Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Des nouvelles du nord : au pays des Vikings

Quoi de mieux pour commencer l’année qu’une façon de cesser de penser aux plusieurs pieds de neige qui nous attendent dehors et aux finaux de la session dernière qui nous ont fait mal à tant de niveaux… Bref, comme je disais, quoi de mieux qu’une ou deux légendes viking, le temps qu’Alex Luca sorte de son hibernation et nous revienne avec sa chronique.

Les Orcades

Tout d’abord, quelques mots sur les Orcades, un archipel d’îles situé au nord de la côte d’Écosse. Car ce sont principalement ces îles qui se retrouvent en plein centre de l’histoire des Vikings en Écosse.

L’archipel au total contient environ 70 îles, mais sur ce nombre, uniquement 16 sont habitées. Son paysage ne contient pas de montagnes, plutôt quelques collines ici et là, mais que très peu qui dépassent même les 1 000 pieds de hauteur. En plus, le climat est plutôt humide et très venteux, à cause de sa proximité avec l’océan et le Gulf Stream qui passe tout près. C’est grâce au Gulf Stream aussi qu’il n’y a que très peu de neige en hiver, puisque les températures ne se rendent pas souvent sous 0°C. Comme l’archipel est situé autour du 59e parallèle, au solstice d’été on peut admirer le soleil dans le ciel pendant 18 heures consécutives, alors que les mois d’hiver passent plus lentement avec seulement 6 heures d’ensoleillement au solstice d’hiver. Par contre, en hiver (entre novembre et février), on peut y admirer des aurores boréales.

Cependant, malgré son climat peu propice à une escapade au bord de la mer pour échapper à l’hiver québécois, les Orcades offrent des paysages sublimes et des falaises magnifiques, qui sont d’ailleurs un refuge à de nombreuses espèces d’oiseaux marins. Pour ceux intéressés à en voir plus, je déconseille Google Earth qui, contrairement à son habitude, se trouve particulièrement dépourvu d’images satellite potables à cet endroit.

Les Vikings

Ensuite, quelques mots sur les Vikings (les fervants connaisseurs de l’histoire scandinave me pardonneront mon manque de temps de recherche sur le sujet).

Les Vikings ont longtemps été considérés comme des barbares scandinaves sans merci, sans culture et sanguinaires, qui n’avaient que pour unique but dans la vie la destruction et le pillage. Mais en fait, une version beaucoup plus près de la vérité émerge maintenant qui suggère que les Vikings n’étaient pas que des voleurs et des pirates, mais des marchands, des artistes et des poètes. On retrouve d’ailleurs plusieurs sites web qui compilent de ces poèmes.

Les Vikings débaquèrent sur les Orcades vers les années 600. Encore aujourd’hui, on retrouve des traces de leur passage sur l’archipel, mais aussi sur la côte nord le l’île de Grande-Bretagne (j’en avais mentionné l’existence dans un article précédent : voir volume 43, numéro 5… ou moi directement au C-214). Plusieurs raids vikings eurent lieu dans la période 800-1050, surnommées « l’Âge viking ».

Un livre traite en détail des vies et de la lignée des earls (chefs) scandinaves de l’époque : Orkneying Saga, écrit par un (ou des) scribes islandais, vers 1200. On retrouve dans ses pages plusieurs figures mythiques des légendes viking : Sigurd the Stout, Svein Asleifarson, Earl Rognvald et, en particulier, Earl Magnus the Martyr, personnage important dans l’histoire des Orcades qui possède sa propre cathédrale (la cathédrale St. Magnus dans la capitale, Kirkwall) et est toujours révéré aujourd’hui. Ce document, par contre, ne tiendrait pas seulement du fait, mais aussi du mythe, saupoudré dans la réalité. Malgré tout, cette saga est d’une aide incroyable pour les historiens qui tentent de comprendre la réalité viking de l’époque.

Mais bref, ce qui est particulièrement intéressant (de mon point de vue), ce sont leur légendes. J’aime beaucoup celle qui nous explique d’une manière fabuleuse comment l’océan est devenu salé. Il y a plusieurs légendes plus ou moins différentes, dont certaines plus ou moins longues (et d’autres écrites en islandais), mais elles finissent toujours de la même façon.

Juste au nord de l’archipel des Orcades, se trouve un tourbillon dans l’océan appelé le Swelki (vieux scandinave svelgr : « moulin de la mer »). On raconte que sous la mer, à cet endroit, se trouvent deux géantes et un moulin magique qui peut créer n’importe quel item. Lorsqu’on avait tenté de réduire à l’esclavage les géantes et de les forcer à toujours tourner le moulin pour toutes sortes de choses, elles l’ont ensorcelé afin qu’il ne produise que du sel. À ce jour, elles sont toujours sous la mer, obligées de tourner le moulin qui produit toujours et encore, du sel. Et ceci, mes amis, est la véritable explication du sel dans l’océan.

Pour plus d’information sur les Orcades ou sur les Vikings, leurs légendes et leur mode de vie, vous pouvez visiter :

www.visitorkney.com

www.orkneyjar.com

www.orkneyvikingtrail.com

www.vikinganswerlady.com




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.