Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Amicalement nôtre

La rentrée. Nouveau pays, nouvel établissement, j’ai l’impression de débarquer à l’école primaire : je dois tout réapprendre, les locaux, les règles, les profs, le programme — et les amis.

Je déteste ce sentiment d’être la dernière des abruties, seule et complètement paumée au milieu des gens qui sont chez eux depuis quelques années déjà, comme moi j’étais chez moi… chez moi. En tout cas, pour ce dernier point, je ne suis pas si seule — Google est mon ami — et je suis sûre qu’Internet regorge de conseils pour se faire des amis aussi facilement que les X ont gagné l’inté et aussi rapidement que les coureurs du 100 m rament (ce qui s’est passé au barathon reste au barathon). Bref, lançons la recherche. Au début, rien de bien folichon. On me recommande de sourire, d’être à l’écoute, de ne pas monopoliser la parole ou les sujets de conversation, de ménager l’égo de mes interlocuteurs en ne disant jamais qu’ils ont tort, puis enfin d’être drôle et de confiance. Je dois également sortir de chez moi pour créer des occasions, et m’inscrire dans des clubs (sportifs ou autres — pour moi ce sera plutôt autres) pour rencontrer des gens partageant les mêmes centres d’intérêt que moi. J’en profite pour inviter tous les gens qui partagent le même centre d’intérêt que moi qui commence par un P et qui finit par un E à venir aux réunions le mardi à 17 h 35 au C-215.2, ça ne mange pas de pain et ça fait déjà une ligne de plus dans mon article vide d’intérêt.

Il y a bien femmeactuelle qui me recommande « d’accrocher les gens du regard » et de « faire un grand sourire », mais lapinou666 commente « j’ai essayé cette méthode et les personnes me regardaient de façon bizarre, je pense qu’elle ne fonctionne pas avec moi car quand je souris j’ai l’air d’un lapin ». WikiHow aime faire du zèle et précise qu’il faut garder une bonne hygiène corporelle, mais prodigue aussi d’astucieux conseils pour garder le contact une fois qu’on a réussi à se faire des amis, grâce à des « sites de réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Google+ ». Un peu trop de zèle WikiHow, ou trop d’optimisme. Enfin, je me dis que le site French Touch Seduction pourra m’aider, mais je suis distraite par les annonces du type « élargir ses épaules, les exercices et mouvements de musculation qui marchent vraiment » ou encore « 5 phrases d’accroche pour séduire une fille à coup sûr » qui font leur pub à grand renfort de photographies appuyées. J’en aurais bien mis dans mon article également, mais je crains que ça ne détourne votre attention à votre tour.

Finalement je ferme mon navigateur tout aussi seule qu’avant — oh, un écureuil qui passe sous ma fenêtre! —, me lance une bonne rasade de courage au fond du gosier, fourre mon aisance sociale dans mon sac de cours, et pars squatter les bancs de Poly. Bref, si vous vous sentez paumés, sachez que vous n’êtes pas seuls; et amis ou pas, n’hésitez pas à aller parler aux pauvres étudiants solitaires, j’accepte aussi d’aller boire une bière! Et dans le prochain numéro, je me renseignerai sur comment faire fonctionner les relations amoureuses à distance. Ou pas.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.