Logo Le Polyscope
De toute façon, on est les meilleurs depuis 1967.

C’est pas la longueur qui compte…

C’est ce que tu fais avec ! Montréal, janvier 1999. La fin du monde est prévue pour le premier janvier de l’année prochaine. Une caméra, un ordinateur, un écran. Que faire pour tromper cette apocalypse du deuxième millénaire ? Kino devient l’exécutoire de ce temps qui file inexorablement vers la date fatidique. Le concept ? Chaque mois, réaliser un court métrage et le présenter lors d’une soirée réunissant les travaux d’autres passionnés du cinéma et, à la fin de la projection, donner la date à laquelle la prochaine réalisation paraîtra à l’écran de Kino… et ce, jusqu’à la fin du monde.

N’empêche que la fin du monde n’est jamais arrivée, pas de bogue de l’an 2000, pas d’apocalypse divine ni même de retour christique bi-millénaire. Niet, nada. Mais le Kino lui reste et s’amplifie année après année, et devient un rendez-vous incontournable des premiers vendredis de chaque mois. Cela fait maintenant 10 ans que cette organisation montréalaise existe et produit à intervalles réguliers d’un mois des courts métrages de haute qualité cinématographique, aux thèmes originaux, drôles, sincères, touchants, tristes, ou complètement déjantés.

« Faire bien avec rien, faire mieux avec peu et le faire maintenant ! » Kino offre aux cinéastes amateurs et passionnés un écran libre et sans censure. Outre les projections mensuelles, il existe aussi les Kabarets Kino, véritables pépinières de création et d’expérimentation. Pendant 48 heures, ceux qui désirent expérimenter, découvrir et échanger techniques et points de vue se font offrir la plateforme et l’occasion idéale. Le but : débuter à partir de rien, avoir une idée, et 2 jours (plusieurs red bull, quelques pizzas et trop peu d’heures de sommeil) plus tard, projeter le résultat final, une œuvre originale, résultat d’une ambiance effervescente et intense. Dans le cadre de son 10e anniversaire, le prochain Kabaret Kino aura lieu lors du Festival du Nouveau Cinéma, du 8 au 17 octobre, avec au programme 50 réalisateurs et une centaine de comédiens et de techniciens, ayant pour mission de produire en 60h des films à un rythme effréné pendant 8 jours.

Mais le Kino n’est pas seulement une activité montréalaise. Le concept a conquis 4 continents et de nombreux pays. Plus de 50 cellules kinoïstes ont vu le jour à Hambourg, Adélaïde, St-Pétersbourg, Cracovie, Helsinki et Berlin pour ne nommer qu’eux… Le centre névralgique restant néanmoins à Montréal, c’est une véritable planète Kino qui s’est développée à partir de la métropole au fil de la dernière décennie. Mais revenons maintenant aux soirées des premiers vendredis de chaque mois. Réunis dans la salle du Lion d’Or, les spectateurs sont conviés par Kino à découvrir le talent de l’imagination des cinéastes dans une ambiance bon enfant et convivial. Le prix d’entrée est fixé selon une contribution volontaire, et les fonds recueillis servent à faire tourner la machine Kino. Tous les genres y sont présents : comédie, drame, fantastique, horreur, documentaire, exercice de style, film d’art ou OFNI (objet filmé non identifié).

Le premier film est projeté, silence dans la salle, écoute attentive, rires, puis applaudissements. Le réalisateur est invité à rejoindre la scène et à commenter son court-métrage, puis on le somme de livrer la prochaine date à laquelle son œuvre suivante sera projetée ! Puis le second court-métrage arrive, le troisième, et ainsi de suite jusqu’à la fin de la soirée. Fous rires, étreintes à la gorge, éthanol et projections qui sortent des sentiers battus, les soirées du Kino sont des rendez-vous incontournables !

Pour plus d’informations sur le mouvement Kino, les projections mensuelles, les Kabarets ou pour visionner quelques vidéos déjà présentées, n’hésitez pas à visiter le site Internet www.kino00.com. La prochaine projection mensuelle des courts métrages aura lieu exceptionnellement le second vendredi du mois de septembre, le 11 au Lion d’or, 1676 rue Ontario Est, à partir de 20h30. Et n’oubliez pas le Festival du Nouveau Cinéma, avec un Kabaret Kino qui célèbrera les 10 ans du mouvement, du 8 octobre au 17 octobre 2009.

1) Croyons en un cinéma audacieux, original et insoumis.

2) Croyons à un mode de production cinématographique libéré de la tyrannie du consensus, centré sur la démarche de l’auteur mais basé sur un système collégial de mise en commun des ressources et de partage des savoir-faire.

3) Croyons que ce mode de production privilégie la création d’œuvres uniques, qui ne pourraient exister autrement.

