Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Portefeuilles pour un monde

En tant que futurs ingénieurs, vous aurez très probablement la chance de mettre de côté de l’argent, par exemple pour embellir votre retraite lointaine. Il est possible d’investir son argent dans des portefeuilles gérés par son institution financière, ce qui est probablement bien puisque nous ne sommes pas tous des gestionnaires financiers chevronnés. Cependant, comme ce n’est pas vous qui choisissez où s’en va votre argent, quelle garantie avez-vous que votre argent ne servira pas à financer un fournisseur d’armement ou bien l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta ?

Heureusement, il y existe un moyen de s’assurer d’un minimum d’éthique dans le placement des fonds d’investissement : l’investissement socialement responsable (ISR). Les fonds issus de ce principe respectent certains critères par rapport à la viabilité de l’environnement, à la responsabilité sociale et à la gouvernance d’entreprise (ESG) dans le choix des sociétés qui bénéficieront de l’investissement. En d’autres mots, ce genre de fonds est à la finance ce que la culture bio est à l’agriculture. Selon le site de la Banque Royale du Canada, les actifs d’ISR totalisaient plus de 503 milliards de dollars au Canada en 2006 et augmentent d’année en année. Certains pays comme l’Australie, le Royaume-Uni, la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Italie ont même des lois qui obligent les fournisseurs de produits de placement à expliquer comment ils tiennent compte des critères sociaux, environnementaux et éthiques.

Afin de répondre à ces critères socialement responsables, le processus de placement de ces fonds inclut une évaluation sociale, environnementale et/ou éthique en plus de l’évaluation financière (rendement, risque, etc.). En général, des firmes ou groupes externes au gestionnaire financier évaluent la performance ESG des entreprises et dressent une liste de sociétés admissibles au fonds d’ISR. Ensuite, le gestionnaire choisit celles dans lesquelles il désire investir après une analyse financière.

Malheureusement, il ne semble pas exister de normes internationales qui régissent la méthode de sélection des entreprises dites socialement responsables. De plus, le terme « fond éthique » ou « socialement responsable » n’est pas une appellation contrôlée et donc chaque institution financière définit à sa façon ce genre de placement. Des directives internationales, comme les Principes d’Équateur, commencent cependant à faire leur apparition. Il est possible de trouver sur le site des institutions bancaires une description, quoique superficielle, de leurs critères. Par exemple, Desjardins offre le Fonds Desjardins Environnement ainsi que le Fonds Desjardins Éthique Équilibré canadien. Trois secteurs d’activité en sont automatiquement exclus : les entreprises du tabac, l’armement et le nucléaire.

Évidemment, la question d’un bon investisseur sera : est-ce que ça rapporte ? Le Fonds Desjardins Environnement a rapporté 17,8 % en 2007 et a même reçu un prix pour son rendement sur trois ans (Lipper Award si ça vous dit quelque chonse…). En contrepartie, le Fonds Desjardins Éthique Équilibré canadien a essuyé des pertes de 4,2 %
en 2007, mais a gagné 4,6 % entre 2005 et 2007. Il semble qu’il y ait suffisamment de portefeuilles socialement responsables sur le marché pour trouver quelque chose qui correspond à votre niveau de risque et de rendement.

Bien que ces fonds ne soient pas parfaits, il s’agit selon moi d’une nette amélioration par rapport à l’investissement aveugle et déresponsabilisé. Le fait que des compagnies n’aient pas accès à des fonds d’investissement à cause de leurs mauvaises pratiques sociales ou environnementales les encourage à s’améliorer. Informez-vous sur les possibilités de portefeuilles socialement responsables ainsi que sur leurs processus de placement afin de faire un choix éclairé. La démarche habituelle du consommateur averti finalement!

Mots-clés : polysphère (21)

Articles similaires

J’ai mal à ma planète!

31 octobre 2008

Par Hugues Imbeault-Tétreault J’ai le bonheur cette semaine de vous présenter un livre qui me tient à coeur : Mal de Terre d’Hubert Reeves. Astrophysicien reconnu né à Montréal, l’auteur passe une importante partie de son temps à la vulgarisation scientifique et à la défense de l’environnement. Mal de Terre est un des derniers d’une série d’une vingtaine de livres de ce genre. Il dresse un bilan très inquiétant de la situation actuelle de...

Prend garde assiette jetable, ton règne achève!

20 mars 2008

La semaine dernière se déroulait la semaine de l’environnement durant laquelle plusieurs conférences ont été présentées. L’une d’elles abordait la vaisselle et les ustensiles jetables de la cafétéria, qui génèrent beaucoup de déchets. Tout d’abord, le directeur de Polysphère, Pierre-Luc Soucy, a dressé un bilan de la situation du projet de vaisselle durable. Ensuite, le professeur Basil Favis, étant un spécialiste en la matière, nous a gentiment éclairés sur le sujet. Finalement, un étudiant...

Copenhague : préparez vos munitions !

8 janvier 2010

Personnellement, je suis un peu écœuré d’entendre des souhaits pour l’an 2010. De mon côté, je suis malheureux que 2009 se soit terminé sur l’échec de Copenhague au sommet de l’ONU sur le climat. Ainsi, au lieu de transmettre mes souhaits pour un monde d’équité climatique, cette année, ma résolution sera de l’exiger. En passant, désolé pour mon introduction obtuse, mais ça va me permettre de finir sur une note plus positive ! Bilan...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Un conseil d’ami

12 janvier 2007

Par Thomas Thon En cette période de début de session, un important rappel doit être transmis aux nouveaux étudiants qui seront nombreux ce trimestre à chauffer les bancs des amphithéâtres de Polytechnique. Le conseil est simple : Ne critiquez jamais les institutions de l’École Polytechnique et encore moins son association étudiante! C’est mal. Même si vous vous heurtez à des situations ridicules, que vous notez un fonctionnement administratif absurde, taisez-vous, ne dites rien. Rappelez-vous...

Revoir les règles du jeu en génie-conseil

19 mars 2010

L’infraction à la loi sur le lobbyisme commise par la firme BPR pourrait bien marquer le point charnière d’un resserrement des règles de « développement d’affaires » pour l’instant bien informelles. Par Philippe Doyon-Poulin Le 26 janvier dernier, le commissaire au lobbyisme du Québec a déposé son rapport – qui n’a pas été rendu public, car des procédures criminelles sont étudiées – sur les activités de la firme BPR dans la région du Bas-du-Fleuve. Résultat : 13 employés de la...

Le Mariage de Figaro

23 janvier 2009

Quand on est le fils d’un horloger, on doit sûrement saisir plus vite que les autres l’importance du temps qui s’échappe. Résultat : on se dépêche de devenir exceptionnel. Pierre-Augustin Caron est le fils d’un maître horloger qui tient boutique sur la rue Saint-Denis à Paris dans les années 1730. À cette époque, on vit à une demi-heure près car personne n’a encore trouvé comment doter d’une régularité parfaite le rouage des pendules et...