Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Les arts au cinéma

Aperçu article Les arts au cinéma
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Jean Dujardin et Bérénice Bejo dans The Artist

Vous avez envie de vous cultiver sans bouger de chez vous et vous trouvez qu’utiliser Google c’est définitivement trop mainstream? Ne vous inquiétez pas, j’ai pensé à vous. Cette semaine, dans le cadre du Polyscope spécial culture, je vous propose donc quelques films sur les différents arts.

mulholland-drive

Cinéma

Bien entendu, j’étais obligé de commencer cet article en parlant de films qui traitent de cinéma. Sans grosse surprise, c’est un sujet qui ne manque pas de représentants, et qui a l’air de plaire à l’académie des Oscars, comme le prouvent les victoires récentes de Birdman (2015) et de The Artist (2012).

Birdman, amené par la sublime réalisation en plan-séquence d’Alejandro González Iñárritu, narre l’histoire d’un ancien acteur, maintenant has-been, qui essaye de monter sa propre pièce de théâtre tout en se battant avec son passé de super-star. Si certains le trouveront peut-être parfois un peu prétentieux, Birdman reste rempli de scènes hallucinantes, parfois très drôles et parfois émouvantes. Il y a aussi des solos de batterie de jazz dans la BO.

The Artist, du français Michel Hazanavicius, met en vedette le toujours très bon Jean Dujardin. Il est, quant à lui, beaucoup plus léger, et raconte, en mode « vieux film muet », l’évolution d’un acteur de film muet à l’arrivé du cinéma parlant. Jouant très habilement avec les codes du cinéma muet et du cinéma parlant, The Artist est aussi un film très drôle et terriblement attachant, nettement plus intelligent qu’il pourrait en avoir l’air au premier abord.

Sinon, si votre truc c’est plutôt les films où vous ressortez de la salle avec l’expression suivante (les paraphrases ou les expressions similaires sont aussi autorisées) : « Alors, j’ai absolument rien compris, mais c’était vachement bien! », alors je ne peux que vous conseiller le cultissime Mulholland Drive, du maître David Lynch, qui se concentre lui plus sur le monde fermé d’Hollywood.

black-swan

Art de la scène

Votre passion, c’est la danse, les tutus et avoir une pression telle que vous commencez à devenir folle? Parfait! C’est justement le thème du thriller Black Swan.

Si votre truc c’est plutôt la magie, la vraie, alors vous ne pourrez qu’aimer The Prestige, du toujours très bon Christopher Nolan. On y retrouve la confrontation entre deux magiciens, joués par Christian Bale et Hugh Jackman. Thriller très efficace en tant que tel, tout le film repose sur les tours de passe-passe et sur l’art de tromper son public.

whiplash

Musique

S’il y a de nombreux films arborant le sujet de la musique, notamment de nombreux biopics, c’est l’excellent thriller musical Whiplash (2014), que je choisis de vous recommander ici. On y suit l’histoire d’un jeune batteur de jazz, qui va être amené à étudier sous la tutelle d’un prof de jazz tyrannique, joué par l’excellent J.K. Simmons. Malaises garantis.

scot-pilgrim-vs-the-world

Jeux vidéo

Enfin, puisque c’est possible que je n’aie pas trouvé de bons films sur les arts restants, concentrons-nous sur un autre sujet fort, mais qui lui est souvent raté au cinéma : les jeux vidéo. Ne vous inquiétez pas, je vous épargnerai la longue liste d’adaptations pourries de jeux vidéo. À la place, je vous conseillerais plutôt de vous tourner vers le très fun Scott Pilgrim vs. the World (2010), d’Edgar Wright. Tiré d’un comics et bourré de références à la pop-culture, aux jeux vidéo et à la musique, le film jouit aussi d’une très bonne BO et d’une réalisation colorée et jouissive.

Du côté plus inquiétant de la réalité virtuelle, on a Existenz (1999), de David Cronenberg et sa réflexion sur ce qui est réel ou pas, combinée à son esthétique soignée (comprenez, à la fois captivante et dégoutante).




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+