Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Jeune pousse deviendra grande

Pour un dossier entreprenariat, comment ne pas parler d’un phénomène socio-économique typiquement millénial et au goût du jour : les start-ups.

L’idée

La start-up, ou jeune pousse, est une entreprise en démarrage, ayant un fort potentiel de croissance. C’est aussi une organisation ne répondant pas tout à fait à la même idéologie que l’entreprise classique. Environnement de travail ouvert, concept connecté, forte présence en ligne et sur les réseaux sociaux, le tout soutenu par une sollicitation publique dans le but de rendre le projet possible; la start-up est en fait à l’image de ceux qui l’ont créée : les milléniaux.

L’image

L’allure classique d’une start-up de film : un très long bureau dans un espace à aire ouverte, hangar désaffecté ou loft urbain, créateurs en chemise, mais sans cravate, sneakers aux pieds, devant un très grand écran Apple, buvant un thé matcha. La totale. Mais en vrai, on n’est pas si loin de ça; la jeune pousse suit la culture sociale de ceux qui la fondent, et cette culture de l’entrepreneur.e est en train de changer. Son image est plus détendue, plus jeune et, avant tout, plus connectée.

La mode

L’idée des start-ups est sujet d’actualité depuis les années 90, mais elle est réellement ressortie du lot depuis quelques années avec la venue des plateformes du genre Kickstarter et Indiegogo peu avant 2010. Ces plateformes, sites internet de sollicitation, présentent divers projets, du vêtement jusqu’à la montre intelligente, en passant par la BD et la photo. Sur celles-ci, les jeunes pousses peuvent proposer leurs produits, en prévente généralement, et à des prix « early bird » pour tenter de convaincre leur potentielle clientèle de leur permettre de mettre leur entreprise en marche.

Le fonctionnement

Parce que c’est là, la pierre angulaire de la start-up : le financement participatif. Les start-ups ont un prototype, un premier modèle, une preuve de concept, mais il leur manque le budget pour le partager à grande échelle. Et c’est là que le monde entre en jeu : sur les plateformes citées plus haut, des gens de partout dans le monde promettent un montant d’argent, en l’échange d’un produit, et si assez de gens le font, le produit est livré, et l’entreprise démarre!

Mais encore

Malgré tout, ce ne sont pas toutes les jeunes pousses qui se retrouvent sur ces sites. Certaines font très bien leur propre autopromotion, souvent basée sur une équipe (2 personnes, c’est une équipe!) de communication forte. On voit aussi l’apparition de regroupements, de festivals et d’évènements en lien avec les start-ups, comme le StartUpFest qui aura lieu cet été, du 12 au 15 juillet, ici-même à Montréal, ou le Startup Open House ayant eu lieu en septembre dernier.

La start-up est-elle une mode passagère, un phénomène générationnel? Peut-être, mais pour le moment, il faut dire que c’en est un qui stimule l’économie et qui permet de réaliser des projets, des idées, et ça, ça ne peut certainement pas faire de mal.

Mots-clés : Entrepreneuriat (16)

Articles similaires

Et qu’on innove!

20 mars 2017

Cette semaine, Le Polyscope vous présente un opus orienté sur l’entreprenariat dans le domaine du génie. Les domaines dans lesquels les étudiants de Polytechnique forgent leurs connaissances sont très variés. Certains, comme les domaines de l’aéronautique ou des mines, assoient leur plus grand bassin de développement dans des firmes qui ont des allures de mastodontes dans les sphères financières. Ainsi, c’est assisté d’un capital gargantuesque que l’on peut généralement espérer percer dans ces champs...

MovingWaldo : Se lancer en affaires après l’université – 4 choses à considérer

23 septembre 2016

Le collectif MovingWaldo nous explique ses motivations et fait étal d’aspects importants pour devenir un gradué entrepreneur. movingwaldo.ca est une plateforme gratuite vous permettant de mettre à jour vos coordonnées avec plus de 250 fournisseurs de services d’un seul coup...

Kyvox Technologies

23 octobre 2008

Philippe Levesque et Virginie Simard se rencontrent à l’École Polytechnique en 2003, lors de leur maîtrise. Impossible de savoir à ce moment-là que cette rencontre serait, un peu plus tard, l’élément déclencheur de la création de leur future entreprise : Kyvox Technologies ! Un petit retour en arrière s’impose... Les parcours académiques de nos deux entrepreneurs étaient destinés à se croiser : Philippe étudie en Sciences de la nature au Cégep Lionel-Groulx avant de faire sa maîtrise...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+