Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Portefeuilles pour un monde

En tant que futurs ingénieurs, vous aurez très probablement la chance de mettre de côté de l’argent, par exemple pour embellir votre retraite lointaine. Il est possible d’investir son argent dans des portefeuilles gérés par son institution financière, ce qui est probablement bien puisque nous ne sommes pas tous des gestionnaires financiers chevronnés. Cependant, comme ce n’est pas vous qui choisissez où s’en va votre argent, quelle garantie avez-vous que votre argent ne servira pas à financer un fournisseur d’armement ou bien l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta ?

Heureusement, il y existe un moyen de s’assurer d’un minimum d’éthique dans le placement des fonds d’investissement : l’investissement socialement responsable (ISR). Les fonds issus de ce principe respectent certains critères par rapport à la viabilité de l’environnement, à la responsabilité sociale et à la gouvernance d’entreprise (ESG) dans le choix des sociétés qui bénéficieront de l’investissement. En d’autres mots, ce genre de fonds est à la finance ce que la culture bio est à l’agriculture. Selon le site de la Banque Royale du Canada, les actifs d’ISR totalisaient plus de 503 milliards de dollars au Canada en 2006 et augmentent d’année en année. Certains pays comme l’Australie, le Royaume-Uni, la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Italie ont même des lois qui obligent les fournisseurs de produits de placement à expliquer comment ils tiennent compte des critères sociaux, environnementaux et éthiques.

Afin de répondre à ces critères socialement responsables, le processus de placement de ces fonds inclut une évaluation sociale, environnementale et/ou éthique en plus de l’évaluation financière (rendement, risque, etc.). En général, des firmes ou groupes externes au gestionnaire financier évaluent la performance ESG des entreprises et dressent une liste de sociétés admissibles au fonds d’ISR. Ensuite, le gestionnaire choisit celles dans lesquelles il désire investir après une analyse financière.

Malheureusement, il ne semble pas exister de normes internationales qui régissent la méthode de sélection des entreprises dites socialement responsables. De plus, le terme « fond éthique » ou « socialement responsable » n’est pas une appellation contrôlée et donc chaque institution financière définit à sa façon ce genre de placement. Des directives internationales, comme les Principes d’Équateur, commencent cependant à faire leur apparition. Il est possible de trouver sur le site des institutions bancaires une description, quoique superficielle, de leurs critères. Par exemple, Desjardins offre le Fonds Desjardins Environnement ainsi que le Fonds Desjardins Éthique Équilibré canadien. Trois secteurs d’activité en sont automatiquement exclus : les entreprises du tabac, l’armement et le nucléaire.

Évidemment, la question d’un bon investisseur sera : est-ce que ça rapporte ? Le Fonds Desjardins Environnement a rapporté 17,8 % en 2007 et a même reçu un prix pour son rendement sur trois ans (Lipper Award si ça vous dit quelque chonse…). En contrepartie, le Fonds Desjardins Éthique Équilibré canadien a essuyé des pertes de 4,2 %
en 2007, mais a gagné 4,6 % entre 2005 et 2007. Il semble qu’il y ait suffisamment de portefeuilles socialement responsables sur le marché pour trouver quelque chose qui correspond à votre niveau de risque et de rendement.

Bien que ces fonds ne soient pas parfaits, il s’agit selon moi d’une nette amélioration par rapport à l’investissement aveugle et déresponsabilisé. Le fait que des compagnies n’aient pas accès à des fonds d’investissement à cause de leurs mauvaises pratiques sociales ou environnementales les encourage à s’améliorer. Informez-vous sur les possibilités de portefeuilles socialement responsables ainsi que sur leurs processus de placement afin de faire un choix éclairé. La démarche habituelle du consommateur averti finalement!

Mots-clés : polysphère (21)

Articles similaires

Soyez responsable

23 mars 2007

Depuis l’avènement de la société de consommation, les Nord-américains consomment de plus en plus, au point où il faudrait maintenant plus de quatre planètes Terre pour subvenir aux besoins de la population si tous les gens dans le monde consommaient comme nous. Par ailleurs, de par leur nature même, de nombreuses compagnies n’hésitent pas à poser des actes douteux comme l’exploitation de travailleurs dans le tiers-monde pour maximiser les rendements pour leurs actionnaires. Heureusement,...

Chronique écolo

19 septembre 2008

En ce début de session, je vous annonce que la chronique environnementale de PolySphère, votre comité environnement, est de retour pour une 2e année dans votre journal étudiant préféré. Comme la sensibilisation de la communauté polytechnicienne fait partie du mandat du comité, il va de soi d’écrire des articles dans le Polyscope ! Rappelons-nous que l’année dernière, des thèmes tels les crédits- carbone, le compostage, la consommation responsable et les déchets électroniques ont été...

Génie et Culture : incompatibles?

31 octobre 2008

CULTURE. Un mot qui peut susciter à Polytechnique différentes réactions rien que par la lecture de ses caractères : la curiosité de celui qui meurt d’envie d’apprendre autre choses que les modélisations de la semaine, ou le dédain de l’autre qui, en lisant ce journal, est persuadé qu’il a du se tromper de direction après avoir monté les rampes du métro. Ces deux réactions paraissent totalement contraires l’une de l’autre, mais un point commun...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

Mon coup de coeur de la semaine

30 janvier 2009

UK Garage, une compagnie d’importation automobile basée en Italie, présente la Lotus Extrema, une Lotus Exige fortement modifiée. La particularité marquante est que le moteur 4 cylindres cède sa place à une pléiade de moteurs V8 : parmi les plus performants, on retrouve 3 moteurs de Corvette, dont celui de la ZR-1, qui développe 647 chevaux. Ainsi motorisée, l’Extrema abat le 0 à 100 km/h en 2,9 secondes, en route pour une vitesse maximale...

Voir Venise…

26 février 2010

Sur la côte est de l’Italie se trouve la ville cachée de Venise, au creux de sa lagune. Célèbre pour son carnaval, ses palais et ses mystères, la ville baigne dans une atmosphère des plus prenantes et captivantes. Cette eau bleu-vert omniprésente semble figer dans le temps cette cité mythique et magnifique. Corto Maltese y a vécu une fable. Turner, ses aquarelles. Ce qui frappe le plus en marchant dans les rues de la...

A-t-on un plan pour nos cours?

9 octobre 2015

Après une première chronique intitulée « Après un an à Poly, je ne demande pas la perfection » expliquant la grande permissivité de l’authentification du mot de passe sur l’interface Horde du courriel de Poly, la chronique d’aujourd’hui fait le point sur la présentation du plan de cours à Poly. Les étudiants qui ont eu un parcours académique au cégep constateront qu’à Poly, le plan de cours n’est pas nécessairement rédigé avec une rigueur exemplaire....