Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Vincent Lacroix : le joueur d’échecs

Gros tapage à l’intersection de la justice et de l’économie : Vincent Lacroix plaide coupable. Pour les quelques-uns qui ne connaissent pas le personnage (Un « bienvenue au Québec » chaleureux et compréhensif est sans doute de mise), Lacroix aurait floué 9 200 petits investisseurs d’une somme totale avoisinant les 115 millions de dollars entre 2002 et 2005. À 12 500 $ l’investisseur (un taux plutôt impressionnant dans l’industrie, paraît-il), il s’est taillé une renommée de champion de l’entourloupe à travers la province. Bien qu’il ait subi un verdict de culpabilité en 2007, il a plaidé coupable à 200 accusations criminelles qui pesaient sur lui, le 21 septembre 2009, afin de s’éviter un autre enfer médiatique. Direction, la prison, ne passez pas par GO, ne réclamez pas 200 $.

Alors, une fois le verdict de culpabilité digéré, il se passe quoi ? Pour l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), c’est certes un soulagement, étant donné que cette incarcération pourrait, à la limite, donner l’impression d’un système judiciaire efficace. Est-ce que ce sera suffisant pour décourager toute tentative de fraude sur les petits investisseurs et restaurer une confiance aveugle en la toute puissante machine économique ? On peut toujours rêver, mais au moins, l’AMF peut souffler un peu.

Pour Lacroix, c’est une décision bien calculée. Il s’évite tout d’abord d’avoir à divulguer trop de détails sur les dessous de l’affaire. Sans compter que le procès lui aurait fait une bien mauvaise presse. On estime à 35 millions de dollars sa fortune accessible dans différents comptes outre-mer, qui lui seraient accessibles peu après sa libération conditionnelle (ah, parce que vous pensiez qu’il allait passer l’entièreté de sa peine derrière des barreaux ?). Parlant de libération conditionnelle, plaider coupable tend à assouplir de beaucoup le jugement du comité chargé d’évaluer les remises en liberté conditionnelles. La peine maximale pour fraude étant de 14 ans, l’auteur de ce billet prévoit que Vincent Lacroix ne passera guère plus de 5 ans avec ses aimables compagnons de geôle. Note sur lesdits compagnons : monsieur Lacroix aurait formulé de multiples plaintes sur les conditions de vie en prison (sans blague !) et, parmi elles, il y avait notamment une mention sur la présence de drogues dans sa cellule (sans blague ! bis). L’offrande tribale a sans nul doute effrayé ce prisonnier modèle.

La composante la plus importante, cependant, reste les « mystères de l’affaire Norbourg » (certainement le titre d’un polar cliché à paraître prochainement). Ce qui s’est passé exactement, où les sommes ont été transitées, les tierces personnes impliquées, voilà différents éléments qui auraient pu faire tomber une vraie tempête sur Lacroix. Dans la situation présente, cependant, les accusés restants ne disposent pas de l’entièreté des faits, et les raccorder bout à bout, si c’est même possible, ne donnera jamais la même cohérence qu’une longue et unique version des faits Lacroix-style (ça sentirait le coup fourré, mais au moins, on pourrait corroborer avec les autres accusés).

En jouant de la sorte, Vincent Lacroix vient de confirmer un de mes soupçons bien établis depuis l’éclatement de l’affaire Norbourg : ce gentilhomme est sans nul doute un redoutable joueur d’échecs. Dommage que Lacroix ne pourra partager son appréciation de cet art fin avec ses futurs comparses de geôle.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

En attendant Pop Montréal : Jack Peñate + Miike Snow

2 octobre 2009

Le 9 septembre dernier, Miike Snow était en concert au Petit Campus, avec Jack Peñate en première partie. Résumé de nos deux envoyés spéciaux. Jack Peñate En attendant Miike Snow, j’ai fait une découverte, lors de la première partie ! Jack Peñate ! Ces musiciens sentent les années 80, et dans la foule, pas d’anachronisme. Il y a les lunettes rétros, les drinks rétros et l’espoir d’une solidarité mondiale… Imaginez-vous la guilde d’artiste qui...

24 février : Le porte-bonheur de la gazelle

27 février 2004

Désolée pour mon absence de la semaine dernière. J'étais au Maroc, à Marrakech, malade, et je n'ai pas pu envoyer mon texte à temps. Marrakech, c'est : Une ville que j'ai atteinte depuis Barcelone par un voyage de 36 heures en autobus, dont quelques-unes sur un traversier pour passer dans le détroit de Gibraltar. Une ville où il faut vraiment faire gaffe à pas s'faire voler. Une ville où il faut aussi faire...

Le CIPO, au Burkina Fasso, c’est bien !

18 septembre 2009

Cet été, certains d’entre vous avez travaillé, d’autres étaient en stage ou vous avez peut-être même voyagé. Le Comité international de projet outremer (CIPO) qui comprenait 8 étudiants de tous âges et toutes disciplines à la Poly a passé deux mois dans un petit village dans le sud du Burkina Faso, Tabou. Nous avons habité dans des familles d’accueil qui nous ont reçus en rois. À notre arrivée, les villageois nous avaient préparé une...