Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Manger comme un oiseau

Aucun champ n'est obligatoire



  • Où le Polyscope part à la découverte d'une baie.

    Ronde, noire et brillante, avec quelques crénelures près de l’attache, la baie d’aronie est une petite surprise en soi. La première personne à me l’avoir présentée est mon oncle, un enseignant de profession qui est aussi un agriculteur expérimentateur à ses heures. Il avait pris l’initiative de planter quelques uns de ces arbustes afin d’égayer sa maison, et tant qu’à choisir un simple arbuste, il avait arrêté son choix sur l’aronie à cause de sa propension à attirer les oiseaux, de sa rusticité à toute épreuve et de ses fruits comestibles pouvant satisfaire son envie de découvertes horticoles.

    Lorsqu’on mange des baies d’aronie, l’expérience est avant tout spéciale. Tout d’abord, le goût est difficile à déterminer du fait de sa composition unique. On s’attendrait quelque peu à la texture et au sucré d’un bleuet, étant donné la ressemblance entre les deux baies. Cependant, une baie d’aronie est beaucoup plus sèche et dure sous la dent qu’un bleuet. De plus, sa forte concentration en tanins (des protéines qui interagissent facilement avec les enzymes de la salive) assèche la bouche, un phénomène que l’on recherche dans certains vins comme les bordeaux. Certains iront même jusqu’à trouver que la baie d’aronie goûte le vin alors que ce n’est pas le cas. Elle provoque tout simplement la même sensation qu’on retrouve parfois dans l’alcool d’un fruit dont les tanins sont concentrés par le processus de transformation.

    De nos jours, l’aronie se répand doucement dans les milieux avant-gardistes et n’est plus aussi méconnue des agriculteurs ou des commerces qui sont à la recherche du prochain super-aliment. En effet, ses nombreuses qualités, comme sa forte concentration en vitamine C, en antioxydants et en flavonoïdes ou encore son impact remarqué sur la santé de ses consommateurs assidus (contre la dégénérescence visuelle, les maladies cardio-vasculaires, l’arthrite, les cancers, l’hypertension artérielle, le taux de cholestérol trop élevé ou encore pour la régulation du diabète) en font un chouchou potentiel des smoothies ultra-sophistiqués, des amateurs d’ingrédients exotiques ou tout simplement des gens qui aiment beaucoup les fruits pas trop sucrés, acides ou amers.

    Finalement, je vous encourage fortement à essayer cette baie. Si seule elle n’est certainement pas destinée à tous les goûts, une fois apprêtée elle peut se révéler beaucoup plus conviviale, surtout pour un premier essai. Pour en obtenir un échantillon, il vous suffit de vous procurer vous-même l’arbuste. Si cette option est hors de question pour vous, quelques compagnies en proposent sous forme de jus, mais comme je n’ai testé aucun d’entre eux, il m’est difficile de vous les recommander. Si vous voulez en savoir plus, notamment sur les bienfaits de cette baie, sur sa culture ou sur sa disponibilité, vous pouvez toujours fouiller dans les moteurs de recherche. Le terme « aronia » est également très répandu pour désigner le fruit de l’arbuste.

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Nouveau cinéma de Woody Allen

    3 octobre 2008

    Un petit binoclard frêle, têtu, juif et baratinant sans relâche, intellectuel new-yorkais et aimant les femmes qui passent à ses côtés, voilà une petite description du personnage souvent joué par Woody Allen. Mais autre qu’un gai luron, Woody Allen est aussi un artiste complet de par sa filmographie, réalisant presqu’un film par année depuis 20 ans. Acteur, scénariste, réalisateur et producteur, il réussit à nous livrer des films légers (Le Sortilège du scorpion de...

    La St-Valentin version Japon

    11 février 2011

    La St-Valentin est géniale. Et non, ne commencez pas à faire vos gueules d’ados frustrés si vous êtes célibataire, parce que le 14 février est la date où vous avez probablement le plus de chances de tomber sur un être de la même espèce que vous en manque d’affection. Pour ceux qui n’auront pas su se trouver un siège au jeu de la chaise musicale des relations, il reste le chocolat qui se vendra...

    Paul Kuningis chante l’exode

    3 novembre 2006

    Le 25 octobre dernier, l’auteur-compositeur-interprète Paul Kuningis présentait, au Club Soda, la première de son nouveau spectacle. Le Polyscope était sur place pour vous livrer ses impresions. Paul Kuningis est un Polonais né d’une mère catholique et d’un père juif, ayant vécu en Israël et au Québec. Sa musique représente bien ses origines. En effet, il chante en hébreu, en polonais, en arabe et en français. Ce mélange a certainement son charme. Par contre,...

    Aucun champ n'est obligatoire