaud et écouter Netflix. Qu’à cela ne tienne comme disent les animateurs de L’épicerie, j’ai sorti mes bas de laine et mon imperméable et j’ai accompagné les festivaliers assez courageux pour braver les éléments.

    Un mot sur le festival

    C’était définitivement une bonne idée de mettre en valeur l’espace sous le viaduc Van Horne. L’espace est bien plus « intime » qu’un milieu d’un champ et l’espace couvert crée un coin repas agréable avec la présence de plusieurs camions restaurants.

    Qui dit Mile End dit « Papa hypster aux grosses lunettes avec une poussette ». Malgré la pluie, l’ambiance était familiale et décontractée en début de journée, et c’était manifestement le but des organisateurs, vu la présence de jeux et d’animation pour les plus jeunes. En gros, on est très loin d’Osheaga, ce qui n’est pas désagréable. Parlants de hypsters, mention spéciale à la Labatt 50, un choix originale pour un festival qui a certainement ravi les plus Justin Trudeau d’entre nous, ainsi qu’au drink officiel du festival : Kumbucha et Gin.

    Helena Deland

    Parlons musique maintenant. Helena Deland a offert le premier spectacle de la journée, devant une foule réduite mais attentive. La chanteuse a interprété les chansons de son EP, Drawing Room, de même que des morceaux inédits. Il s’agit d’une belle découverte : les chansons sont calmes et envoûtantes, et la voix a une qualité rauque dans les graves, rappelant parfois Marta Wainwright ou Jewel.

    Kid Koala

    Le DJ canadien, adepte de turn table, a certainement contribué à l’ambiance festive de la journée. Installée au niveau du sol, au milieu de la foule, il s’est amusé à former une conga line et à animer la mise à mort de d’une piñata aux mains des enfants présents. En voilà un qui a profité sans complexe de l’ambiance familiale de la journée.

    Lydia Képinsky

    Je dois avouer ici mon biais : ayant été conquis cet été par le premier EP de Lydia Képinsky, j’avais très hâte de la retrouver sur scène. Nous avons eu le droit à de nouvelles chansons, dont une adaptation (libérale) de la chanson thème des mystérieuses citées d’or. Décidemment, Lydia n’écrit pas de chansons comme les autres. Son interprétation des très belles Apprendre à mentir et Brise-glace était excellente. Un peu dans la lignée de Safia Nolin, l’interprète n’a pas une grande voix, mais elle sait profiter de son timbre particulier pour se créer un style unique. Mentionnons aussi le talent de ses musiciens : son claviériste/violoniste fait un magnifique travail, réussissant à lui seul à créer une ambiance musicale très travaillée.

    Le malheur à cependant frappé durant Andromaque, qui est probablement son morceau le plus connu. En plein milieu de la pièce, l’électricité a coupé sur scène, surprenant la chanteuse qui s’est écriée avec humour « Qui a brisé ma chanson? ». On nous a expliqué que la génératrice avait sauté et que le spectacle reprendrait, ce qui n’a malheureusement pas été le cas. Bien dommage pour le groupe et bien dommage pour moi car j’en aurais volontiers prit plus.

    Lydia Kepinksy à la basse © Francis Lepage

    Charlotte Cardin

    Je connaissais à peine Charlotte Cardin, qui a pourtant plutôt fait jaser cette année. La chanteuse et pianiste québécoise est dotée d’une voix magnifique, chaleureuse et enveloppante. Elle a lancé cette année un second EP, Main Girl, suivant Big Boy, sortit en 2016. Sans chansons, bien travaillés et abordant des thèmes adultes, nous font rapidement oublier (et pardonner) sa participation à La Voix en 2013.

    Aliocha, un autre jeune chanteur québécois, au style plus folk voir country, est venu la rejoindre sur scène le temps de deux chansons. Ils ont entre autre interprété ensemble Flash in the Pan, tiré du nouvel album d’Aliocha, Eleven Songs.

    Patrick Watson

    Je ne passerai pas par quatre chemins : Patrick Watson nous a offert un spectacle renversant. Installé sur une scène plus petite plutôt que sur la scène principale, l’artiste montréalais a su créer une ambiance véritablement intime. Il fallait parfois que je lève les yeux pour me rappeler que j’assistais à un spectacle extérieur. La proximité de l’artiste, l’ambiance visuelle travaillée, la présence d’une chorale perchée au-dessus de la foule sous le viaduc, tout contribuait à cette impression d’assister à un spectacle en salle, parfaitement orchestré et réglé au quart de tour.

    Watson a interprété nombre de ses plus grand succès, dont Lighthouse et Adventures in Your Own Backyard. Il a aussi joué un morceau de son prochain album, qu’il devra bientôt terminer pour éviter selon lui « de se faire renvoyer ». Le chanteur a terminé son spectacle en descendant dans la foule en file indienne avec ses musiciens pour jouer Man Under the Sea. Une fin parfaite pour une prestation mémorable.

    Godspeed You! Black Emperor

    Pour les non-initiés Godspeed You! Black Emperor est un collectif de post-rock expérimental d’origine montréalaise. Leur musique est uniquement instrumentale et les morceaux durent généralement de 20 à 30 minutes. Avec une dizaine (ou plus? j’ai oublié de compter!) de musiciens sur scène, jouant dans une parfaite harmonie, Godspeed offre un spectacle impressionnant, presque hypnotique.

    Il s’agit d’une proposition audacieuse pour un festival extérieur, qui tranchait avec le reste de la programmation. Toutefois, selon toute évidence, une bonne partie de la foule savait à quoi s’attendre et était conquise d’avance, ce qui n’a rien d’étonnant considérant le statut de « groupe culte » de la formation montréalaise.

    En somme…

    Une réussite ce nouveau festival de musique à saveur « locale »? Tout à fait! Vivement l’année prochaine pour plus d’artistes talentueux, plus de Labatt 50 et, espérons-le, plus de soleil.

     

     

     

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.
    Aucun champ n'est obligatoire