4) Croyons en la pluralité des genres, des formats et des démarches artistiques, des plus ardues aux plus ludiques.

5) Croyons que le court métrage est un art de spontanéité qui ne devrait pas chercher à reproduire les modes de fonctionnement du long métrage traditionnel.

6) Croyons en un réseau de diffusion alternatif qui pallie à la déficience et à l’indifférence des grands canaux traditionnels de diffusion. (Propriétaires de salles, télédiffuseurs généralistes, gros distributeurs).

7) Croyons que le cinéma appartient à tous, que toutes les œuvres ont le droit d’exister et d’être diffusées, que le public reste le seul juge de leur valeur.

8) Croyons qu’il est de notre devoir de viser et d’encourager l’excellence. En tant que premier public des œuvres de nos pairs, nous nous engageons à les juger avec rigueur, sans complaisance ni condescendance et ce, dans le but de pousser plus loin la démarche de chacun.

9) Croyons en un contexte de diffusion qui favorise le rapport direct entre le public et les créateurs ; un contexte convivial, chaleureux et à prix abordable.

10) Nous nous inspirons humblement de l’enthousiasme des pionniers du cinéma québécois qui repoussèrent les frontières de la création tout en s’amusant.

Mots-clés : Cinéma (60)

Articles similaires

70 pays en un écran : Festival des Films du Monde

4 septembre 2009

Montréal, la nuit, Montréal, dans une salle sombre de cinéma. Le Festival des Films du Monde est en pleine effervescence depuis maintenant une semaine, et se clôturera dans quelques jours, lundi prochain (7 septembre). C’est l’occasion parfaite pour les cinéphiles de découvrir un autre type d’images, d’histoires et de se laisser entraîner dans la magie cinématographique mondiale. Avec une programmation provenant de tous les coins du monde, le festival propose aux spectateurs une panoplie...

Inglourious Basterds

28 août 2009

Coup d’éclat pour la clôture de Fantasia 2009 : le tout dernier Tarantino, Inglourious Basterds, est présenté en avant-avant-…-première canadienne ici-même à Montréal. Les billets s’envolent en même pas une heure, la folie Tarantino frappe la métropole ! C’est une foule très fébrile donc qui a eu la chance de voir en exclusivité cette version finale du film, que le producteur a décidé de modifier suite à son passage au Festival de Cannes, pas...

Le Festival du Nouveau Cinéma dévoile sa programmation

25 septembre 2009

La 38e édition du Festival du Nouveau Cinéma de Montréal se déroulera du 7 au 18 octobre. Au programme, plus de 250 films en provenance de 48 pays seront présentés durant les 11 jours du festival. La programmation est vaste et conviendra à tous : longs et courts métrages de fiction et documentaire, films d’animation, rétrospectives, hommages, rencontres soirées festives et événements spéciaux. Plusieurs œuvres inédites seront également présentées pendant ce festival. L’ouverture se...




*Les auteurs ont l’entière responsabilité de leurs articles et n’engagent d’aucune façon l’équipe du Polyscope ou de l’AEP, sauf lorsque la signature en fait mention. Nous laissons au lecteur la jugeote de déceler le sarcasme saupoudré sur nos pages.

Dans la même catégorie

Texas : un petit Thriller Texan de François Létourneau

29 novembre 2007

Par Bernadette Charlier Texas, une nuit sans lune, une jeune femme transpercée de part en part crie dans la nuit. Elle s’avance et raconte. Réalité ou fiction ? Le spectateur passe sans cesse de l’une à l’autre. La fiction, c’est « Massacre à la tronçonneuse » réalisé en 1974, et la réalité, la roulotte que se partagent Terri et Gunnar, les comédiens vedettes du film. Dans leurs costumes de tournage maculés de sang et...

Un bal masqué de Verdi – Critique double

28 septembre 2007

La saison des opéras vient de s’ouvrir à Montréal et cette année l’équipe artistique de l’Opéra de Montréal nous propose de découvrir ou redécouvrir pour certains de grands classiques. Le samedi 22 septembre 2007 avait lieu la première d’« Un bal masqué » de Verdi, spectacle auquel j’ai eu la chance d’assister. Je sais que dans la communauté estudiantine, pour beaucoup, l’opéra ne fait pas partie du top 3 des destinations pour se distraire...

L’OSM dans les parcs

28 juillet 2009

La saison estivale de l’Orchestre Symphonique de Montréal s’est ouvert le 21 juillet avec la populaire série des concerts gratuits OSM / Loto Québec. Pour la troisième année consécutive, l’OSM se déplace dans différents parcs pour interpréter certaines des œuvres les plus aimées du public. Les concerts OSM / Loto Québec dans les parcs sont une très belle occasion de profiter des belles soirées d’été tout en appréciant le répertoire symphonique. L’OSM était le...