Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Complainte d’une correctrice exploitée

Ayant suivi les péripéties du journal,

Pleuré, larmoyé, devant tant de haine,

De désespoir je décidai d’entrer en scène

Pour donner à ces pauvres articles mon aval.

Quel ne fut pas mon effroi devant ces critiques en culture

Et ces comptes-rendus politiques,

Sincèrement, croyez moi, ça faisait dur !

Mais depuis quelques numéros, le Scope devient poétique.

B ravant les périls orthographiques du jeudi soir,

Armée de ma bible, Le Français au Bureau,

Je tente vaillamment de raisonner ces pigistes sans gloire

Et de leur inculquer quelques règles pour paraître moins sots.

C ’est sûr, écrire sans faute relève de l’exploit,

Mais pour un article, voire un devoir à rendre,

Mieux vaut se relire que d’avoir confiance en soi

Et se référer à Antidote, femme qui dans le milieu fait loi.

D epuis presqu’un an, vos articles paraissent sans fautes,

Ou presque : de mes yeux quelques-unes sautent

Malheureusement, mais nul n’est parfait !

Toutefois le Polyscope n’en perd pas moins son attrait.

V oila ma petite aventure joyeuse de cette année,

J’espère que l’édition 2008-2009 vous aura plue,

Et puis avec cette bande de gai lurons, avoir su,

J’aurai rejoint plus tôt ce journalistique comité !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.