Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

Entrevue avec Joannie Desroches, 2e année de génie physique et en stage au CHUM

Le génie en santé

Quelles sont tes responsabilités au CHUM de l’Hopital Notre-Dame?

Le projet qui m’a été confié est l’implémentation d’une nouvelle technique de dosimétrie utilisant le film GafChromic EBT. Ce nouveau type de film, qui se dévellope automatiquement lorsqu’il est exposé à une radiation énergétique, comporte beaucoup d’avantages pour l’utilisation en clinique. Ma responsabilité au CHUM était donc de tester plusieurs propriétés du film, par exemple l’uniformité de celui-ci, l’influence de l’énergie, de la température et de plusieurs autres conditions d’irradiation. Aussi, j’ai dévellopé un système de dosimétrie, utilisant un scanner et un programme codé en Matlab.

Est ce qu’il y a un lien évident entre tes cours et ce stage? Si oui, quelle année t’est la plus utile?

Le lien entre mes cours et mon stage n’est pas évident. Les connaissances théoriques ne m’ont pas été très utile. Par contre, quoique insuffisant pour progammer, le cours de programmation procédurale suivi en première année m’a été utile pour avoir les bases avec Matlab. Donc ce stage m’a permis d’en apprendre beaucoup plus sur Matlab. Certains concepts de physique de base appris lors de ma première année m’ont aussi été utilie afin de comprendre certains aspects de la radiothérapie.

Concrètement qu’est ce que ce stage t’a apporté professionnellement, académiquement ou personnellement?

Durant mon stage, le projet qui m’a été confié nécessite beaucoup d’analyse de données, puisque je devais juger si le film était acceptable par rapport à un paramètre donné. J’ai donc développé beaucoup de techniques d’analyse de données, pour différentes situations. Cet apprentissage est très profitable pour un étudiant en ingénierie.

De plus, le fait d’avoir des responsabilités relativement importantes m’a permis d’apprendre à prendre des initiatives. En effet, pour avancer dans mon projet, j’ai dû apporter des idées sans craindre qu’elles soient incorrectes. Puisque mon projet de stage constitue en grande partie à faire de l’assurance qualité, aspect très important en physique médicale, j’ai beaucoup appris à apporter un regard critique à mon travail.

D’un côté plus professionnel, j’ai acquis de l’expérience en ayant eu à me familiariser avec de nouveaux logiciels. De plus, afin de mieux connaître le sujet de mon projet, j’ai dû lire beaucoup d’articles scientifiques. Ce stage m’a donc permit d’apprendre comment chercher les articles scientifiques, et surtout comment les lire intelligemment. De plus, chaque étudiant devait effectuer une présentation de son projet aux étudiants et superviseurs [ce qui] m’a permis d’apprendre à communiquer clairement mon projet, mes objectifs ainsi que les résultats que j’ai obtenu tout au long de mon stage.

Comment qualifierais-tu tes relations avec ton superviseur? Avec tes collègues?

Mes relations avec mon superviseur étaient très conviviales, je n’étais jamais mal à l’aise de lui poser des questions, ou de lui faire part des avancements ou problèmes tout au long de mon projet. Dans le département de radio-oncologie, mes collègues étaient des physiciens cliniques, des physiciens chercheurs et les autres stagiaires ainsi que des étudiants à la maitrise. La relation avec les physiciens était purement professionnelle, puisque la plupart étaient plus âgés que moi. Par contre, puisque je travaillais dans le laboratoire avec eux, ils s’informaient souvent de mon stage et des avancements du projet. La relation avec les stagiaires et étudiants était plus amicale, puisque nous avons certainement plus de points en commun.

Nous faisions souvent des activités, ce qui a rendu mon été très plaisant.

AVANT-PROPOS

Le point sur les stages
Quelle est la problématique? Comment en est on arrivé là? Qui sont les intervenants? Des réponses et bien plus encore…

ENTREVUES

L’École s’explique
Entretien avec Mme Maryse Deschênes, directrice du Service des stages et placement.

Le point de vue de l’AEP
Entretien avec Julien Grenier, vice-président à l’éducation de l’AEP

TÉMOIGNAGES

En première année et déjà en stage
Mathieu Gilbert, 1ere année de génie industriel et en stage chez Barrière QMB.

Le génie en milieu hospitalier
Joannie Desroches, 2e année de génie physique et en stage au CHUM.

Mots-clés : Dossier Stage (15)



*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Vive le dollarama

7 novembre 2008

Vive le Dollarama! Rien de tel qu’une petite visite là-bas pour se rappeler qu’une fête coûteuse n’attend pas l’autre. L’Halloween n’était pas encore arrivé que l’on retrouvait déjà des gros messieurs barbus rouges sur les étalages. Je ne sais pas si c’est la même chose pour vous, mais dans ma famille lorsque l’on franchit la dernière fête avant la ligne droite vers Noël, c’est toujours le même scénario : « Bon les enfants, qu’est-ce...

Les dix meilleurs endroits pour baiser à Poly

9 février 2007

C’est bien connu, Poly devient le second lieu de résidence de nombreux étudiants pendant (plus de) quatre ans. Il est fréquent que plusieurs étudiantes et étudiants se retrouvent avec l’envie soudaine de fourrer après un party ou entre deux cours. Pour votre plus grand bonheur, l’équipe du Polyscope a testé de nombreuses possibilités et vous présente enfin le top 10 des meilleurs endroits pour avoir du sexe à Poly. 10) Une salle de classe...

De l’inutilité des textes et de l’importance des images

15 septembre 2006

« Abolissons la pauvreté... » J’ai sursauté quand JP m’a crié ça dans l’oreille. Le problème est que nous n’arrivions pas à nous entendre dans le local du C-214 tellement la musique du 5@9 Lounge de Dieu sait quel comité était à l’évidence beaucoup trop forte. Je l’ai fait répéter, et JP affirmait mordicus qu’il fallait absolument abolir la pauvreté. Dans un moment de doute, j’ai pris mon petit Robert et j’ai ouvert à...