Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

L’heure est grave

Aperçu article L’heure est grave
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Logo de L'Heuristique.

L’heure est triste chers camarades. C’est la mine basse et les doigts crispés que j’écris ces phrases. Nous avons perdu un soldat au combat. L’Heuristique, le journal de l’École de technologie supérieure, n’est plus. En effet, le journal a dû cesser ses activités suite à un conflit opposant l’équipe du périodique à l’association des étudiants de l’ÉTS.

Nous sommes en deuil de la liberté de presse. C’est une nouvelle qui nous a grandement attristés au Polyscope et qui soulève quelques questionnements essentiels au bon fonctionnement de la vie étudiante. En effet, le financement de L’Heuristique était octroyé par l’association des étudiants de l’ÉTS. Lorsque cette dernière s’opposa au contenu publié dans le journal, ils ont pu le dissoudre immédiatement. Ainsi, ce n’est ni la direction, ni une quelconque instance supérieure qui a mis fin aux activités du journal. Ce sont des élèves qui ont pu prendre ces mesures, et ainsi brimer d’autres élèves dans leur élan d’implication sociale.

Il me semble assez illogique que l’on puisse donner autant de pouvoir à des élèves, surtout lorsque ces avantages sont utilisés pour empêcher leurs camarades de s’exprimer. Je trouve aussi illogique le fait que la direction n’ait rien fait pour empêcher la réalisation de ce scénario. N’est-il pas le mandat d’un journal, spécialement étudiant, de pouvoir bénéficier d’une ligne éditoriale dénuée de pression ou de biais externe? Que serions-nous ni à chaque parution, nous devions faire valider notre contenu par l’AEP et la direction? N’est-ce pas une marque de manque de liberté? Je pense que oui.

Je trouve cela impensable que le système de la vie étudiante puisse fonctionner de cette manière. Je pense qu’il est temps de freiner les idées mégalomanes de certaines têtes bien-pensantes des comités étudiants. Il est temps de faire résonner le concept d’humilité dans ces regroupements qui sont supposés servir les étudiants de leur école. Il est l’heure de mettre un terme aux divers avantages qui sont perçus par les dirigeants des associations étudiantes. Il faut tout faire pour empêcher la création d’une distinction entre étudiants de première et seconde zone, comme on le voit souvent.

Le Polyscope tient à réaffirmer sa solidarité avec l’équipe de L’Heuristique et s’oppose fermement à l’action posée par l’AÉÉTS. Si la situation ne change pas, nous serions prêts à leur laisser quelques pages pour s’exprimer. D’ici là, courage camarades!

Mots-clés : journalisme (7)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La fuite du rapport Duschesneau

23 septembre 2011

Dans cet éditorial, le Polyscope fait le bilan des évènements qui ont suivi la publication du rapport du SPVM sur la collusion dans l’industrie de la construction québécoise. Le 15 septembre, la journée de la publication du rapport, le Polyscope a rencontré Pauline Marois, la chef de l’opposition officielle, pour recueillir ses réactions par rapport à la publication. Voir l’entrevue complète en page 7. Tout le monde le soupçonnait depuis longtemps mais personne n’en avait...

Communiqué de Presse: Poly en grève le 22 mars

9 mars 2012

Les étudiants de génie de Polytechnique et les étudiants en génie de Sherbrooke seront en grève le 22 mars prochain MONTRÉAL, le 2 mars 2012 /CNW Telbec/ - C’était au tour des associations étudiantes de l’École Polytechnique de Montréal et de la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke de se prononcer en faveur d’une journée de grève pour la manifestation nationale du 22 mars. Un référendum sera même organisé pour les étudiants de...

Pourquoi une commission d’enquête? Ah oui, pour ça!

26 octobre 2012

L’année qui vient de passer ne donnait certes pas envie de clamer sur les toits mon domaine d’études. Les mots «génie civil» m’ont attiré plusieurs blagues de mauvais goût et j’ai eu mon lot de commentaires sur la mafia et les enveloppes brunes.   C‘est avec appréhension que j’ai suivi la reprise des audiences de la Commission Charbonneau cet automne. Il ne faisait aucun doute dans mon esprit que le domaine de la construction au...