Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Logan : les adieux difficiles

Logan, connu sous le nom de Wolverine, a fait ses adieux du grand-écran. C’était le 3 mars passé. Un rendez-vous obligatoire pour les fans, c’est bien le dernier!

Les fans de Marvel, population à la croissance impressionnante depuis le début des années 2000, démarrent un deuil, celui de Wolverine, personnifié par l’immortel Hugh Jackman. L’acteur australien a en effet annoncé que sa dernière participation au monde des X-men serait à travers Logan. Celui-ci laissera un vide qui sera bien difficile à combler ; le prochain barbu en camisole aura certainement toute la pression du monde!

L’histoire nous lance dans un futur rapproché, en 2029. Les porteurs du gêne X ont presque tous disparu. Logan et le professeur Xavier sont toujours là, mais tous deux vieux et malades. Leur vie de reclus vient se rompre lorsqu’ils rencontrent une jeune fille, aux habiletés hors-normes, poursuivie par des mercenaires à la solde d’une société pharmaceutique dont les tests cliniques secrets semblent assez immoraux. Logan, ce dur au cœur tendre, est confronté à sa nature de généreux-malgré-lui, une nature qui finit toujours par faire couler beaucoup de sang. Un carcajou reste un carcajou!

Une brisure nette s’est faite avec le monde édulcoré des superhéros, celui qu’Hollywood impose depuis plus de 15 ans, surtout à travers l’univers Marvel. Le film est encore plus gris, plus triste, plus violent et surtout plus cru dans son langage. Les «Damn it» à demi-mot laissent la place aux «Shut the fuck up» un peu plus défoulants, avouons-le nous. Le temps des politesses est passé, la popularité surprenante du film Deadpool, par exemple, en témoigne clairement.

Mis à part le côté cru, Logan vient se distinguer dans un autre aspect, le drame. Depuis les Batman signés Christopher Nolan, beaucoup de cinéphiles attendaient la sortie d’autres films similaires : c’est-à-dire des films qui embrassent autant l’aspect héroïque clinquant que la quête de valeurs nobles. En gros, pas de Blockbusters débilisants. Logan vient s’inscrire dans cette lignée avec un protagoniste tourmenté et mourant qui essaie de laisser un héritage au monde qu’il s’apprête à quitter. Rien à voir avec les Avengers. Un scénario plus travaillé et des acteurs au jeu plus «large» qui forcent une limitation dans l’usage d’effets spéciaux. Ce sont désormais ces films qui frappent dans le mile. À DC Comics de répondre!

 

Articles similaires

70 pays en un écran : Festival des Films du Monde

4 septembre 2009

Montréal, la nuit, Montréal, dans une salle sombre de cinéma. Le Festival des Films du Monde est en pleine effervescence depuis maintenant une semaine, et se clôturera dans quelques jours, lundi prochain (7 septembre). C’est l’occasion parfaite pour les cinéphiles de découvrir un autre type d’images, d’histoires et de se laisser entraîner dans la magie cinématographique mondiale. Avec une programmation provenant de tous les coins du monde, le festival propose aux spectateurs une panoplie...

Mesrine

13 février 2009

Mesrine, c’est l’histoire en deux volets du dernier cowboy, du dernier hors-la-loi. Poursuites à haute vitesse dans l’Arkansas, fusillades avec les forces de l’ordre, évasions spectaculaires, assassinats de proxénètes, aventures avec des prostituées, cavalcades à travers champs, enlèvements de riches propriétaires terriens. Éléments typiques des westerns classiques, ce sont pourtant les aspects d’une journée habituelle pour Jacques Mesrine, célèbre gangster français ayant imposé sa loi en France, en Espagne, au Vénézuéla et au Québec...

Caminos de la memoria, vers la dignité de la mémoire collective

24 septembre 2010

Cette semaine, je serais tentée de vous parler des gaz de schiste et autres dégâts écologiques et sociétaux, ou comment une société arrive elle-même à saboter la beauté de son patrimoine naturel, son estime de soi ainsi que son image à l’étranger. Mais je m’en tiendrai à la diffusion d’aspects d’ordre culturel, bien que comme vous le verrez, une manifestation artistique peut porter en elle toute la force d’une grève générale ou d’une mobilisation...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.