Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Tais-toi, je gère

Le premier long métrage au monde par des étudiants en génie !

Un film à Poly fait exclusivement par les étudiants de Poly, et oui vous ne rêvez pas ! Tout a été fait par une équipe d’étudiants de Poly-Théâtre. Tout, du scénario au montage, en passant par la prise de son, le choix des lieux, les éclairages, tout je vous dis et ce, sans l’aide d’un professionnel.

Mais faisons un petit bond dans le passé. Cette idée de film est né lors de l’été 2007 après le projet Tapis Rouge. Wyatt, étudiant en génie mécanique passionné de cinéma, décide de mettre en suspend ses études pour partir suivre un programme intensif d’un an en « filmmaking » au New York Film Academy. Il apprendra là-bas toutes les bases techniques pour tourner un film. Alors avant de partir à New York, une idée dans son esprit commence à germé : pourquoi ne pas essayer de réaliser un film à Poly avec des personnes de la troupe de Poly-Théâtre. Il propose donc l’idée, et convainc une petite équipe à commencer à écrire un scénario.

Ils réfléchissent à la faisabilité, ils savent qu’ils n’auront pas des moyens mirobolants et sûrement pas de studios pour eux, donc autant se servir du décor naturel qui les entoure. Les heures de brainstorming s’enchaînent, les personnages prennent forme petit à petit, et les réunions se font sur Skype car Wyatt est encore à la grosse pomme. De l’autre côté de la frontière, ici à Poly, c’est Alexandre, personnage emblématique du comité, qui essaye de coordonner l’équipe. Ancien directeur de Poly-Théâtre, il sait que c’est sa dernière année à Poly mais il sait aussi qu’il continuera en 2008 malgré sa première job pour réaliser le film avec Wyatt. Au printemps 2008, alors que le scénario est toujours en cours, les deux compères engagent un troisième larron, Pat, le producteur. On a du mal à s’imaginer mais la logistique derrière un long-métrage est assez énorme, c’est ainsi que Pat organise, cherche des commandites, commence à planifier et à calculer avec Wyatt quel équipement acheter, et quel calendrier se fixer.

Les réunions s’enchaînent, l’été disparaît et ils se retrouvent à la rentrée 2008 pour trouver les comédiens, et recruter une équipe technique. Comme chaque comité, ils organisent une réunion pour informer les personnes de leur projet et essayer de recruter du monde motivé. Comme ils l’avaient prévu lors du scénario, les personnes qui se présentent pour faire les acteurs sont aux trois-quart des Français venus en échange, et ils doivent jongler entre ceux qui restent un semestre, un an ou deux ans et proposer les rôles en conséquence. Petit à petit, le projet prend vie. Après des difficultées initiales au CA pour passer leur budget, Pat et Wyatt font un aller-retour éclair à New York pour acheter tout l’équipement. Pendant que Wyatt entraîne l’équipe technique, Alex réunit les comédiens, et les prépare pour leur rôle. Les exercices s’enchaînent, la cohésion de groupe commence à apparaitre, et les gens à se connaître. L’équipe est finalement prête. Après 15 mois de travail et d’aventures, le tournage peut enfin commencer.

Le tournage prend toutes les formes imaginables : certains commencent à six heure du matin un dimanche avec des petites mines gelées par la dure froideur qui règne sur le parvis glacial du CEPSUM lors d’un mois de novembre, d’autres finissent à trois heure du matin dans un chalet après une scène de party où la toune L’aventurier jouait en boucle pour mettre l’ambience française. Les traditions commencent à s’installer, l’équipe commence à être rodée. Le petit coup de scotch en fin de journée permet de souffler un peu, car les conditions de tournage ne sont pas toujours simples. Lors d’un chalet, en plein mois de janvier 2009, les températures frôlent les -27°C, la température fait souffrir la caméra qui est placée dans la voiture entre chaque prise. Les scènes tournées en extérieur reviennent, et l’équipe s’exporte même à Ottawa et à New York City pour tourner des scènes. L’aspect le plus difficile de la production, c’est trouver assez de figurants. Comment motiver 60 personnes à venir jouer dans une scène d’examen à Poly ? Réponse : faire de l’examen un immense sudoku…

Alors pourquoi avoir tourné un film pendant 9 mois ? Et bien tout simplement car tourner une scène est extrêmement long : il faut en moyenne 10 heures de tournage pour 2 minutes de film (sans compter toutes les heures de préparation !). Et puis ce sont des élèves de Poly qui font ça dans leur temps libre, donc 45 journées de tournage ne se trouvent pas facilement. Mais malgré toutes les difficultées rencontrées et tous les rebondissements vécus, le tournage a pu se finir le 8 août 2009 dans la station de métro Rosemont avec une scène d’amour.

C’est donc après 25 mois de travail et d’aventures que l’équipe se retrouve devant une dernière et irréductible étape : la post-production. Montage image, montage son, trame sonore, effets spéciaux, effets normaux, publicité, logistique de salles, DVD, tout tout tout doir être découvert pour la première fois et réalisé simultanément. Ils recrutent du nouveau monde pour les aider: des membres de PolyJam se proposent pour composer la trame et un ancien de Poly-TV rejoint Wyatt et Alex pour le montage. La date de la première du film est fixée au 6 novembre, et il ne reste que 3 mois pour monter et raffiner 95 scènes. Les rangs se resserent pour confronter ce rush final, rush qui poussera l’équipe plus loin qu’elle n’aurait jamais cru possible.

Le résultat que vous allez avoir la chance de découvrir représente une véritable aventure, l’investissement de plus de deux ans de vie étudiante, et le premier long-métrage au monde réalisé par des étudiants en génie.

À ce titre, l’histoire, celle d’un étranger en échange à Poly, est d’une authenticité inégalée. Les personnages que vous y découvrirez sont vos partenaires de labs, vos colocs, votre chargé de cours, votre blonde, votre chum. Leurs dilemmes sont vos dilemmes. Rien de ce film n’est faux ou forcé, car l’histoire est basée dans notre réalité avant de lancer les personnages en action.

La grande première du film vous attend donc ce 6 novembre 2009, à 19h à l’amphi Bell.

Sur ce, bon film !




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.