Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Logan : les adieux difficiles

Aucun champ n'est obligatoire



  • Logan, connu sous le nom de Wolverine, a fait ses adieux du grand-écran. C’était le 3 mars passé. Un rendez-vous obligatoire pour les fans, c’est bien le dernier!

    Les fans de Marvel, population à la croissance impressionnante depuis le début des années 2000, démarrent un deuil, celui de Wolverine, personnifié par l’immortel Hugh Jackman. L’acteur australien a en effet annoncé que sa dernière participation au monde des X-men serait à travers Logan. Celui-ci laissera un vide qui sera bien difficile à combler ; le prochain barbu en camisole aura certainement toute la pression du monde!

    L’histoire nous lance dans un futur rapproché, en 2029. Les porteurs du gêne X ont presque tous disparu. Logan et le professeur Xavier sont toujours là, mais tous deux vieux et malades. Leur vie de reclus vient se rompre lorsqu’ils rencontrent une jeune fille, aux habiletés hors-normes, poursuivie par des mercenaires à la solde d’une société pharmaceutique dont les tests cliniques secrets semblent assez immoraux. Logan, ce dur au cœur tendre, est confronté à sa nature de généreux-malgré-lui, une nature qui finit toujours par faire couler beaucoup de sang. Un carcajou reste un carcajou!

    Une brisure nette s’est faite avec le monde édulcoré des superhéros, celui qu’Hollywood impose depuis plus de 15 ans, surtout à travers l’univers Marvel. Le film est encore plus gris, plus triste, plus violent et surtout plus cru dans son langage. Les «Damn it» à demi-mot laissent la place aux «Shut the fuck up» un peu plus défoulants, avouons-le nous. Le temps des politesses est passé, la popularité surprenante du film Deadpool, par exemple, en témoigne clairement.

    Mis à part le côté cru, Logan vient se distinguer dans un autre aspect, le drame. Depuis les Batman signés Christopher Nolan, beaucoup de cinéphiles attendaient la sortie d’autres films similaires : c’est-à-dire des films qui embrassent autant l’aspect héroïque clinquant que la quête de valeurs nobles. En gros, pas de Blockbusters débilisants. Logan vient s’inscrire dans cette lignée avec un protagoniste tourmenté et mourant qui essaie de laisser un héritage au monde qu’il s’apprête à quitter. Rien à voir avec les Avengers. Un scénario plus travaillé et des acteurs au jeu plus «large» qui forcent une limitation dans l’usage d’effets spéciaux. Ce sont désormais ces films qui frappent dans le mile. À DC Comics de répondre!

     




    *Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

    Dans la même catégorie

    Critique de la semaine

    18 février 2011

    Album : Unreal Artiste : Spheric Universe Experience Genre : Prog Metal Année : 2009 En général, on voit le prog comme étant une branche assez hermétique du métal, bourrée de masturbation intellectuelle et où la complexité fait loi. Le précédent album de Spheric Universe Experience, Anima, se pliait justement à cette façon de faire. Il n’en demeure pas moins que je l’ai trouvé juteux, mais il n’est pas forcément hyper accessible pour quelqu’un...

    Social Distortion @ Medley : Death or Glory

    20 août 2009

    Les Rockabillies de Social Distortion étaient de passage le 5 août passé au Medley de Montréal. Ils ont entrainé dans leur sillage la foule des nostalgiques de Hank William Senior . Précédés sur scène par The Strangers et les femmes fatales de Civet, les californiens d’Orange County ont su allumer le public montréalais comme le ferait un berger corse avec un bâton de dynamique dans une étable pleine à craquer. Considéré comme un des groupes...

    Megasoid NYE 2010

    8 janvier 2010

    Question d’inaugurer son nouveau système de son et de célébrer le passage de la nouvelle année, le club Blizzarts (3956A St-Laurent) a décidé d’inviter Megasoid et Rilly Guilty à se produire devant environ 150 personnes, soit le nombre maximum pouvant se trouver dans ce bar/lounge/dancehall de la Main. La soirée a débuté en compagnie de Rilly Guilty qui a offert une solide performance démontrant sa polyvalence en maîtrisant différents genres de musique électronique, du...

    Aucun champ n'est obligatoire