Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

La dernière bougie

Dans un tout autre ordre d’idée, je voudrais aborder un sujet qui, depuis maintenant un bon bout de temps, me tracasse au plus haut point : les maisons de retraite. Tout d’abord, elles représentent une industrie à la ristourne gargantuesque. Les maisons de retraite privées pullulent au travers du pays, et elles représentent un marché plus que lucratif.

Cependant, selon moi, il s’agit du marché de la mort. Des fermes où est cultivée l’agonie. Je veux bien qu’on me vende des sourires scintillants et des soirées dansantes en marchepieds, mais la réalité est incontournable.

Dans une société qui fait la promotion de l’individualisme, il peut paraitre normal pour certains que, rendus adultes, nous devons nous occuper d’enfants, du boulot, de toutes les tâches qui sont inhérentes à la vie contemporaine, ce qui ne laisse plus le temps aux parents de s’occuper des leurs.

C’est pourquoi ils les entreposent, avec leurs semblables, dans une résidence où ils pourront s’adonner à tous leurs loisirs. Comme celui de regarder le temps passer et de pleurer la mort d’une telle, qui avait fait son arrivée deux ans plus tôt. Le mois d’après c’est l’homme de la chambre 45 qui a poussé son dernier souffle. Les activités se répètent, les gens se font remplacer. Le ballet des ambulances ne connaît pas de conclusion. Un jour ce sera lui, qui a tellement de vécu, qui connaît une époque qui ne sera jamais revisitée, qui fera déplier la civière. C’est lourd, lourd de solitudes partagées.

C’est d’une manière assez sombre que je vous introduis le thème de l’édition que vous tenez entre vos mains.

Le Polyscope vous présente cette semaine un opus qui traite d’un sujet qui nous concerne tous : la solitude. Certains la fuient, certains s’y blottissent, nous y sommes tous confrontés. Elle possède ses bienfaits et ses côtés sombres, mais elle pourra toujours permettre à l’être solitaire de converser avec son for intérieur pour mieux se connaître. Nos braves journalistes ont su explorer le thème sous un éventail plutôt garni de formes pour vous servir une lecture, à consommer seul ou accompagné.

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La «décapitation du talent»: paranoïa et raison

11 janvier 2013

  Suite à la décision du président de la République française d’hausser le taux marginal d’imposition à 75%, Gérard Depardieu quitte la France en claquant la porte.   Vers la Russie. Vous savez, ce paradis libertarien établi depuis longtemps, là où les travailleur-e-s, par leur initiative personnelle, ont accumulé individuellement des biens, leur permettant d’être une superpuissance apte à compétitionner avec les États-Unis. On croirait rêver. Nos victimes habituelles, assises sur des revenus souvent...

De retour en ligne

19 février 2010

Mise à jour par rapport à mon article de la semaine dernière, surtout en ce qui concerne la disparition du site web de l’émission Masala, à l’antenne de CISM 89,3 FM. Ceux qui ont visité ledit site après avoir lu le Polyscope auront été surpris de constater qu’il était de retour en ligne, malgré ce qui était écrit dans le journal. Google, propriétaire de Blogger, a en effet rétabli le site tel qu’il était, affirmant...

Les roses sont rouges……courrier du coeur

11 février 2011

Cette semaine, je lâcherai le poète en moi, Et l’éditorial, à l’habitude en plein désarroi, Sera des plus profonds et sincères. Vous l’aurez deviné, le Polyscope vous sert Pour la St-Valentin un programme de lecture Idéal pour les couples et ceux un peu moins sûrs. Pour débuter, vous aurez droit aux plus belles Créations de nos lecteurs les plus assidus ; Messages provenant de jeunes jouvencelles Adressés aux pauvres Polytechniciens barbus. Amateurs de PolyHabs...