Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Poème : A-2016

A-2016

Virevoltant comme des rumeurs,
Semant la zizanie comme la peur,
Les intras des grands froids s’envolent,
Libérant les humeurs rendues frivoles.

Sous la pluie et dans la boue tachés,
Mon courage et mon labeur brûlés,
Comme les calories après sortie,
D’une classe après deux heures et demie.

Entre deux débats LGBT,
Ou Clinton et Trump de s’invectiver,
Je ne sais plus où adresser mon sourire,
Des fois, ma foi en l’humain veut mourir.

Alors que mon envie de décolore,
Comme les feuilles de l’automne,
Je dois décider si je sors,
Où si je mérite bien un somme.

Je peux me consoler des prouesses,
De Weber à la défense, Galchenyuk en finesse,
La mi-session est enfin passée,
À Poly on recommence à respirer.

– par Vincent Bolduc




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+