Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Éducation polytechnicienne

La qualité de l’enseignement est un gros enjeu pour les étudiants de Polytechnique.

On en a vu de toutes les couleurs, entre les profs qui parlent moyennement français, ceux qui sont trop cool pour nous et ceux qui n’ont VRAIMENT aucun talent d’enseignement malgré toute leur bonne volonté. Heureusement, certains changements ont eu lieu dans les dernières années afin de hausser le niveau de l’éducation : le chargé d’enseignement.

Pour en parler, j’ai demandé l’aide de Patrice Farand, chargé d’enseignement en génie chimique. Pour lui, les chargés d’enseignements sont essentiellement engagés pour faire de l’enseignement, soit huit cours par ans, et aider les autres professeurs sur leur propre matière. De plus, ils ont aussi un rôle de «développement pédagogique», c’est-à-dire, développer des cours de qualité. Les chargés d’enseignement sont encouragés à «faire valoir leurs réalisations à l’interne et à l’externe». Il leur faut donc participer à des congrès et des colloques et, si possible, écrire des articles sur l’enseignement et la pédagogie.

Que faut-il pour devenir chargé d’enseignement? Ça dépend. M. Farand possède un bac en Génie Chimique de Polytechnique ainsi qu’une maîtrise en éducation.  Par contre ce n’est pas le cas de tous les chargés d’enseignement. Le dénominateur commun reste un diplôme de maîtrise, exigé pour obtenir le poste. De plus, la maîtrise doit avoir un lien avec la matière enseignée ou avec la pédagogie.

Et pour la qualité de l’enseignement, qu’en est-il? «Il y a tellement de travail à faire pour que nos programmes soient meilleurs et ça prend du temps», explique M. Farand.  «Les chargés d’enseignement sont super bénéfiques pour l’École Polytechnique puisqu’ils ont été engagés pour leur côté pédagogique.»  De plus, les professeurs ont d’autres rôles, notamment la recherche de financement et l’accompagnement des étudiants aux cycles supérieurs.  Ils n’ont pas autant de temps et d’énergie à investir dans les réformes des cours. «Mais globalement, je crois que ça a augmenté la qualité de l’enseignement à Polytechnique [d’avoir des chargés d’enseignement]» conclut-il.

Pour les étudiants, les chargés d’enseignement semblent se démarquer vis-à-vis les autres membres du personnel enseignant. Leurs talents pédagogiques sont très appréciés alors que du côté des professeurs et chargés de cours, la qualité est complètement aléatoire. Il est donc très encourageant de savoir que Polytechnique prend ce problème au sérieux et engage des chargés d’enseignement.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Hymne à l’hymen : La farce féminine

17 février 2019

En cette semaine de la diversité, on célèbre notre intérêt commun pour les schémas blocs, l’approximation de mathématiques et les tests mitaines. On célèbre le partage de cet intérêt commun, au travers toutes les minorités possibles et imaginables – en génie, on pourrait englober toutes ces minorités en créant une catégorie qui exclut seulement l’homme indien. Je ne peux parler pour toutes ces minorités, sauf celle de la femme – et l’intérêt qu’a la diversité....

Et qu’on innove!

20 mars 2017

Cette semaine, Le Polyscope vous présente un opus orienté sur l’entreprenariat dans le domaine du génie. Les domaines dans lesquels les étudiants de Polytechnique forgent leurs connaissances sont très variés. Certains, comme les domaines de l’aéronautique ou des mines, assoient leur plus grand bassin de développement dans des firmes qui ont des allures de mastodontes dans les sphères financières. Ainsi, c’est assisté d’un capital gargantuesque que l’on peut généralement espérer percer dans ces champs...

Nouveaux progreammes

25 août 2005

« Le TC est mort, vive le TC » Le TC, c’était un long et difficile périple qu’empruntaient tous les nouveaux étudiants venus faire un pèlerinage. L’aventure de quatre années — et plus si affinités — finissait souvent en déconfiture lorsque lesdits pèlerins avaient quelque mal à saisir les subtilités de la résistance des matériaux, telles que les entendait un prof impénitent. Ce périple, c’était le tronc commun. Le tronc commun a longtemps été...