Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Architecture Structure

Depuis plus de dix mois, le mot d’ordre idéologique est celui de crise : blocus économique, pénurie de logement et crise de l’art sont les abcès que les pays industrialisés doivent soigner. Une intervention est requise, certes, mais ce ne sont pas les 785 milliards de dollars d’Obama, injectés dans l’économie américaine qui vont changer la donne. Plus grave encore, cette crise amorcée devient visible…l’architecture est ainsi attaquée de tous les bords par les normes, les réglementations, les experts et les exigences économiques. Le nouveau projet remplaçant l’échangeur Turcot est estimé à plus de 1,5 milliard de dollars ! Même le fou du roi n’y croit pas. Nombre de chantiers de pareille envergure naissent sans véritable dessein ni concepteur de talent, avec pour seule raison d’être, la vanité et le désir cruel de matérialiser l’écart séparant les grandes fortunes du reste du monde. Mais qui doit-on blâmer ? Le gouvernement et son empressement électoral ? les ingénieurs et leur raison rigoureuse ? Pourtant, les contribuables mettent en cause l’imagination de l’architecte. Voici les raisons d’espérer le contraire.

On pense qu’ils révolutionneront l’architecture de demain en changeant nos vies, la rendant plus belle et plus facile : ces matériaux sont nouveaux et font déjà mouiller les architectes. Malléable et génial, le Ductal, un béton ultra-résistant, séduit par ses différentes applications. Eh oui, le béton a jeté sa réputation lourdingue pour alléger les ponts et embellir les objets du quotidien. Le Ductal permet donc de réaliser des ouvrages d’une extrême finesse et possède une résistance huit fois supérieure au béton conventionnel (170 Mpa). Son nom, provient de sa qualité principale : une ductilité à outrance, conférée par la présence de fibres métalliques. Malheureusement, son créateur garde la formule secrète comme on pouvait s’en douter.

Des matériaux du futur

Dans un autre registre, le Corian est un verre miracle, qui s’autonettoie, élimine les bactéries, s’opacifie, et prend même des couleurs rafraichissantes. Il était jusqu’ici utilisé dans les hôpitaux pour ses propriétés médicales : cette matière anti-poreuse fait barrière aux bactéries et autres saletés nosocomiales et résiste même aux graffitis. Enfin, le Corian est très adaptable: en tapisserie avec un système de rétro-éclairage et en nouvelle peau avec des créations graphiques : il se plie à tous nos désirs.

Des matériaux du futur
Le laboratoire de structures Hydro-Québec
Une structure intelligente : le EBF

Mots-clés : Innovation (3)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Cocktail de la semaine

3 octobre 2008

Je ne sais pas si vous suivez l’actualité ces temps-ci, mais ce n’est pas trop réjouissant. D’abord, l’économie américaine a effectué un magnifique plongeon dans les abysses : aux Olympiques, les juges auraient accordé un 9, mais ça c’est plutôt traduit par un -777.68 au Dow Jones. Ailleurs dans le monde, certains individus ayant trop regardé la trilogie Pirates des Caraïbes (j’ai toujours su que Disney avait une mauvaise influence) ont pris la décision...

Entrevue avec Michelle Laframboise, dessinatrice, polytechnicienne et ancienne du Polyscope

30 janvier 2009

Cet été le Polyscope a rencontré une série d’intervenants de la communauté des ingénieurs afin de tâter le pouls de la profession. Parce que le génie mène à tout, cette semaine voici Michelle Laframboise, auteure de bande dessinées et de roman pour jeunes. Géographe et Polytechnicienne de formation, Michèle Laframboise a paradoxalement longtemps hésité entre la plume et le pinceau. En effet, elle s’est fait d’abord connaître par ses dessins humoristiques pour Le Polyscope. Tout...

Portefeuilles pour un monde

27 février 2009

En tant que futurs ingénieurs, vous aurez très probablement la chance de mettre de côté de l’argent, par exemple pour embellir votre retraite lointaine. Il est possible d’investir son argent dans des portefeuilles gérés par son institution financière, ce qui est probablement bien puisque nous ne sommes pas tous des gestionnaires financiers chevronnés. Cependant, comme ce n’est pas vous qui choisissez où s’en va votre argent, quelle garantie avez-vous que votre argent ne servira...