Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Humains du Phallus

Aperçu article Humains du Phallus
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
« À chaque automne c’est pareil, ils se rappellent de moi et je redeviens leur préféré! Ce sont à chaque fois les plus beaux jours de ma vie! Mais ça dure jamais longtemps... dès que Noël approche, ils se tannent de moi et retournent dans le confort de leurs sortes habituelles... gang d’hypocrites... C’est dur la vie d’un latté à la citrouille... »

Un projet de PolyPhoto, en collaboration avec Le Polyscope.Satire des pages portrait-photo à la « Humans of New-York ».Visitez la page Facebook Humains du Phallus!Le campus de l’UdeM, une histoire à la fois...

« À chaque automne c’est pareil, ils se rappellent de moi et je redeviens leur préféré! Ce sont à chaque fois les plus beaux jours de ma vie! Mais ça dure jamais longtemps... dès que Noël approche, ils se tannent de moi et retournent dans le confort de leurs sortes habituelles... gang d’hypocrites... C’est dur la vie d’un latté à la citrouille... »

« À chaque automne c’est pareil, ils se rappellent de moi et je redeviens leur préféré! Ce sont à chaque fois les plus beaux jours de ma vie! Mais ça dure jamais longtemps… dès que Noël approche, ils se tannent de moi et retournent dans le confort de leurs sortes habituelles… gang d’hypocrites…
C’est dur la vie d’un latté à la citrouille… »

« L’autre soir ma blonde m’a fait dormir sur le divan. Pour être honnête je ronfle pas, je bois pas, je suis loyal mais j’avoue que de garder une copie de Eat, Pray, Love dans mon tiroir à sous vêtements, ça peut paraître suspicieux. »

« L’autre soir ma blonde m’a fait dormir sur le divan. Pour être honnête je ronfle pas, je bois pas, je suis loyal mais j’avoue que de garder une copie de Eat, Pray, Love dans mon tiroir à sous vêtements, ça peut paraître suspicieux. »

 




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.