Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

L’ambition croissante de Polytechnique

Certains projets méritent plus leur place au soleil que d’autres. Le genre de projet multidisciplinaire préparant aux vraies contraintes de l’industrie, le genre de projet susceptible de faire rayonner Polytechnique au pays voire à l’international, mais surtout le genre de projet extrêmement nécessiteux de polytechniciens motivés.La participation de l’auteur audit projet ne prouve en rien la partialité de l’article.

Fort de sa réputation académique en aéronautique, Polytechnique Montréal décide d’introduire en automne 2014 un projet de lancement de fusée suborbital. CAELUM, nommé en référence à la constellation du même nom et lancé par le professeur Edu Ruiz, référence en manufacturing des matériaux composites dans le domaine aérospatial, a le potentiel de faire de notre Poly l’école d’ingénierie québécoise au projet spatial le plus alléchant. Instauré initialement dans le cadre des cours projet intégrateur 4 des programmes de génies mécanique et aérospatial, le projet allie à la fois conception, fabrication et application concrète au domaine de l’ingénierie aérospatiale.

 

Le mandat du cours est aussi concis qu’ambitieux : le lancement d’une fusée composée majoritairement de matériaux composites à 15 km d’altitude à l’aide d’un moteur hybride de fabrication maison. Un travail de longue haleine dont l’avancement est suivi, commenté et évalué par des revues de design regroupant têtes fortes de l’industrie et amateurs de fuséologie québécois.

Ne vous laissez pas berner par l’apparence purement aérospatiale du projet. La fusée CAELUM est un puits sans fond de travail et d’amélioration continue. Une application qui marie nombreuses facettes du génie. Si on exclut les programmes principalement concernés, il y en a facilement pour tous les goûts; un moteur propulsé par la polymérisation contrôlée de HTPB peut facilement trouver preneur chez les étudiants de génie chimique voulant sortir du cadre morne de raffinement de procédés industriels. L’amélioration d’un système d’avionique servant de cerveau aérien et cherchant à donner des coordonnées aussi précises que possible s’adresse aux mordus d’électronique et d’asservissement.

La conception de la fusée est entièrement réalisée par les étudiants.

La conception de la fusée est entièrement réalisée par les étudiants.

Les postes de gestionnaires pourraient également intéresser les étudiants de la branche outils de gestion désireux de tester leur leadership et vision sur un projet très complet. CAELUM regorge aussi de projets intégrateurs 3 très différents en mécanique et aérospatial, il ne suffit que de demander!

L’apprentissage de travail d’entreprise que procure ce projet est évidemment impressionnant. Un groupe de 22 étudiants guidés par deux mentors dont les conseils en gestion de projet, à eux seuls, sont plus que formateurs. Présentations. Ces mentors sont Jean-Pierre Legris, président-fondateur de Lito Green Motion et Ramez Zalat, président-fondateur de la firme de consultation Manavue Inc. Les tâches d’envergure requièrent des grosses pointures en encadrement et c’est bien le cas à CAELUM.

L’invitation est lancée! La quatrième et dernière revue de design du groupe aura lieu le vendredi 1er avril à l’amphithéâtre Bell aux coups de 9 h (pas de poisson d’avril ici, c’est promis). Vous aurez l’occasion de rencontrer l’équipe CAELUM et de voir l’avancement concret du projet après deux années de développement.

ROJETS INTÉGRATEURS III POTENTIELS

Fabrication d’une rampe de lancement ajustable.

Raffinement d’un système d’avionique de communication au sol.

Amélioration d’un code de performance aéronautique.

Étude complète de structure dynamique en éléments finis et en transfert de chaleur.

GÉNIES CONCERNÉS

Aérospatial

Mécanique

Chimique

Électrique

Informatique




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+