Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Vox Pop : vos réactions face à la sortie du film « Polytechnique »

Avant toutes choses, le Polyscope tient à préciser que ce sondage auprès de la population de Polytechnique ne suit aucune réglementation professionnelle permettant d’utiliser les résultats à des fins statistiques. De plus cette enquête ayant été menée auprès de moins d’une centaine d’étudiants, les opinions qui en ressortent ne pourront donc être considérées comme représentatives de celles des polytechniciennes et polytechniciens. Nous demandons donc, à tous les lecteurs, de lire judicieusement l’information qu’on leur donne et ne pas en tirer de conclusion trop hâtive.

Pour une grande partie des étudiants sondés, l’avis est unanime : il n’y a pas lieu de médiatiser la tuerie de Polytechnique, surtout par une représentation cinématographique. Certains, soutiennent d’ailleurs « que cette super production souligne l’acte, alors que ce sont les victimes dont on devrait se souvenir », ou scandent encore que « publiciser c’est encourager ». Pourtant, une minorité soutient que la diffusion de Polytechnique servirait à turer des leçons du passé. On sent d’ailleurs une certaine retenue de la part des personnes sondées, chose justifiable, au vu de l’événement ; et un alignement avec la position de l’École Polytechnique : celle de ne pas émettre d’avis sur le film.

Afin de compléter les avis précédents nous avons aussi demandé aux polytechniciens ce qu’ils pensaient de la réalisation d’un tel film. Les réponses à ce sujet, bien que se divisant en trois groupes évidents (pour, contre et avis mitigé), se recoupent assez bien dans leur justifications. En effet, le premier point négatif de ce film serait le concept de se faire de l’argent « grâce » à une tragédie : ceux qui ont un avis partagé, y voient une manière de rendre hommage aux victimes, mais toutefois avec toujours cet aspect monétaire qui reste dérangeant. D’un autre côté, les personnes qui sont
réellement opposées à ce film, sont, elles, plus directes et dénoncent le fait de « se faire du cash sur le dos des victimes ».

Quant aux étudiants voyant la sortie de ce film d’un meilleur œil, ils justifient leur position essentiellement par le fait que ce film permettra d’ouvrir le débat et d’informer les personnes qui n’ont pas vécu, ou qui ne sont pas au courant de cet événement. Certains auraient toutefois préféré un film sous la forme d’un documentaire, mais y voient toujours un moyen de confronter le passé.

Ce qui semble ressortir des réponses obtenues, est que malgré une opposition très prononcée de certains quant à ce film, beaucoup y voient un bon moyen d’ouvrir nos yeux sur « des plaies du passé qui n’étaient peut être pas forcément refermées » et y retrouvent même l’essence de nos cours d’histoire : « rappeler à un peuple ce qui l’a marqué au cours de l’histoire ». De ces différents avis, découlent des positions pas forcément évidentes quant au visionnement du film. En effet, ce n’est pas parce qu’une personne était pour ou contre la réalisation d’un tel film qu’elle ira le voir ou non. Mais là encore comme nous l’ont fait remarquer les personnes sondées, ce ne sont que des opinions personnelles et il ne tient qu’à vous de vous forger la vôtre et éventuellement aussi de nous faire parvenir vos réactions.

Que pensez-vous de la réaction de l’École ?

« Un peu trop politicaly correct mais compréhensible étant donné qu’il reste des employés qui ont vécu le drame. »

Comment pensez-vous que le film sera perçu par les proches des victimes, du tueur, ainsi que par les témoins de cet évènement ?

« J’espère que le film, sera perçu comme ce qu’il est, c’est à dire un film. Selon les commentaires que j’ai pu entendre, le film traite des événements avec tout le respect qu’il se doit (et c’est tant mieux). »

Pensez-vous qu’il soit raisonnable de
réaliser un tel film ?

« Non, le film porte sur un événement tragique qui, d’après moi, ne devrait pas être revécu de cette façon. »

Que pensez-vous de la réaction de l’École ?

« Je suis d’accord avec la ligne directrice, qui est de ne pas se mêler ou commenter le film. »

Selon vous, quel sera l’impact d’un tel film ?

« Je n’en ai aucune idée, cela dépendra jusqu’à quel point, le film restera fidèle aux événements de la tragédie. »

Articles similaires

Pour Elles

28 novembre 2014

Le 6 décembre prochain aura lieu au Théâtre Outremont le spectacle souvenir mis en scène par Lorraine Pintal. Laurent Montreuil Quoi de pire que de « sombrer dans les coulisses de l’oubli »? Je me souviens, s’intitule la devise du Québec, et c’est un peu l’idée derrière la tête de Lorraine Pintal, directrice artistique et générale du Théâtre du Nouveau Monde, avec la signature du spectacle Pour Elles qui sera présenté au Théâtre Outremont le soir du...

Entrevue avec une ancienne de Polytechnique

6 février 2009

Avec la sortie du film Polytechnique, nombreux ceux sont qui s’intéressent à la réaction de l’École, des élèves, des victimes et de leurs proches. Toutefois, personne ne s’est tourné vers les premières étudiantes de Polytechnique qui auraient pu elles aussi être victimes d’un tel acte. C’est donc en exclusivité que Le Polyscope vous présente une entrevue avec une ancienne étudiante de Polytechnique. Premièrement, pourquoi avez-vous décidé de suivre des études en génie, sachant que...

Entrevue avec Karine Vanasse, actrice et co-productrice

13 février 2009

Après la sortie du film, Karine Vanasse la co-productrice et actrice principale de Polytechnique, nous explique les raisons de ce film, comment elle a vécu la polémique qui était autour et le point de vue de son équipe face à cette tragédie qu’a été la tuerie de l’École Polytechnique de Montréal. Bio de Karine Vanasse : Née le 24 novembre 1983 à Drummondville, elle a été révélée en 1998 grâce au film Emporte-moi de la...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.