Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Esteban en Égypte? Pas cette année…

Aucun champ n'est obligatoire



  • Aperçu article Esteban en Égypte? Pas cette année…
    Cliquer pour agrandir
     (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
    Société technique Esteban

    Une société technique, ou « ST » pour les fins connaisseurs d’argot polytechnicien, dépend beaucoup de l’appui et de l’expertise de l’université pour mener à bien des projets souvent d’envergure, comme par exemple une compétition dans le pays légendaire des pyramides présentement victime de son instabilité politique passée. Dans ce cas particulier, les risques tout comme les enjeux sont significatifs ce qui peut entraîner des complications.

    par Louis Couillard

    Esteban, c’est le nom que l’on donne à la « Solarcar » de Polytechnique. Ce bolide à l’allure d’un panneau solaire aérodynamique sur quatre roues et les apprentis ingénieurs qui emploient continuellement leurs talents à son évolution voyagent ensemble pour participer à des compétitions de classe internationale. Depuis quelques années, la voiture limite la distance de ses voyages aux environs nord-américains jusqu’à tout récemment. En décembre dernier, l’équipe d’Esteban a reçu avec grande excitation une invitation pour participer au Egyptian Solar Challenge qui allait lui faire découvrir le Nil et les anciennes pyramides de Gizeh en mars 2017. Le 21 décembre 2016, après des discussions sur le coût du projet, les gens d’Esteban reçoivent l’approbation de la direction pour pouvoir partir en Égypte avec leur bolide pendant trois semaines. Les participants auraient été hébergés dans la station balnéaire de Soma Bay situé au sud du Caire au bord de la mer Rouge. L’histoire se corse le 27 janvier quand la direction retourne sur sa décision après une consultation avec le Bureau des relations internationales (BRIN) de l’école. Les étudiants de la ST furent bien évidemment dévastés d’apprendre qu’après s’être acharnés à la préparation de la compétition pendant les fêtes, ils ne pourraient pas faire le voyage. L’appréhension de ce revirement de situation nécessite une compréhension du rôle conseil du BRIN auprès de la direction et du contexte socio-politique (en bref) de l’Égypte.

    LE BRIN ET AFFAIRES MONDIALES CANADA

    C’est au moment de vérifier que la société technique était couverte par des assurances adéquates (qui respectent les normes de l’école) que le Bureau des relations internationales a été consulté par la direction. Le BRIN possède un vaste champ de connaissances utiles au bon fonctionnement des activités de Polytechnique à travers le monde. Le bureau s’occupe entre autres des ententes de collaboration avec les universités étrangères et des projets d’appui au développement de l’étude du génie au-delà des frontières, comme le projet de Technologie solaire appliquée pour les pays de l’UÉMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine). Le projet a pour objectif d’établir une école de formation en technologies solaires au Burkina Faso. La direction s’est donc référée à l’analyse du BRIN des circonstances pour réviser sa décision; circonstances qui peuvent être résumées au fait qu’Affaires mondiales Canada conseille actuellement aux citoyens canadiens d’« éviter tout voyage non essentiel (avec avertissements régionaux) » en Égypte. Il a été mentionné par le BRIN que si jamais Esteban partait en Égypte, il faudrait fournir aux participants un minimum d’assurances : notamment, une assurance-voyage « risques spéciaux » (pour attentats, guerre civile, etc.) et même, s’il le fallait, une assurance kidnapping, rançon et extorsion. Dans certains pays où doivent parfois se déplacer le personnel du BRIN, il est recommandé de se doter de ce genre d’assurances. Cela peut sembler extrême, mais effectivement, les produits de base des compagnies d’assurance ne couvrent pas les imprévus dans les pays dépassant un certain niveau de risques. Avant d’accepter de couvrir (ou non) une réclamation d’assurances liée à un incident à l’étranger, les compagnies utilisent la page Conseils aux voyageurs et avertissements d’Affaires mondiales Canada comme une référence pour évaluer le niveau estimé de « dangerosité » de la région ou du pays en question. Si le site web recommandait aux voyageurs d’éviter tout voyage dans le pays concerné au moment de l’incident, la compagnie d’assurance refuserait de dédommager le voyageur. En apprenant cela, les membres d’Esteban se sont tournés vers l’organisme en charge de la compétition, Global EEE (Education Energy Environment), qui aurait offert d’endosser les coûts supplémentaires pour permettre à la ST de toujours pouvoir participer. Maintenant même si la question financière avait été réglée, la direction a pris la décision finale le 27 janvier d’annuler le voyage en adressant ses préoccupations concernant la sécurité en Égypte à l’équipe franchement déçue d’Esteban. Néanmoins dans ces moments, il faut garder en tête que le monde et l’actualité changent rapidement. L’Égypte connait de grands bouleversements depuis le début de la décennie qui ont contribué à créer ce climat d’incertitudes qui affecte le pays aujourd’hui.

