Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Un retour de la Semaine de relâche difficile

En revenant de la Semaine de relâche, on imagine toujours que l’école sera plus tranquille puisque les étudiants auront beaucoup étudié au courant de ces derniers jours. Idéalement, les étudiants seront même déjà prêts pour leurs examens et remises du mois suivant.

Soyons réalistes maintenant, en arrivant lundi matin, on remarque déjà un nombre incroyable d’étudiants stressés, paniqués et fatigués. Ceci laisse croire que, comme à l’habitude, il n’y a pas beaucoup d’étudiants qui ont accompli leur horaire de la semaine dernière (ne vous inquiétez pas, on est tous dans la même situation).

En ce moment, les élèves fort studieux occupent toutes les places de la bibliothèque (même les sofas à l’entrée), des locaux informatiques et n’importe où il est possible de s’asseoir.

Chacun a une manière différente de gérer ce stress: que ce soit en faisant du sport, en pleurant, en mangeant, ou même, en dormant. Gardant cette idée en tête, nous avons regardé de plus proche. Il a été possible de trouver des étudiants qui dorment un peu partout : au second étage de la bibliothèque, dans le coin individuel, sur les bancs dans la Vitrine étudiante, ou dans leurs cours. Ceci est le cas en 2016, mais il l’était déjà en 1971

V.4 no.17

V.4 no.17

(Polyscope volume 4 numéro 17).

Malgré le fait que les étudiants dorment beaucoup (on imagine à cause de l’épuisement), il faut garder courage, la fin de la session approche et c’est presque l’été!

En suivant le même principe de motivation que la page couverture du Polyscope volume 4 numéro 2, nous sommes en mesure de vous indiquer qu’il reste 24 jours de cours avant les premiers examens finaux, suivis par 15 jours de session d’examens. Par la suite, il restera une journée complète avant le début de la session d’été et on continue (ou on recommence)…

V.4 no.2

V.4 no.2




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+

Dans la même catégorie

La guerra contra el narcotrafrico, cinq ans plus tard

20 janvier 2012

Par Philippe Prévost le jour suivant son inauguration, le nouveau président du Guatemala, Otto Perez Molina, a appelé l’armée à combattre le crime organisé. Ainsi, le Guatemala emboîte le pas au Honduras et au Mexique qui, ne faisant plus confiance à leurs forces policières (qui de toute façon, ne font simplement pas le poids face aux puissants cartels de la drogue), ont ordonnés à leurs forces armées de combattre ces organisations criminelles qui exécutent,...

Agriculture : des solutions pour un avenir plus vert

24 mars 2016

Quelques habitudes de vie jugées très néfastes pour l’environnement passent au banc des accusés et sont vues par l’entièreté de notre société comme étant les causes majeures de nos problèmes écologiques. Des solutions telles que laver son auto avec une quantité raisonnable d’eau potable, utiliser des sacs réutilisables pour l’épicerie et recycler ne représentent à mon œil qu’une fraction minime des actions ayant un impact sur notre empreinte écologique. Celles-ci ne sont que la pointe de l’iceberg que devraient être nos actions environnementales. Rendus en 2016, nous devrions avoir un pas d’avance ; l’élimination de ces habitudes devrait être acquise. De plus grands sacrifices et efforts devront être faits pour atteindre un réel changement à grande échelle. Chaque produit qu’on consomme, qu’il soit alimentaire, ménager ou utile à notre vie de tous les jours, devrait être source de réflexion en ce qui concerne son effet sur l’empreinte écologique. En effet, parmi les étudiants de Polytechnique, bien plus de la moitié consomme du café régulièrement. Or, le café est loin d’être produit ici. Son transport est donc logiquement une source de gaz à effet de serre non négligeable. Pourtant personne ne jugerait ou même ne considérerait juger un buveur de café comme on le ferait pour celui qui ose mettre sa bouteille de vitre dans une poubelle. Le café dans cet exemple n’est qu’un symbole, car il est très important aux yeux de l’étudiant, mais on peut pousser une réflexion générale quant à notre consommation alimentaire. Les belles oranges de Floride que je viens d’acheter au lieu du fromage produit ici est-il vraiment un choix plus écologique parce qu’il ne provient pas de la production animale? J’en doute. Par contre, c’est inconcevable qu’un Québécois puisse s’empêcher de manger des tomates pendant tout l’hiver parce qu’elles proviennent du Mexique. Je vois donc deux solutions à ce souci : augmenter sa consommation d’aliments produits localement qui se conservent bien, tous les légumes-racines par exemple, et l’augmentation de l’utilisation de serres qui permettent la production d’aliments locaux à l’année longue. J’ai passé ma semaine de relâche à Anguille où j’ai eu la chance de visiter la serre hydroponique de l’hôtel où je résidais. Concept très intéressant, surtout quand on sait que les îles des Antilles font venir pratiquement tous leurs produits de Miami. Cette méthode de cultivation des légumes nécessite très peu d’eau par rapport à l’agriculture en champ. On évite l’évaporation, car on donne l’eau, les minéraux et les nutriments nécessaires directement aux racines de la plante via un système qui recycle ce substrat aqueux non-absorbé. Cette technique de production sauve aussi beaucoup d’espace, car on utilise des méthodes ergonomiques pour organiser les feuilles et les racines de la plante. L’hydroponie est bien sûr plus couteuse que la production traditionnelle de légumes, mais reste une véritable solution quand on voit les réserves d’eau de la Californie — état où on produit plus du tiers des légumes et deux tiers des fruits aux États-Unis — diminuer de manière dramatique (source : cdfa.ca.gov). Puisque cette méthode de culture nécessite peu d’espace et de ressources, le faire chez soi devient une option. D’ailleurs Ikea s’en est inspiré et sort en avril des trousses pour les individus comme vous et moi. Au Québec, l’option idéale est la serre souterraine aussi connue sous le nom de « walapini ». Avec un sol qui ne gèle qu’à moins d’un mètre de profondeur, creuser à quelques mètres permet de bénéficier de l’isolation naturelle du sol et de la protection contre le vent pendant l’hiver. À l’opposé, pendant l’été, ou à des latitudes inférieures, le sol conserve une température plus fraîche. Cette isolation permet ainsi d’éviter les grands deltas de température qui peuvent s’avérer fatals pour les plantes plus frêles. Ce type d’infrastructure, qu’on observe plus souvent en Amérique du Sud, permet de cultiver les végétaux pendant trois saisons, voire toute l’année dépendamment du lieu géographique exact sans avoir à chauffer ou climatiser la serre de manière ridicule. Ces deux techniques ne sont que des exemples innovateurs qui nous permettront, dans un futur plus ou moins proche de délaisser nos anciennes méthodes d’agriculture coûteuses en ressources. La période où nous consommons des aliments provenant de partout devra cesser, car elle n’est qu’une conséquence directe de la mondialisation qu’on voit émerger depuis le 21e siècle. Or, c’est un luxe qu’on ne peut se permettre si on désire poursuivre dans une direction de développement durable....

Le Grand Cahier

16 janvier 2009

Les jumeaux Klaus et Lukas, personnages clés du roman culte Le Grand Cahier d’Agota Kristof, débarquent cette semaine à la salle intime du théâtre Prospero pour nous raconter leur terrible histoire, dans un effort d’endurcissement de l’esprit. Laissés aux bons soins de leur horrible grand-mère afin de fuir la guerre qui fait rage dans la Grande Ville, les jumeaux doivent apprendre à se débrouiller par eux seuls dans un monde qui leur est fort...