Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Le défi 24 h

Aperçu article Le défi 24 h
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
© Polyphoto

Le samedi 11 février, Polythêatre s’est mis au défi de mettre en scène et jouer une pièce en... 24 h

Par Charles Albaret

Le comité Poly-Théâtre a réussi l’ambitieux projet de préparer une pièce en 24 heures, montre en main, pour la jouer ensuite devant les étudiants de Polytechnique! Un véritable tour de force puisque les acteurs et le metteur en scène ignoraient tout de la pièce 24 heures avant sa représentation. Mieux encore, le projet faisait jouer des étudiants de différents niveaux : certains en étaient à leur première représentation sur scène.

Au grand défi, les grands moyens

Pour rendre le défi possible, les acteurs et le metteur en scène ont dû employer plusieurs stratagèmes pour mener à terme le projet : assigner un personnage à deux acteurs, raccourcir la pièce et j’en passe. Des micro-formations en improvisation ont aussi été données aux acteurs pour leur permettre de jouer sur scène, même en cas d’oubli du texte! Utile quand on sait, rappelons-le, les acteurs n’avaient que 24 h pour apprendre les répliques. D’autant plus que le directeur (et empereur) du comité, Arthur Daniel-Adde, présent parmi le public, a confié par la suite ne pas avoir remarqué les moments d’improvisation des acteurs, c’est dire!

© Polyphoto

Je ne trompe pas mon mari

Cette comédie de Georges Feydeau met en scène Saint-Franquet, ami de M. Plantarède, arrivant dans la ville thermale de Châtel-Sancy dans l’espoir de l’y trouver. Feignant la rencontre imprévue, Saint-Franquet avait en fait en tête de courtiser sa femme, madame Plantarède, dont il est amoureux depuis longtemps. C’est l’arrivée de Bichon, ancienne maîtresse du personnage, et de Dotty et Tommy, un couple de touristes américains, qui va lancer l’intrigue dans un étonnant imbroglio, alliant fous rires, quiproquos et adultères.

DÉFI 24 h, un bon coup en somme

Puis les acteurs saluent le public; c’est déjà la fin. Les acteurs sont les plus heureux de la salle, ils sont fatigués mais contents d’être allé jusqu’au bout du défi. Contents aussi, puisqu’ils pourront enfin aller dormir. En effet, pour eux, la nuit a été longue, occupés à monter la pièce, ils sont debout depuis vendredi matin, on est samedi soir On appréciait de voir les acteurs passer au travers du défi, s’emmêlant parfois, faisant rire souvent. C’est un évènement idéal auquel participer comme acteur ou spectateur, pour décompresser entre deux révisions pour les intras. Le Défi 24 h sera de retour l’année prochaine, ne manquez donc pas la prochaine édition. Encore bravo Poly-Théâtre!




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Ce moment de poésie décalée vous est offert par Le Polyscope et son nouveau poète : Louis-Etienne Pratte

1 avril 2015

L’oubli Près d’un étang, Non loin d’un pin, Forçai longuement À chaque matin. Bien que souvent J’y emmenai, Quelques mouchoirs J’eus oubliés. Réfléchissant, La main au front, Adossé à L’écorce du tronc, Nul autre choix J’utilisai, Ce calepin noix Guise de papier.   Réveil torréfié À travers ces épais murs blancs, Quelque peu salis par le temps, De rapides bruits courts et secs retentissent, Ils peuvent être quatre, six ou des fois dix. L’eau...

Processus de Bologne

28 mars 2013

Actuellement, nous terminons notre baccalauréat et devenons ingénieurs avec un diplôme de premier cycle (après 17 années d’études). Alors qu’avec le processus de Bologne, les étudiants en ingénierie obtiennent un diplôme de second cycle (mais après également 17 années d’études). Nous sommes donc face à un problème de terminologie.   Cela fait maintenant plusieurs années que Polytechnique parle du processus de Bologne et d’arrimer ses programmes à cet accord européen. Lors du dernier conseil académique,...

BUSY : on n’a pas fini d’attendre!

27 février 2009

Par David Savoie, journal étudiant de l'ÉTSContrairement à de nombreuses écoles d’ingénierie de la province, l’ÉTS privilégie l’utilisation d’une calculatrice symbolique dans le cadre de ses cours. C’est à la session d’automne 1999 qu’un modèle de la compagnie Texas Instruments (TI-92 Plus ou TI-89) devient obligatoire pour tous les étudiants. En 2002, la TI Voyage 200, qui comporte un clavier QWERTY, fait son apparition à l’ÉTS, elle est depuis largement utilisée dans le cadre...