Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Requiem du tapis

Aperçu article Requiem du tapis
Cliquer pour agrandir
 (lien ouvrant dans une nouvelle fenêtre)
Depuis la fermeture de la rampe intérieure, un chemin balisé a été amménagé sur le Chemin de la Rampe. Photo © Maxime Callais

La rampe intérieure qui relie la station de métro Université-de-Montréal au Pavillon Roger-Gaudry a fait son temps. En attendant, quel chemin prendre?

Un accident déplorable eut lieu sur le campus de l’Université le mois dernier. Une séance de maintenance du tapis roulant qui mène de la sortie du métro Université-de-Montréal au Pavillon Roger Gaudry a pris une tournure tragique lorsqu’un employé perdit la vie.

Il est grand temps de trouver une alternative à cette rampe pour pouvoir descendre de Polytechnique au métro. Tout d’abord, les similiescaliers qui traversent la colline boisée qui lorgne l’École sont complètement impraticables durant la saison hivernale. De plus, les escaliers qui longent le tapis roulant continuellement en panne sont inaccessibles la nuit, car les portes sont verrouillées. La seule option qui s’offre à un étudiant de Polytechnique qui désire quitter l’édifice après minuit pour descendre vers le métro est d’emprunter le chemin de la rampe qui est normalement réservé aux voitures. Il est donc, en temps normal, illégal d’y descendre à pied.

La direction de l’université a mis à la disposition du personnel et des étudiants qui ne désirent pas monter l’interminable escalier un service de navette effectif de 6 h à 19 h. De plus, selon une publication de l’Université de Montréal, qui fut retirée depuis, les travaux de réfection du tapis roulant devraient commencer le 28 avril.

Une solution pratique et simple à ce problème serait d’installer un trottoir sur le chemin de la rampe, à la manière du parcours du combattant installé depuis la fin février par les employés l’Université. D’ailleurs, malgré la joie que procure courir par-dessus les sacs de sables et bannières en lambeaux, ce chemin à l’allure négligée prouve que l’espace serait convenable pour que piétons et voitures y circulent.




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Le Polyscope en PDF+