Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Rions avec Donald Trump

Aperçu article Rions avec Donald Trump
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Une vision d’horreur : Donald Trump par l’algorithme DeepDream de Google. ©wehuntedthemammoth.com

Donald Trump ne se contente pas d’agiter la course à l’investiture républicaine pour la prochaine échéance électorale américaine. Sa manière de parler excite aussi l’imagination de chercheurs et autres passionnés d’informatique.

Il faut remercier Donald Trump. Bon, d’accord, peut-être pas pour les positions qu’il soutient en matière d’immigration. Certainement pas non plus pour sa relation aux journalistes. Ni aux musulmans. Ni encore aux femmes. En revanche, il se pourrait que l’homme d’affaires soit à l’origine de brillantes innovations à l’intersection de l’informatique et du langage.

, DeepDrumpf, le robot-Trump

Première initiative amusante : le compte Twitter , DeepDrumpf. Il s’agit simplement de fausses déclarations trumpesques générées par une intelligence artificielle. Le principe est maintenant bien connu mais efficace : faire ingurgiter à un réseau de neurones artificiels des pavés entiers de discours du milliardaire à la crinière délirante (pauvres neurones). C’est un chercheur du MIT qui a eu l’idée.

Le résultat n’est parfois pas si éloigné de ce qu’on pourrait entendre de la part d’un Donald Trump qui serait un peu trop en forme. Un exemple : « I love the states. I win them. Ohio is beautiful, I buy it. Thank you very much. I buy Hillary, it’s beautiful and I’m happy about it. »

Il faut dire que les discours de Trump sont suffisamment chargés en éléments de langage récurrents (gagner, construire un mur, « Great Again »…) pour qu’on puisse aboutir à un résultat à peu près convaincant après un peu d’apprentissages automatiques.

TrumpScript : programmez comme Trump

Mais contrairement à Donald Trump, vous n’aurez peut-être pas tout de suite l’occasion de vous présenter aux primaires républicaines et de sortir vos plus belles déclarations populistes. En attendant, TrumpScript vous permet de faire ça à votre propre niveau en programmant en langage Trump.

Par exemple, si vous voulez assigner la valeur great à la variable America, votre code TrumpScript sera tout simplement : « Make America great ». Une autre règle du langage est qu’il ne permet pas d’utiliser de nombres à virgule, tout simplement parce que « l’Amérique ne fait jamais les choses à moitié »… Et c’est loin d’être tout : le langage vous réserve bien d’autres petites surprises!

Le désespoir et le rire

Bref, Donald Trump semble être une source intarissable de détournements divers, même dans les domaines les plus inattendus. Ces initiatives humoristiques semblent être à la mesure du désespoir qu’inspire le milliardaire. Espérons que l’on puisse continuer à en rire.


• Le fil Twitter , DeepDrumpf : twitter.com/DeepDrumpf

• Le projet TrumpScript : github.com/samshadwell/TrumpScript




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+