Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Stages à l’international

Par Faiza Hamiti

La plate-forme AIESEC a obtenu un système d’accréditation de ses stages auprès du service de placement de l’école pour le plus grand bonheur de tous les étudiants globe-trotters.

Mais, vous allez me dire, qu’est-ce que l’AIESEC ? C’est tout d’abord la plus grande association gérée par des étudiants au monde, implantée depuis 50 ans au Canada et présente dans plus de 107 pays. Elle permet aux jeunes de développer leur potentiel afin d’avoir un impact positif sur la société. Pour atteindre ce but, l’AIESEC a développé un programme de stages internationaux dans quatre domaines : la gestion générale, le volet technique (le domaine qui nous intéresse nous, futur(e)s ingénieur(e)s), le développement et l’éducation.

Qu’est-ce qu’on nous propose et qui peut postuler ? On nous propose des stages en entreprise dans le domaine de l’ingénierie (informatique, programmation, chimie, industrie, mécanique, génie civil, gestion de réseau, gestion de données, etc.). Il est à noter que tous ces stages sont rémunérés au salaire minimum de base du pays d’accueil, pour indication au Canada nos stagiaires sont rémunérés au minimum 1700 $ par mois. J’ai envie de dire « c’est ouvert à tout le monde » mais quelques conditions sont requises si vous voulez être accrédités par le service de stage : avoir au moins 28 crédits et ne pas dépasser les 88 crédits (selon le génie), que le stage ait un lien avec le cheminement (ne pas faire un stage dans la construction lorsqu’on est en génie chimique) et que le stage soit d’une durée comprise entre 12 et 52 semaines.

À qui devons-nous nous adresser ? L’AIESEC est implantée dans 27 des meilleures universités canadiennes et nous avons la chance d’avoir un local pour l’ensemble du campus de l’Université de Montréal dans les locaux de HEC Montréal. Pour postuler il suffit de se rendre sur le site
www.aiesec.ca/hec et d’aller dans la rubrique « Polytechnique » où vous trouverez le formulaire et toutes les informations nécessaires. Sachez que les frais du programme s’élèvent à 415 $ (50 $ sont remboursés après la remise du rapport de fin de stage). Ces frais sont entièrement justifiés, car l’AIESEC fournit la formation et l’aide nécessaire afin de préparer le participant (ou la participante) à vivre et à travailler à l’étranger, de plus les membres de l’AIESEC sur place aident le stagiaire à s’intégrer dans le pays d’accueil.

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site ou mieux encore allez au local AIESEC HEC RJ-870 (dans l’édifice de la Côte Ste-Catherine).




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Lyon étouffe le Real

26 février 2010

Gerland, mardi dernier, stade de soccer de Lyon en France. Ce stade accueillait l’une des plus grandes affiches de ses huitième de finale de la prestigieuse Champions League. L’Olympique Lyonnais accueillait le Real Madrid. Autant vous dire qu’en arrivant dans ce stade, j’avais peu d’espoir de voir triompher l’équipe française dans ce match. Tous les indicateurs étaient au rouge pour les Lyonnais : contre-performance dans leur championnat national avec une piteuse 4e place, éliminés...

Starmania vs Notre Dame de Paris

12 février 2010

Le 1er février dernier l’Orchestre Symphonique de Montréal a présenté Starmania versus Notre-Dame de Paris à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. Ce spectacle, mis en scène par Daniel Roussel est entièrement consacré aux grandes chansons de Starmania et de Notre-Dame de Paris, monuments populaires incontournables écrits par Luc Plamondon sur des musiques de Michel Berger et de Richard Cocciante. Ce mélange peut paraître un peu douteux, sachant que, d’une part, ce...

La boucle est bouclée

5 février 2010

En programmant Tosca, l’Opéra de Montréal fête un anniversaire aux allures de maturité. C’est en effet avec ce même opéra que la salle Wilfrid-Pelletier a été inaugurée il y a 30 ans, en octobre 1980. Entretemps plus de 900 représentations de 90 opéras y ont été données, dont une cinquantaine de nouvelles productions, un accomplissement remarquable pour « la promotion de l’art lyrique » qui est la mission de l’Opéra de Montréal. Mais Tosca...