Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.
Publicité:

Carabins VS McGill

Jeudi 3 septembre, c’est l’équipe de McGill qui a eu l’immense privilège d’affronter les Carabins de l’Université de Montréal pour ouvrir la saison de football. Ils auraient sans doute préféré offrir cette chance à n’importe quelle autre équipe et repousser tant que possible l’échéance de cette débâcle affligeante. L’équipe du CEPSUM avait sa santé au sommet, et ce n’est pas peu dire : dominant largement la partie face à une équipe de bras cassés encore en vacances, ils sont parvenus à inscrire 66 points (!) contre seulement 14. C’est un record pour les bleus, qui n’avaient pas dépassé la barre des 58 face aux Redmen la saison dernière, confirmant l’importance de McGill dans la survie des Guinness book : pas de McGill, pas de records ; pas de records, pas de Guinness book ; pas de Guinness book… pas de Guinness book.

Après une effervescence inévitable acclamant le beau jeu, le stade s’est petit à petit lassé de la monotonie de cette partie à sens unique. Et pourtant ! Une tentative machiavélique d’apitoiement survient à la pause : ce sont leurs petits-frères et non leurs cheerleaders, qui débarquent pour une démonstration en bonne et due forme. Une stratégie gagnante : de retour sur le terrain (alors que le score est de 48 à 0), sans doute exaltés par les discours démagogues de leur coach (3 crédits offerts pour toute percée dans le camp adverse), les Rouges montent en puissance, offrant notamment à leurs supporters en folie deux touchés d’entrée de jeu ! Mais hélas pour les gaulois rouges torses-nus qui hantent les tribunes de leur voix fanfaronnes et leurs slogans attristants, ce réveil ne fut que symbolique. Le sursaut britannique s’essouffle rapidement, ce qui permet aux fiers Carabins de relever la tête, pour enfoncer un peu plus celles de leurs malheureux opposants.

Somme toute, il semblerait que nos adversaires aient prévu le coup. Qu’il ait été de ligue avec l’équipe de McGill ou pas, un Polytechnicien nous a offert une joyeuse distraction au début du quatrième quart du match : un supporter à demi-nu, descendu des tribunes sur la pelouse, nous a offert un strip-tease intégral. Un rigolo ! Avec ou sans le ballon ovale, le comique avant tout ! On les réinvitera…




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Cohen : Artworks

26 février 2010

Pour la première fois à Montréal, Leonard Cohen expose ses œuvres visuelles à la Gallerie Lounge TD. Le choix d’exposer ses travaux a été pris afin de présenter au public une autre facette de cet artiste. Leonard Cohen est d’abord connu pour ses créations littéraires et musicales. Il fait paraître son premier recueil de poésie à 17 ans, et obtient une reconnaissance internationale en tant que poète en 1961 avec The Spice Box of...

Un début de session au soleil

28 août 2009

La fin du mois d’août annonce généralement la reprise de la session universitaire (ou le début d’une aventure épique dans le monde des maths, de la bière et de la physique pour les nouveaux de cette année). Alors que certains portent fièrement la couleur rose revendicatrice, le sourire aux dents croches au bord des lèvres, il existe un autre type d’étudiant à Polytechnique, qui lui ne connaitra pas les joies et les malheurs d’une...

Les cafés étudiants de l’UdeM

29 janvier 2010

Initialement, je devais évaluer le Macrophage, le café des étudiants en biochimie, situé au local E-212 du pavillon Roger-Gaudry. Toutefois, il s’agit plutôt d’un comptoir alimentaire avec trois vieux sofas : rien qui retire l’attention en général. À sa décharge, je dois mentionner que les responsables du café ont déjà proposé de faire tomber le mur qui les séparent du « food-court » adjacent pour ainsi obtenir plus d’espace, mais l’administration de l’UdeM a...