    ÉGYPTE EN 2017 ET EN BREF

    La révolution égyptienne de 2011 fait partie des nombreuses protestations populaires qui ont ébranlé le Moyen-Orient durant le fameux « Printemps arabe ». C’est à la suite de ces manifestations que le régime aux penchants totalitaires d’Hosni Moubarak fut renversé avec succès et remplacé par le président Mohamed Morsi élu démocratiquement. Malheureusement, deux ans après, on accusait Morsi de s’accaparer le pouvoir et de vouloir faire de l’Égypte un état religieux. Il reçut donc le même traitement que son prédécesseur, mais cette fois-ci le vide de pouvoir se trouva emparé, jusqu’à présent, par l’ex-militaire Abdel Fattah al-Sissi. Aujourd’hui, l’Égypte est à nouveau un état militaire sans respect pour les droits de l’homme (lire le rapport d’Amnistie internationale pour de plus amples détails…). De plus, sa population vit chaque jour sous la menace de groupes extrémistes religieux opportunistes qui se sont installés dans le nord du pays lorsque les forces de sécurités égyptiennes étaient aux prises avec les événements de 2011. Seulement en 2016, une église copte au Caire a été victime d’un attentat à la bombe et un avion de ligne russe fut abattu au-dessus de la péninsule du Sinaï (nord de l’Égypte) tuant en tout près de 250 personnes. Dans la même année, trois touristes européens demeurant dans un hôtel aux abords de la mer Rouge se sont fait attaquer par des assaillants armés au couteau qui tentaient de les kidnapper.

    CONCLUSION

    Ce n’est pas la première fois que l’école a eu à annuler des voyages pour des raisons de sécurité et dans chaque cas, la décision revient aux membres de la direction. Il n’y a pas de doute, la sécurité de tous les membres de notre université est une responsabilité endossée par la direction et il faut être capable d’accepter leurs décisions. Cela étant dit, les étudiants et les responsables devraient toujours pouvoir arriver à un compromis. Pour ce qui est d’Esteban et l’Égypte, probablement que même si la question de la sécurité avait été abordée plus tôt, le résultat aurait été le même, mais peut-être que non… Chaque entreprise ou grande aventure comprend des risques et c’est à nous de choisir si nous les accepterons ou pas.

    Remerciement aux membres du BRIN pour leur coopération.




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Colloque des campus durables 2009

    6 février 2009

    Durant la fin de semaine dernière se tenait à l’École de technologie supérieure (ÉTS) le Colloque québécois des campus durables. Cette rencontre annuelle est chapeautée par un organisme nommé Coalition Jeunesse Sierra (CJS), la portion jeunesse du Sierra Club Canada, un organisme de défense de l’environnement affilié au Sierra Club des États-Unis, fondé en 1892. Le plus gros projet de la CJS est celui des campus durables. Le colloque avait donc pour but de...

    Mainmise de la fonction publique par le génie-conseil ?

    19 mars 2010

    Par Philippe Doyon-Poulin Les firmes de génie-conseil québécoises en mènent large dans les officines montréalaise : de la rédaction des appels d’offres à l’obtention de contrats dits ouverts, les ingénieurs œuvrant au privé semblent contrôler l’ensemble de l’appareil municipal. Tour d’horizon. Selon les journalistes Kathleen Lévesque et Alec Castonguay, 10 firmes d’ingénierie se sont partagé 100 M$ en frais de génie-conseil auprès de la ville de Montréal durant les 4 dernières années. Celles-ci ont la...

    Entrevue avec Joannie Desroches, 2e année de génie physique et en stage au CHUM

    23 octobre 2008

    Le génie en santé Quelles sont tes responsabilités au CHUM de l’Hopital Notre-Dame? Le projet qui m’a été confié est l’implémentation d’une nouvelle technique de dosimétrie utilisant le film GafChromic EBT. Ce nouveau type de film, qui se dévellope automatiquement lorsqu’il est exposé à une radiation énergétique, comporte beaucoup d’avantages pour l’utilisation en clinique. Ma responsabilité au CHUM était donc de tester plusieurs propriétés du film, par exemple l’uniformité de celui-ci, l’influence de l’énergie, de...

    Aucun champ n'est obligatoire