Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Émergence de l’énergie marémotrice en Nouvelle-Écosse

Cape Sharp Tidal a procédé à l’installation d’une hydrolienne dans la baie de Fundy qui, selon des estimations, pourrait fournir jusqu’à environ 20 000 habitations en énergie. Le Canada connait en effet des marées importantes. La baie de Fundy, particulièrement, se trouve à enregistrer les plus grandes marées sur Terre avec une moyenne de près de 17 m. Cela en fait donc l’emplacement idéal pour la technologie émergeante.

Cape Sharp Tidal est formé de Emera Inc. (EMA) et de OpenHydro qui se sont joint en 2014 afin de pouvoir mener à bien le projet de d’instaurer une hydrolienne efficace en Nouvelle-Écosse. Cape Sharp Tidal participe elle-même au centre de recherche FORCE qui s’efforce à démontrer et optimiser le rendement énergétique que peut procurer les hydroliennes au Canada depuis 2009.

Les énergies vertes et renouvelables attirant de plus en plus d’investisseurs, il est certain que l’énergie marémotrice suscite un grand intérêt qui se trouve alimenté de plus belle avec l’arrivée de cette nouvelle turbine fonctionnelle en Nouvelle-Écosse. Par contre, les installations sont plutôt coûteuses. Les défis techniques sont multiples comme la construction doit se faire sous l’eau salée. De plus, comme la technologie est plutôt récente, les rendements énergétiques pour les coûts d’installations sont bien moins appréciables que ceux générés par les barrages hydroélectriques. Néanmoins, le Canada est certainement l’endroit idéal pour ce genre d’installation et au long terme cette énergie pourrait s’avérer très rentable pour les investisseurs. Par contre, à l’étranger, les endroits potentiels pour de futures installations sont peu nombreux. La rentabilité énergétique que retirera le Canada des hydroliennes au cours des prochaines années pourra alors influencer considérablement l’émergence éventuellement accentuée de ce domaine énergétique.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La dernière bougie

10 février 2017

Dans un tout autre ordre d’idée, je voudrais aborder un sujet qui, depuis maintenant un bon bout de temps, me tracasse au plus haut point : les maisons de retraite. Tout d’abord, elles représentent une industrie à la ristourne gargantuesque. Les maisons de retraite privées pullulent au travers du pays, et elles représentent un marché plus que lucratif. Cependant, selon moi, il s’agit du marché de la mort. Des fermes où est cultivée l’agonie....

Le CIPO, au Burkina Fasso, c’est bien !

18 septembre 2009

Cet été, certains d’entre vous avez travaillé, d’autres étaient en stage ou vous avez peut-être même voyagé. Le Comité international de projet outremer (CIPO) qui comprenait 8 étudiants de tous âges et toutes disciplines à la Poly a passé deux mois dans un petit village dans le sud du Burkina Faso, Tabou. Nous avons habité dans des familles d’accueil qui nous ont reçus en rois. À notre arrivée, les villageois nous avaient préparé une...

Hormones et science

10 septembre 2010

On a souvent entendu parler du stéréotype du petit scientifique studieux, asexué, plongé dans ses recherches, un peu le stéréotype négatif des sciences pures. Il est fort probable que, tous et chacun, nous connaissions un mec (ou demoiselle, occasionnellement) qui perpétue le stéréotype. Pourtant, on n’a qu’à regarder les différents thèmes de recherche en physique, biologie, anthropologie et j’en passe, pour voir que les chercheurs sont souvent si absorbés par notre sympathique système reproductif...