Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

VR Tracker :Pour une expérience de réalité virtuelle multijoueur et à plus grande échelle

Aperçu article VR Tracker :Pour une expérience de réalité virtuelle multijoueur et à plus grande échelle
Logo VR Tracker

L’entrepreneur Alexandre Mao est étudiant à la maîtrise à Polytechnique. Avec son comparse Jules Thuillier, qui est aussi étudiant à Polytechnique, il travaille à un système de suivi de position à l’intérieur.

Poly-E : Quel est le nom de votre entreprise?

Alexandre : Le nom de notre entreprise est VR Tracker. C’est une entreprise qui développe un système de suivi de position à l’intérieur. Ce système est destiné notamment à la création d’applications de réalité virtuelle plus immersives, sur de grands espaces et avec plusieurs joueurs.

Poly-E : Quel conseil donneriez-vous aux personnes désireuses de monter leur propre entreprise?

Alexandre : Le conseil que je pourrais donner aux personnes qui veulent monter leur propre entreprise serait de toujours saisir les opportunités qu’elles voient à travers leur vie quotidienne et aussi à travers ce qu’elles font, notamment lors des projets à l’école. Il y a plein de problématiques auxquelles elles font face et auxquelles elles pourraient apporter une solution. Il y a des projets qui peuvent les intéresser et qu’elles peuvent trouver fun, alors ce que je leur conseillerais c’est d’essayer et de se lancer. En étant encore aux études, elles ont vraiment la chance de pouvoir s’essayer, de subir des échecs et d’avoir, après, d’autres possibilités. Donc, qu’elles saisissent l’opportunité et qu’elles se lancent dans quelque chose qui les interpelle!

Poly-E : Quels sont les bons et les mauvais côtés du rôle d’entrepreneur?

Alexandre : En ce qui concerne les bons côtés, il y a entre autres la possibilité de faire quelque chose qui vous plaît tous les jours. Vous allez pouvoir vous lever chaque matin en essayant de réaliser quelque chose que vous avez décidé que vous voulez vraiment faire. Vous allez pouvoir amener un projet du début jusqu’à la fin et voir son évolution. Vous êtes libres de ce que vous voulez faire et vous êtes libres de vos horaires (même si vous aurez quelques contrats). Le seul mauvais côté que vous aurez en étant entrepreneur c’est que ça prend un peu de temps, parce que quand on aime, on ne compte pas!

Alexandre Mao
© Poly-E

Jules Thuillier
© VR Tracker

Mots-clés : Entrepreneuriat (16)

Articles similaires

Promotion de l’entrepreneuriat : à la recherche de la limite

18 mars 2017

La promotion grandissante de l’entrepreneuriat par les universités alimente l’idée d’une limite toujours plus floue entre l’univers des études et le monde professionnel. Jusqu’où aller pour que l’université conserve intact son rôle de transmetteur de savoirs? « Il faut préparer les...

Jeune pousse deviendra grande

20 mars 2017

Pour un dossier entreprenariat, comment ne pas parler d’un phénomène socio-économique typiquement millénial et au goût du jour : les start-ups. L’idée La start-up, ou jeune pousse, est une entreprise en démarrage, ayant un fort potentiel de croissance. C’est aussi une organisation ne répondant pas tout à fait à la même idéologie que l’entreprise classique. Environnement de travail ouvert, concept connecté, forte présence en ligne et sur les réseaux sociaux, le tout soutenu par une...

Et qu’on innove!

20 mars 2017

Cette semaine, Le Polyscope vous présente un opus orienté sur l’entreprenariat dans le domaine du génie. Les domaines dans lesquels les étudiants de Polytechnique forgent leurs connaissances sont très variés. Certains, comme les domaines de l’aéronautique ou des mines, assoient leur plus grand bassin de développement dans des firmes qui ont des allures de mastodontes dans les sphères financières. Ainsi, c’est assisté d’un capital gargantuesque que l’on peut généralement espérer percer dans ces champs...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.