Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

L’heure est grave

Aperçu article L’heure est grave
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Logo de L'Heuristique.

L’heure est triste chers camarades. C’est la mine basse et les doigts crispés que j’écris ces phrases. Nous avons perdu un soldat au combat. L’Heuristique, le journal de l’École de technologie supérieure, n’est plus. En effet, le journal a dû cesser ses activités suite à un conflit opposant l’équipe du périodique à l’association des étudiants de l’ÉTS.

Nous sommes en deuil de la liberté de presse. C’est une nouvelle qui nous a grandement attristés au Polyscope et qui soulève quelques questionnements essentiels au bon fonctionnement de la vie étudiante. En effet, le financement de L’Heuristique était octroyé par l’association des étudiants de l’ÉTS. Lorsque cette dernière s’opposa au contenu publié dans le journal, ils ont pu le dissoudre immédiatement. Ainsi, ce n’est ni la direction, ni une quelconque instance supérieure qui a mis fin aux activités du journal. Ce sont des élèves qui ont pu prendre ces mesures, et ainsi brimer d’autres élèves dans leur élan d’implication sociale.

Il me semble assez illogique que l’on puisse donner autant de pouvoir à des élèves, surtout lorsque ces avantages sont utilisés pour empêcher leurs camarades de s’exprimer. Je trouve aussi illogique le fait que la direction n’ait rien fait pour empêcher la réalisation de ce scénario. N’est-il pas le mandat d’un journal, spécialement étudiant, de pouvoir bénéficier d’une ligne éditoriale dénuée de pression ou de biais externe? Que serions-nous ni à chaque parution, nous devions faire valider notre contenu par l’AEP et la direction? N’est-ce pas une marque de manque de liberté? Je pense que oui.

Je trouve cela impensable que le système de la vie étudiante puisse fonctionner de cette manière. Je pense qu’il est temps de freiner les idées mégalomanes de certaines têtes bien-pensantes des comités étudiants. Il est temps de faire résonner le concept d’humilité dans ces regroupements qui sont supposés servir les étudiants de leur école. Il est l’heure de mettre un terme aux divers avantages qui sont perçus par les dirigeants des associations étudiantes. Il faut tout faire pour empêcher la création d’une distinction entre étudiants de première et seconde zone, comme on le voit souvent.

Le Polyscope tient à réaffirmer sa solidarité avec l’équipe de L’Heuristique et s’oppose fermement à l’action posée par l’AÉÉTS. Si la situation ne change pas, nous serions prêts à leur laisser quelques pages pour s’exprimer. D’ici là, courage camarades!

Mots-clés : journalisme (7)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

La vitrine étudiante : révélatrice de la relation entre l’administration et ses étudiants

30 janvier 2015

Avant toute chose, petit avertissement. Cet article comporte, comme à mon habitude, une certaine dose de mauvaise foi, par ailleurs parfaitement assumée. La Vitrine étudiante n’est pas, comme certains semblent le croire, une catastrophe d’ampleur biblique. Loin de moi non plus l’idée d’être ingrat : Poly manque de place et l’espace mis à la disposition des comités étudiants est, si l’on compare avec d’autres établissements, généreux. Toutefois, la saga de la Vitrine m’a inspiré quelques...

L’éléphant qui n’a toujours pas quitté la pièce

28 octobre 2016

Les douze travaux du féminisme. La réalité 2016. Il est dur de détourner le regard de cette subjuguante parade de paons médiatique que nous contemplons depuis quelques mois. Celle-là même qui nous désensibilise à petit feu. On dirait que récemment,...

Vive le dollarama

7 novembre 2008

Vive le Dollarama! Rien de tel qu’une petite visite là-bas pour se rappeler qu’une fête coûteuse n’attend pas l’autre. L’Halloween n’était pas encore arrivé que l’on retrouvait déjà des gros messieurs barbus rouges sur les étalages. Je ne sais pas si c’est la même chose pour vous, mais dans ma famille lorsque l’on franchit la dernière fête avant la ligne droite vers Noël, c’est toujours le même scénario : « Bon les enfants, qu’est-ce...