Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Carabins : le goût de la défaite

Aperçu article Carabins : le goût de la défaite
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Le stade du CEPSUM accueillait un duel au sommet. © Laurent Montreuil

Samedi 15 octobre, nos Carabins affrontaient le Rouge et Or de l’Université Laval pour un duel de football au sommet. L’enthousiasme était au rendez-vous puisque la rencontre se jouait à guichets fermés, remplissant ainsi les tribunes ensoleillées du stade du CEPSUM. Après une impressionnante série de victoires, une performance éblouissante était espérée du côté des Bleus. Malheureusement, les Carabins ont découvert pour la première fois de la saison le goût de la défaite.

Marque finale
Rouge et Or 22-19 Carabins

Sean Thomas Erlington tentant de repousser l’invasion du Rouge et Or.© James Hajjar

Sean Thomas Erlington tentant de repousser l’invasion du Rouge et Or.© James Hajjar

Dès le début de la rencontre, il est apparu clairement que le Rouge et Or serait un adversaire autrement plus relevé que les Gaiters de Bishop’s ou les Stingers de Concordia. La partie a en effet commencé de manière très défensive, avant que Laval ne commence à doucher les espoirs des spectateurs locaux en inscrivant un premier touché dans le premier quart. C’est à la toute fin du deuxième quart que les Carabins se sont réveillés, réalisant deux touchés dans un court intervalle de temps. Avec une marque de 10-18 en faveur des Carabins à la moitié du temps, les sourires pouvaient se lire chez les partisans des Bleus. Hélas, le Rouge et Or n’avait pas dit son dernier mot.

Les interceptions des Carabins n’ont pas suffi à leur assurer la victoire. © James Hajjar

Les interceptions des Carabins n’ont pas suffi à leur assurer la victoire. © James Hajjar

À la faveur d’une séquence moins productive pour les Carabins, les joueurs de l’Université Laval sont parvenus à inscrire un nouveau touché, ramenant la marque à 17-18. Le Rouge et Or est ensuite parvenu à prendre l’avantage grâce à un touché de sûreté concédé par les Carabins, puis à confirmer par un placement. Entre temps, les Bleus étaient parvenus à récupérer un point supplémentaire à la suite d’un placement raté. Le Rouge et Or menait donc 22-19. Jusqu’à la dernière seconde, les Carabins ont tenté de revenir au score, mais, trop gourmands, probablement en recherche d’un touché illusoire, ils ont dû s’incliner devant des visiteurs ambitieux, échouant ainsi pour la première fois de la saison.

Jonathan Boissonneault-Glaou face à un Rouge et Or déterminé. © James Hajjar

Jonathan Boissonneault-Glaou face à un Rouge et Or déterminé. © James Hajjar

C’est contre le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke que nos Carabins joueront leur prochain match, dimanche 23 octobre au CEPSUM.


Autres sports en bref

hockeyHockey féminin

Les joueuses des Carabins l’ont emporté 5-1 face aux Stingers de Concordia, le 16 octobre dernier, pour leur premier match de la saison. C’est donc un début encourageant. Le prochain match de l’équipe a lieu le 21 octobre au CEPSUM, face aux Martlets de McGill.

rugbyRugby

Les deux équipes de rugby des Carabins, masculine et féminine, jouaient le 16 octobre. L’équipe féminine a fait match nul contre les Ravens de Carleton (17-17), ce qui lui permet de se qualifier pour les séries, alors que l’équipe masculine, toujours invaincue cette saison, a largement dominé l’ÉTS au CEPSUM (48-6).

Articles similaires

Défaite contre Concordia: nos Carabins à la dérive

22 septembre 2006

C’est par un merveilleux samedi après-midi que nos Carabins affrontaient les méchants Stingers de l’Université Concordia. Une superbe journée, l’été nous caressant d’un joli au revoir. C’était les retrouvailles, autant pour les spectateurs, les joueurs... et les cheerleaders bien sûr. Nos joueurs ont commencé la partie en force. L’armoire à glace Simon Ouellet (6’6’’, 270 lbs, 4e année, Génie industriel) commençe sa journée au boulot avec un sac du quart. Il la complètera d’ailleurs...

Le retour à la réalité

10 novembre 2006

Décidemment, nos Carabins n’étaient pas dûs pour les grands honneurs. Ils ont pourtant eu leurs chances, ne portant pas le coup de grâce tant souhaité par les quelques milliers de fans présents à Loyola. Cette année se devait d’être l’année des Bleus. N’ayant toujours pas perdu un seul vétéran et les gars de Québec devant maintenant se fier à une jeune équipe, tous les médias et les fans avaient des attentes d’envergure pour la...

Ça sent la coupe

20 mars 2008

Évidemment que cela dépend d’où vous vous situez, mais par chez nous, ça sent la coupe. Juste entre l’odeur du pop-corn et celui des ailes de poulet qui s’accumulent dans mon assiette. La ville est hockey et Kovalev est roi en attendant que Price le prince arrive à maturité. La marmotte est sur le point de voir son ombre (et c’est alors que Brisebois ira prendre sa retraite), mais c’est Noël que l’on voit...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Poème : Ennui

21 octobre 2016

Ennui Angoissé par un temps qui file À une vitesse quasi nulle, Je vomirais une mare de bile Victime d’un ennui qui m’encule. J’ai scruté chaque coin de cette pièce, Aucune issue, c’est peine perdue. D’ailleurs j’ai crissement mal aux fesses, Trône en plastique, cerveau moulu. Malgré tout j’ai cru développer Une métrologie bien pointue Du dynamisme d’un cours de BAC Par la batterie qu’ j’aurai perdue. Permettez-moi que je crie : « fin...

ABOLISSONS LA PAUVRETÉ!

29 septembre 2006

Il y a deux semaines, vous avez tous lu la chronique « De l’inutilité des textes et de l’importance des images » de mon collègue et ami Tarek, où il dénonçait entre autres les « jeunes hurluberlus [qui n’avaient jamais vu la pauvreté] qui se faisaient les hérauts de la cause humanitaire ». Chacun a le droit à son avis mais j’aimerai faire une mise au point sur au moins trois points. Il y...

De Darpa à Robocup

11 octobre 2013

De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités. Aimeriez-vous d’un monde où les humains ne travaillent plus de leur mains? Où chaque désir est rempli par un autre? Un esclave robotique.   Ce futur tant romantisé par d’innombrables auteurs de science fiction semble loin. Mais plus tant que ça lorsqu’on jette un oeil sur les nouveaux joujoux de Darpa, l’agence de projets de défence et de recherche avancée Américaine. Cette division d’ingéniérie, associée à de nombreuses...