Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Another Brick In The Wall: première mondiale de la version opéra !

Hier, c’était soir de première dans le quartier des spectacles. Pour la première mondiale de l’adaptation à l’opéra de cette pièce déjà déclinée à plusieurs reprises, l’emblématique Roger Waters nous a même honorés de sa présence.

À travers la performance époustouflante du baryton Etienne Dupuis, Pink Floyd a de nouveau eu l’opportunité de faire vibrer les représentants de cette génération de baby-boomers rassemblés à l’occasion de ce show rock’n’roll de plus de deux heures.

Le spectacle s’ouvre sur la scène du crachat de Roger sur un de ses fans lors d’un concert donné par Pink Floyd à Montréal en 1977. De là démarre une introspection du bassiste et voix du groupe mythique, sur les raisons et les évènements de sa vie l’ayant mené à la réalisation de cet acte qu’il regrette. Cette dernière est mise en place par son évanouissement à la suite de cette altercation, on se laisse emporter, aux détours du dédale de ses souvenirs et ressentis, à travers les « briques » ayant constitué son mur. De la mort de son père à la guerre dès son plus jeune âge, à la rupture avec l’amour de sa vie, la mise en scène nous propose une montée visuelle de ce mur qui l’isolera du monde et de son entourage et qui le conduira au bord de la folie. Cette folie est dépeinte d’une manière poignante dans la scène du tribunal présentée à la fin du second acte.

Pari réussi pour le compositeur Julien Bilodeau qui signe ici son premier projet d’opéra. L’idée de cette ambition, représentée par la scène d’ouverture de l’opéra, lui vient de ce fameux concert de 1977, dont il reformulera l’incident, se mettant à la place de Waters : « Now I’m feeling isolated. I feel they don’t understand. Even if there are big numbers in my shows, I feel alone. So he had this idea, next time I’m doing a show, I’m going to build a wall, between them and me. » (« Aujourd’hui je me sens isolé. Je ressens qu’ils ne comprennent pas. Même s’ils viennent en nombre à mes concerts, je me sens seul. Il a donc eu une idée, la prochaine fois que je fais ce concert, je vais construire un mur, entre eux et moi. »)

Qu’on s’entende, cet opéra, de par sa mise en scène moderne n’est pas réservée qu’à la génération de nos parents, bien au contraire ! La jeune génération, s’il on peut encore se considérer comme telle, trouvera son enthousiasme face à des chorégraphies énergiques et innovantes, ainsi que la projection d’hologrammes emportant son public dans un monde obscur tortueux. Une belle occasion pour les étudiants d’investir dans un forfait pour 30ans et moins !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

4e édition de M pour Montréal

23 octobre 2009

La plate-forme M pour Montréal a été très active cette année : organisation des soirées mini-M qui font la promotion d’artistes en début de carrière chaque mois aux Foufounes Électriques, organisation du festival M sur les Quais qui a regroupé une vingtaine d’artistes sur deux scènes pendant deux jours et enfin la participation à plusieurs festivals à l’étranger (South by Southwest au Texas, The Great Escape en Angleterre, et le CMJ Music Marathon à New...

A Stone’s Poem

26 janvier 2007

Par Emilie Asselin-Mercier A Stone’s Poem, la nouvelle création de Margie Gillis, était très attendu à l’Agora de la danse. Cet engouement est plus que justifié, car le résultat est majestueux ! La chorégraphe de réputation internationale (qui a notamment créé deux solos pour le spectacle Love du Cirque du Soleil) a démontré une fois de plus son talent remarquable à transmettre les émotions par ses mouvements. Dans ce spectacle inspiré par la nature,...

À venir dans les prochaines semaines

31 mai 2010

Summer Slaughter Tour Avec un nom comme Summer Slaughter, vous vous doutez bien que ce n’est pas un spectacle de danse en ligne pour le 3e âge. Établi depuis 2007, il s’agit plutôt d’un véritable festival de la brutalité musicale, mettant en scène des grands noms du milieu du death metal, du grind et du deathcore. Près de huit heures de grosse violence sans édulcorant sont au programme. Même pour les fans du genre, la...